Dessin, croquis, colos et peinture...viens nous montrer tes plus belles créations!
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Voici quelques histoire sque j'ai écrite!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sabrina
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Graph' : 10
Réputation : 6
Sexe : Féminin Bélier
Messages : 227
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 21
Localisation : Canada (Québec)
Humeur : Confuse entre la tristesse et la joie.

MessageSujet: Voici quelques histoire sque j'ai écrite!   Jeu 25 Oct - 22:52

Bonjour !
Quelque que chose que vous ne connaissez pas de moi mais que vous allez bientôt connaître est que j'écrit des histoires. En voici quelques une!

En voici une que je que n'ai pas encore fini. Désoler pour les fautes!

Saskia (signifie Esprit des animaux)

Pour commencer, l’histoire à débuter quand j’avais cinq ans. J’aimais déjà beaucoup les animaux mais en particulier les chevaux. Dans le temps je vivais avec mes parents et mes sœurs tout heureux ensemble. Mais malheureusement tous ce qui est bien à une fin…
Mon père je n’ai plus vraiment de souvenir de lui mais je ne peux m’empêcher de me rappeler a tel point il aimait les chevaux mais malheureusement il n’avait pas le don avec les chevaux. Mais ma mère, elle adorait les animaux plus que sa vie en particulier les chevaux et de plus elle avait le don avec les chevaux et tous les animaux. Ma mère Isabelle avait les cheveux bruns avec un teint bronzé et les yeux bleus. Elle était vraiment belle douce, gentille, courageuse. Mon père était iroquois et il s’appelait Ataensic ce qui signifie Esprit de la terre était le fils du chef de son village mais il a décidé de partir pour suivre son destin. Il était courageux, persévérant, déterminer et surtout il avait du caractère. Ma sœur Wenaewe qui signifie Esprit des êtres vivant à hériter de la beauté de ma mère mais pas de son don avec les animaux. Elle était plus âgée que moi et elle avait 13 ans et elle faisait tous se qu’une petite sœur aurait rêvé d’une grande sœur. J’avais aussi une petite sœur elle n’avait que 8 mois et elle s’appelait Akycha ce qui signifie Esprit du soleil. Elle était drôle et mignonne elle nous faisait toujours rire même dans les moments les plus terribles. Mes parents nous donnaient tous des noms d’iraquien en souvenir du village à mon père.
Moi Saskia j’avais hérité du don de ma mère et je commençais à apprendre à dresser des chevaux avec mon père et ma mère. Je pouvais comprendre les chevaux. Puis un jour ma mère a déclaré. <>Cette parole ma aider toute ma vie et jamais je ne l’oublierais. Un jour, mon père arriva avec des mustangs de vrai sang pur. Des chevaux sauvages dont ils ont été capturés dans la région. Ma mère en les voyant refusait totalement qu’ont les dresse car ce sont des chevaux sauvages alors ils devaient retourner à l’état sauvages dont ils sont née. Mais mon père refusait catégoriquement de l’écouter. Tout en rentrant dans le pré sans que mes parents puissent me voir je regardais les mustangs. Un en particulier a attiré mon regard. C’était un poulain de robe isabelle. Ce poulain était plus robuste que les autres et plus majestueux et il avait environ que quelques semaines. Il s’était éloigné de sa mère pour s’approcher doucement et curieusement de moi. Il me regardait avec ses beaux yeux en douceur. Il était si proche de moi que j’allais presque lui touché le museau mais sa mère s’approcha en galopant jusqu’à lui pour l’emmener loin dans le pré. Chaque fois que j’allais faire un tour il essayait toujours de venir me voir. Il venait vers moi! C’était le mustang que mon destin à choisi. J’ai choisi de l’appeler Liberty. Je commençais peu à peu à le dresser quand un jour on me l’enleva. Mon père dû tous vendre les mustangs mais ma mère ne voulait pas qu’il soit à un nouveau propriétaire, elle voulait qu’il soit libre et honnêtement moi aussi je voulais les voir en liberté car il y était bien plus heureux. Ce n’était pas des chevaux heureux comme qui devait l’être. Alors ma mère ouvrit le pré et tous les mustangs partirent au grand galop vers la liberté. Mais Liberty se retourna vers moi et j’y fis mes derniers adieux et il partit rejoindre son troupeau.
Nous vivions ainsi tous heureux ensemble mais un jour, quand j’avais 6 ans ma sœur Wenaewe avait disparue. Quelques semaines plus tard les policiers l’on retrouver morte agressé dans la foret tous près du village iroquois. Nous étions anéantis et nous vivions dans l’ombre mais malgré sa Akycha nous faisait quand même rire. Puis peu après la pire chose qui pouvait nous arrivé est arrivé. Nous étions dans la petite maison tous endormis mais moi je me suis réveiller pour aller dehors et en allant dehors je vis un intrus rentré par la fenêtre de la maison et il tenait un fusil… Moi pris de panique je suis partir en silence pour ne pas me faire repérer en me dirigent vers la chambre de mes parents et je l’ai réveillait en leur racontant ce que j’ai vue, tout de suite mon père alla prendre un fusil dans son tiroir et ma mère me dit que je devais aller me cacher sous leur lit et ce que je fis. Au même moment que j’étais rendu sous le lit je vis rentré cet intrus dans la chambre et en empoignant ma mère il menaçait mon père de baisser son arme. Alors mon père n’ayant aucune autre possibilité et pensant à ces enfants, il fit ce que le méchant lui demandait. Il laissa tombé sont arme à terre et leva les mains en l’air. C’est alors que le monsieur pris le fusil de mon père a terre et lui tira une balle sur mon papa. Je pleurais mais en silence tout en regardant la scène et en restant devant mes yeux. Moi ayant peur de pouvoir rien faire pour les aider et terrifier à la fois je m’en allais sortir de en dessous du lit quand ma mère a intervenue en me regardant et en chuchotant très bas pour que personne d’autre puissent l’entendre à part moi qui est de rester en de sous du lit jusqu’à ce que des policiers viennent me chercher. Je l’écoutai. Ensuite l’intrus pris ma mère et partis avec. Alors une fois qu’ils sont sortis de la chambre je sortis de ma cachette tout en pleurant je couru jusqu’à la chambre de ma petite sœur et en voyant que l’intrus y était avec ma mère et l’avait tué, je restai là à le regarder prendre Akycha dans ces bras. Mais en se retournant il me vit et dit :<> Moi pris par la peur je couru sans arrêt en sortant de la maison et je me suis cacher derrière la grange dans un tonneau. Il avait passé devant ma cachette tout en disant :<>Il tenait ma petite sœur dans ses bras et la berçait mais en marchant pour me trouver. Je n’y croyais pas deux mots à ce qu’il disait car il avait tué mes parents devant mes yeux. Il dit : << J’espère que tu te souviens de ta sœur Wenaewe. Elle m’avait tellement supplié de la laisser partir et elle ne voulait pas me dire ou que tu étais toi et Akycha. >> Sur ces mots je compris que c’était lui qui a tuer ma grande sœur et tous sa pour venir nous quid napper moi et Akycha. Restant dans ma cachette, j’entendis les policier arriver alors l’intrus partis avec ma petite sœur en se promettant qu’il viendra me chercher peut importe où je serais. Je n’avais que 6 ans à l’époque alors je ne pouvais pas faire grand-chose à part pleurer de peur en attendant que les policiers me trouve. Au début les policiers ne me trouvère pas alors je suis sortis de ma cachette en pleurant. Un des policiers est venu vers moi tout en me disant qu’il n’allait pas me faire de mal. Un autre des policier me demandèrent ou était mes parents et en repensant à ce que j’ai vue je me suis mise à pleurer sans arrêt tout en leur pointais du doigt la maison. Un policier restât avec moi tandis que les autres allaient vers la maison. Il essayait de me réconcilier avec des paroles douces mais je savais que rien ne serait plus pareil comme avant…
Quand le policier allait partir je devais partir avec lui mais je pris un dernier regard vers la vie selon laquelle j’ai connu. Je regardais la maison et la grange, je fis un tour sur le cheval Idja je l’avais moi-même dresser avec ma mère elle était la seul chose qui me restait de ma famille. Idja était la jument de ma mère. Seul moi et ma mère pouvons approcher Idja. Ma mère l’avait sauvé car elle était une jument mal traité par son ancien propriétaire. Ma mère m’a dit un jour :<> Je fis mes adieux à Idja. Puis je suivis le policier qui m’emmena dans sa voiture. Je ne pouvais cesser de pleurer même si je devais être forte. Je vis Bougi mon chien qui suivait la voiture en m’appelant. Ce qui me fit sanglotée encre plus. Je n’avais pas seulement perdu ma grande sœur j’avais tout perdu ma famille mon chez moi…
Les jours suivant était aussi douloureux, je ne cessais de repenser a ce qui était arrivé jamais je ne pouvais l’oublier. Surtout quand j’avais entendu dans la station de police un policier parler de l’assassin qui était introuvable et que ma petite sœur était officiellement porté disparue. L’image de cette journée ne cessait d’entouré mes cauchemars et de me hanté. Ma famille me manquait terriblement. Depuis cette journée je séjournais à la station de police. Personne de ma famille n’était encore en vie et ni de la parenté. Alors je séjournais là-bas en attendant qu’on trouve une solution et aussi en attendant que je me remette un peu de mon traumatise à propos de cette journée terrible. Les jours passaient et je ne cessais sans cesse de rester sage et forte mais je ne peux plus car soit essayait de être forte comme mes parents aurait voulu mais j’explose et je ne peux m’empêcher de pleurer. Je ne savais même pas ou je vivrais plus tard mon chez moi me manquais, mes parents me manquais, mes sœurs me manquais tout me manquais, ma vie d’avant me manquais. Je ne voulais pas croire que sa c’était arriver. Toujours dans la station de police, un jour un policier est venu me voir et ma dit :<>Était-je sensé d’être heureuse de cette nouvelle? En tout cas moi je ne l’étais pas, je pleurais encore de ce que j’avais vécu.
En sortant de la station de police accompagner toujours du même policier, j’ai eu une petite lueur d’espoir de pouvoir retourner chez moi. Mais cette espoir ses vite éteint en voyant un iroquois arriver à cheval vers moi. Je me suis mise à m’effondrer de pleure, je ne pouvais pas vivre sans ma famille. Descendu de son cheval, on me présenta à l’iroquois. Il s’appelait Ha wen neyu qui signifiait Grand Esprit. Il était le chef de son village iroquois et était le frère de mon père alors je retournais là ou mon père a vécu toute son enfance. En me voyant m’effondré de pleure en attendant le nom de père, il me prit dans ses bras et tentais de me consoler ce qui ne marchait pas, bien sur car je ne le connaissais pas. En route on passait devant mon ancien chez moi et ce que je vis me déstabilisa. Ça ne ressemblait plus à chez moi ça ressemblait à une ruine. Les chevaux étant plus dans le pré, le gazon étant aussi long que les buissons. Je pouvais encore apercevoir le sang taché sur le mur extérieur de la maison. À dos de cheval, j’avais pris les rênes de l’iroquois et fit arrêter le cheval. Je descendis et couru jusque dans la maison en alla dans toute les pièces taché de sang en espérant de voir apparaître mes parents ou mes sœurs mais rien ne se fut. Toujours en pleurent je sorti de la maison et partis dans la grange et je me suis effondré en pleurent et en regardant dans le vide par la porte le paysage, les montagnes. C’est à ce moment-là que je le revis, il était aussi beau que la dernière fois, aussi majestueux. Liberty me revenait! Il était là devant moi et s’approcha pour que j’arrive à lui flatter entre les deux oreilles. Je pleurais de joie et de mal. Ce moment avait été court car iroquois me cherchait et m’avait trouvé. Juste avant qu’il n’ait pu apercevoir Liberty, il était parti, envoler.
Sa faisait déjà 2 semaines que sa c’était passé et je venais tous juste d’arrivé à mon nouveaux chez moi. Je devais essayer de vivre dans les manières des iroquois. En chemin j’ai pu découvrir que Bougi était en vie et nous suivait en arrière du cheval. Il était en mauvaise santé. Il avait beaucoup trop maigri et il était malade et son poil était rendu long et sale. Alors encore je fis arrêter le cheval et descendit en courant vers mon chien. Il m’avait tout de suite reconnu et couru jusque dans mes bras j’avais éclaté en sanglot. Je l’avais serré fort dans mes bras, je ne voulais plus e laisser partir alors je le pris et montât avec sur le cheval sans laisser l’iroquois protester. Au même moment proche de la grange de mon ancienne maison je vis Idja apparaître sale mais en bonne santé. Alors je redescendis de cheval avec Bougi dans les bras et parti vers Idja qui m’attendait là où elle était. Elle me henni doucement en me voyant arriver à coter d’elle. Là j’éclatai encore plus en sanglot sans pouvoir me retenir et m’arrêter. Je montais sur son dos toujours avec Bougi dans les bras et partis en route rejoindre Ha wen neyu tout en pleurant. Arriver là-bas mes larmes avait séché et je vis pour la première fois le village iroquois. Je ne pouvais que le suivre, il m’indiquât un endroit où je pouvais attacher Idja et ensuite on e présentais à tout le monde et me montra mon tipi là où j’habitais à présent. Le jeudi de la semaine Idja avait une forte fièvre ce qui n’était pas bon signe. On découvrit quelle avait la maladie la gourme, une maladie mortel causé par une bactérie appelé streptocoque. Malgré son âge j’ai tout espéré pour la sauvé mais rien ne fut une réussite. Je ne voulais pas la perdre pas elle! Elle était la seule qui pouvait me relié à mes parents en particulier ma mère. Elle m’était d’un réconfort car cela c’était produit sa fait seulement 2 semaines et demis et j’avais déjà trop perdu de chose qui m’était cher à mes yeux.
Les jours passèrent et aucun miracle n’était venu à nous car elle décéda peu après les jours qui ont suivis son infection. Je n’en pouvais plus c’était devenu trop, trop de perte. Je n’étais plus capable d’être forte, je pleurais sans cesse mes pertes et même ma vie. Je restais la dans mon lit ne voulant plus bouger, j’étais à boue de force, j’avais tous perdu sauf Bougi qui en me voyant pleurer venait vers moi me réconcilier, ils passaient tous son temps à veiller sur moi. Mais bientôt c’est lui qui me fit enlever car il mourut peu de temps après. Ce qui me fut très douloureux.
Les mois passèrent et tous me fut douloureux je ne pouvais sans cesse tous oublier car on m’avait tous enlever mais je ne cessais pas à repenser les bons moments et les seul mots qui me touchait et qu’ils ne voulaient que jamais j’oublie. Les journées étaient bordé de corvée se qui m’empêchait de penser. Nous étant nomade changions de place, il nous est arrivé parfois de passé devant mon ancienne maison et c’était toujours aussi douloureux. Les policiers croyant que j’étais prête à parler sont venu me voir et mon poser des questions ce qui me fit pleurer énormément mais je leur racontais tous ce qu’il voulait entendre. Mais en leur racontant ce qu’il c’était passé je revis tous ce qu’il c’était passé et j’avais appris que l’assassin était toujours en liberté et en vie ce qui me fit frissonner surtout en me mémorant sa promesse qu’il reviendrait me chercher. Alors je leur avais fait part de la promesse qu’il c’était faite et ils ne furent pas étonner et il me disait que c’était pour ça qu’il m’avait arder deux semaines à la station de police et ses la raison pour laquelle je vie présentement dans le village iroquois avec mon oncle car ils savent que si jamais il essaie de m’enlever eux ils seront là pour me protégé.
Les années passait et vint mes 15 ans. J’étais sûr d’être en sécurité là où je vivais dans le village iroquois vu mon âge, Ha wen neyu m’a permis d’aider son amis Pah à élever et dresser les chevaux. À un moment donné je m’étais égaré car je voulais m’éloigné de ce que je devais appeler maintenant ma maison, je marchais dans la forêt très loin du village quand tout à coup j’avais aperçut un ombre pas d’humain mais d’un cheval. Je m’approchai et je vis un étalon s’approcher de moi mais ce n’était pas n’importe quelle étalon c’était liberty! Il était devenu grand, fort et musclé tout en étant majestueux et tout aussi beaux. Je le vis s’approcher de moi avec la même douceur dans ces yeux que la dernière fois. Il mit son beaux visage s’enfuir dans mon épaule voulant demander de se faire caresser. Pas trop loin je pouvais apercevoir le troupeau de mustang dans lequel il vit l’attendre et il n’y avait pas d’autre étalon sauf lui c’est alors que je compris qu’il était devenu le chef de son troupeau et qu’il était quand même venu me voir malgré cela. Puis il se mit à s’agiter tournant autour de moi alors je mis un pied sur lui et sauta sur son dos. Il avait très bien réagis à m’avoir sur son dos et on je le mis au galop et on galopa ainsi dans toute la forêt ou presque. Il galopait si vite qu’il aurait été le plus vite étalon du monde. Peu après on entendit un bruit et se bruit était l’ombre d’un humain. Alors je descendis nerveusement de cheval et regarda autour de moi et vit apparaître celui qui ma enlever tous mes être cher, ma famille. C’était cet assassin! Liberty regarda fixement l’assassin et ressentent ma haine et ma peur il resta près de moi. L’assassin me dit :<> Le voyant sauter sur moi je cris et Liberty lui sauta dessus et lui décocha des ruades et des coups de sabots sans relâche et après il se tourna vers moi et je compris aussitôt ce qu’il attendait de moi alors d’un seul coup je me faufilai sur son dos tandis que le l’assassin revenait à lui et on partit au grand galop pour fuir l’ennemis jusqu’au village ou j’avais descendu de Liberty et couru jusqu’à mon oncle pour tout lui raconter. Alors tout le village se mit en place et parti à la recherche de l’assassin qui est revenu pour de bon à me chercher et Liberty à nos coter surveillant son troupeau et le village en particulier moi et il était tout près du village et m’attendait. C’est en regardant Liberty que je compris mon destin! Je me remémorais la phrase dite par mon père qui était<>disait-il. Liberty attendait le grand jour pour m’emmener là où je devais vivre ma vie et où je serais en sécurité même avec l’assassin en captivité.
Quelques heures plus tard policier et les hommes du village était venu me dire que l’assassin est toujours en liberté car ils n’avaient pas pu retrouver sa trace et qu’il était futé pour éviter les policiers et toute autre personnes qui essaie de trouver sa trace. C’était sur il allait revenir…
Cette nuit-là je m’endormis en me remémorant les évènements tragique qui c’était passé mais je tiens bon il fallait que je sois forte.
Peu après, je suis allé me promener et en me promenant j’aperçus encore le troupeau de mustang sauvages. Me voyant arriver Liberty se dispersa de son troupeau et venait vers moi.
<> Lui dis-je. Tout en lui disant des mots doux je lui caressai. Puis sauta sur son dos et je montai a cru comme je le faisais depuis longtemps au trot. Je pouvais sentir ses muscles se gonflé sous moi! Alors on partit galop ensuite au grand galop et je le laissai allez à son rythme qu’il voulait. Je sentais ses muscles encore plus travailler comme il était fort! On restât comme sa longtemps pendant presque toute la journée jusqu’à ce qu’il décide finalement de s’arrêter mais moi je ne voulais que ça s’arrête c’était je voulais partir loin avec lui et sans oublier son troupeau. Mais je descendis quand même car il le voulait et il commençait à faire noir et on m’avait strictement interdit de me promener la nuit à cause de l’assassin. De plus je savais pourquoi il voulait que je parte.
Après avoir descendu je lui dis :<< Pour tous ceux qu’ils disent que les chevaux ne sont pas intelligents. Eh ben ils se trompent car j’en ais la preuve mon beau tu sais et gent suis sûr qu’il est dans les parages et tu veux que je rentre avant la nuit!>>
Sur ça je découvrir qu’on était juste à ‘entrer du village et je savais que j’avais raison. Je lui fis mes bonnes nuits et partis vers dans le village et je pouvais sentir son regard sur moi qu’il me surveillait jusqu’à ce que je rentre dans ma tente. Sa fut sa tous les jours ou presque quand je n’avais pas trop de corvée. Plus je vivais avec eux et plus je devenais malheureuse. Leur méthode de vie les corvées séparer, leur croyance, tous commençais à m’énerver moi je voulais vivre libre et par moi-même avec les chevaux seulement alors j’eux une idées. Je courait pour sortir du village vers midi quand tout à coup un des nôtres et en plus le chef me voie et vient vers moi.
Il me dit sévèrement (dans sa langue mes que je traduis dans ma tête : <>
Je lui répondis sur un ton sec et en lui criant:<>
À suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorse.allalla.com
Sabrina
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Graph' : 10
Réputation : 6
Sexe : Féminin Bélier
Messages : 227
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 21
Localisation : Canada (Québec)
Humeur : Confuse entre la tristesse et la joie.

MessageSujet: Re: Voici quelques histoire sque j'ai écrite!   Jeu 25 Oct - 22:53

En voici un autres un extrait!

La vie dur!

J’étais bien dans ma vie mais ça ne peut pas durée pour toujours…
Je suis à l’école et je sors de mon court de science. Mon ami me dit :<>
<>Lui dit-je.
<> Me répondit-elle avec sincérité.
<> Je lui répondis amusé.
<> Me dit-elle avec un rire moqueur.
Je descendis les marchez et je partais pour aller à ma case quand je vis mon frère Jo de 18 ans. Il ne le laissait pas paraître mais je savais qu’il avait pleuré ce qui devait être grave car sinon jamais mon frère n’aurait pleuré et le voire ici dans mon école à m’attende était assez bizarre. J’allai jusqu’à lui laissant mes amis se poser des questions.
<>Je lui demandai.
En me regardant il commença à avoir les yeux rouge et d’un énorme effort il m’annonça :<>
Je croyais me savoir de qui il s’agissait car depuis peu de temps mon oncle était l’hôpital et n’y restera pour le restant du reste de peu de sa vie qu’il lui restait. C’était dur à l’admettre mes on savait tous depuis longtemps qu’il ne pouvait continuer ainsi.
<> Que je lui demandai peiné.
Puis d’un voie étouffer dont les mots avait de la misère a les dires, il me répondit :<>
Je craignais les derniers mots qu’il avait de la misère à dire.
Il réussit à prononcer les trois dernier mots qui me brisa le cœur : <>
Je ne voulais pas y à croire. Ça ne pouvait pas être la vérité même si je savais qu’au fond de moi c’était la vérité. Je partis en sanglot. Je ne pouvais plus me retenir. Mes mais et tous ceux qui ont assister à sa e sont regrouper autour de moi pour me poser des questions auxquelles je ne me prenais même pas le temps de répondre ou pour essayer de me réconcilier mais là rien ne pouvait me réconcilier. Jo me prit dans ces bras pour la première fois de ma vie. Mik je pouvais le voir pas trop loin , il était même presque à coter de moi qui me regardait et se posait des question et avait même pitié pour moi. Il avait surement tout entendu. Une bitch est venu vers moi et ma dit d’un ton sec :<>
Puis Mik devint rouge et lui lança en pleine figure :<< Tu sais même pas de quoi tu parles! Fek tes mieux d’arrêter!>>
<> Lui répondit-elle
<>
En attendant sa je pleurai de plus belle et moi et mon frère on partit laissant les autres pleins de questions et de pitié pour nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorse.allalla.com
Sabrina
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Graph' : 10
Réputation : 6
Sexe : Féminin Bélier
Messages : 227
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 21
Localisation : Canada (Québec)
Humeur : Confuse entre la tristesse et la joie.

MessageSujet: Re: Voici quelques histoire sque j'ai écrite!   Jeu 25 Oct - 22:55

En voici une autres que je n'ais pas encore fini d'écrire.

Ling May
Je rêvais d’avoir un cheval pas n’importe quelle un cheval don ’t je lierais d’amitié pour toujours… Je m’appelle Ling May et je n’avais que 8 ans lorsque ma mère soule m’abandonna dans la forêt.
Ma mère me déposa en me chuchotant c’est même mots : <> Puis elle partit je ne cessais de le rappeler dans l’espoir qu’elle revienne me chercher mais jamais se fut le cas. Alors déçut mais aussi frustré car jamais je n’aurais cru qu’elle me ferait sa et mon père qui était mort depuis longtemps je ne pouvais allez vivre dans un orphelinat alors je décidai dans la détermination qui me restait de me relever et je partis en courant et en m’enfonçant dans le bois de plus en plus dans l’espoir de ne me faire jamais retrouver. Je m’étais pas mal éloigner et j’étais rendu presque au milieu de la forêt quand la fatigue monta en moi alors je décidai de chercher un cachette ou un abri. J’en trouvai un pas trop loin et y construit une cabane avec des branches de bois et des grosses feuilles que je pu trouver et m’y installa pour la nuit.
Le lendemain matin, j’avais une faim de loup alors je me suis mise à quêter toue nourriture mais je ne trouvai rien. Alors je décidai de me trouver une technique de chasse ce que je fis mais ne réussîmes pas à trouver de la nourriture cette journée-là. Deux jours à passer sans que je ne m’en rendre compte et j’étais affaibli à force de n’avoir rien mangé et d’avoir cherché une technique de chasse mais j’en trouva une qui me servait de pêche que je confectionnai avec des bâton de bois et des roches en forme de flèche assez pointue avec cette technique je réussîmes à pêcher mon premier poisson que je fis bouillir avec un bon feu de camp et que je dégusta avec plaisir. Peu de temps après je me remis à marcher vers le milieu de la forêt. Je marchais jusqu’à bout d’épuisement puis vit un ours à travers mon chemin alors je figeai sur place normalement j’aurai pris peur et fuit mais là je restasse là sans bouger et me glissa derrière un rocher et me mit en boule jusqu’à ce que je sois sur que l’ours n’était plus dans les parages. Ce fut la première et pas du tout la dernière fois que je vis un ours.
Les années passaient et j’améliorais mes techniques de chasses, pêches, et de combats. Mes abris font plus confortables et plus sécuritaire. Sa faisait deux ans maintenant que je vivais dans la forêt et chaque jours je marchais au moins quelques kilomètres et quand j’arrivais vers des villages, je lais contournait tout en me cachant dans les bois. Quand je me blessais j’arrivais à trouver les plantes de ce dont j’avais besoin pour me guérir et je commençais à toutes les connaitre. Malgré tous sa je continuais à marcher sans savoir dans quelle direction prendre puis vint le jour où j’affrontai mon premier et vrai danger qui était un ours. Je le surpris à manger mes réserves que j’avais commencé à faire pour l’hiver qui était plus rude que l’été. Alors je décidai de l’affronter et pris mon arc à flèches que j’avais confectionné et un petit couteau. Ma flèche le percuta dans l’œil et une autre dans l’oreille. Aveuglé d’un œil je pris mon couteau et me jeta dessus et lui transperçât le coup avec un beau coup fatale de couteau. Je me fis frapper par la patte griffer de l’ours qui me fit revoler en l’air pour qu’ensuite je percute un arbre pendant se temps l’ours pris la fuite et je ne le revis plus mais je m’en sortais avec quelque égratignure et une jambe saignant du haut jusqu’en bas des griffes de l’ours. Je couru chercher mes remèdes pour faire stopper les saignements et les risques d’infection ce qui marcha très bien. Je me confectionnai de nouveaux vêtements et repartis faire mon chemin qui me mènera et j’en suis certaine vers une forêt plus profonde.
Deux ans qui suivirent cette attaque j’en fis plusieurs autres avec des ours des loups, et bien autres ça faisait maintenant 3 ans que je vivais dans la forêt seule et j’avais maintenant 11 ans et demis. Je me suis bien adapter à la vie de la forêt seul étant nomade. Comme depuis 3 ans tous les jours je marchais au moins 1 kilomètres dans l’espoir de me trouver un place ou je serais seul pour la vie. Mais il eut un imprévue que je rencontrai. Je marchais en plein été comme toujours quand je vis un village Iroquois. Je voulais allez me cacher mais déjà on m’avait repéré. Des iroquois s’approchaient de moi et disaient des mots incompréhensibles que je me dis que c’était seulement leur langue que je ne comprenais pas. L’un deux s’avança un peu plus eu les autres vers moi et me dit dans ma langue que là je pu comprendre :<< Qu’est-ce que tu fais jeune fille seul dans les bois comme ça? >> Je restais incrédule à lui dire la vérité mais le lui répondit : <> Il me regarda quelque instant et déclara : <> Je refusai sa proposition car j’étais bien déterminer à vivre ainsi pour le restant de mes jours , lui répondit-je. Puis il me regarda de haut en bas et dit : <> Sur ce j’acceptai car après tout c’est vrai que je manquais de techniques en un peu de tout. Ils m’apportassent dans leur village ou je me fis accueillit avec bine de sagesse. Finalement j’y restasse y vivre.
Un an plus tard, je décidai de repartir car je voulais revivre dans la forêt seule. Ils en furent tous déçus mais me laissa faire. Pendant un an que j’avais passé avec eux j’ai appris beaucoup de choses qui pourrait être utile comme confectionner les vêtements mais pas tout à fait pareille comme eux. J’appris comment mieux trouver de la nourriture et je suis devenu experte en chasse avec un arc à flèche. J’arrivais aussi à parler leur langue et c’était bien car ça m’a permis de faire des amis du nom de Ataensic ce qui signifie Esprit de la Terre elle est gentille et mon autre ami Ha wen neyu qui signifie Grand Esprit il est bien gentil lui aussi. Quand je parti pour mon départ ils sont tous venu me dire au revoir et celui qui m’avait trouvé il est venue et m’a dit :<< Tes bien courageuse et forte pour ton âge ta quelque chose de spécial en toi que personne n’a et je crois que tes la descendante d’une grande ligné de guerrier d’autre fois et sa été confirmée hier ta du sang iroquois qui coule dans tes veines et ton père était le fils de notre ancien chef! Alors tu es la bienvenue ici pour toujours c’est chez toi! Tes pas comme les autres Ling May tout danger que tu trouveras tu le traverseras sans aucun mal! Au revoir Ling May! Et n’oublie pas les chevaux choisi leur mettre et vienne à nous!>> Sur ce je les remerciai et partis en chemin je me remémorais ce que le chef de la tribu venait de me dire…
Vient ou j’eux mes 14 ans, ça faisait déjà 2 ans que j’avais quitté le village iroquois et que je marchais sans arrête dans une direction improvisé chaque jours. Puis un jour, je fini par marcher 2 kilomètres aujourd’hui et je me mis à me chercher un abri pour la nuit quand j’accrochai avec mon sac une branche et je vis une grotte alors je rentrai dans la grotte pour dormir la nuit mais dès que je rentrai dans la grotte elle ne finissait plus alors je continuai dans la noirceur à marcher jusqu’à ce que je finisse par revoir le soleil du jour et je fini en sortant par arriver dans un endroit de rêve. Un lieu juste d’herbe haute et au bout une cascade je marchai jusqu’à la cascade quand j’aperçus une caverne juste assez grande derrière la cascade pour y installer mon tipi qui ma montrer les iroquois. Alors je mi mon campement et je sortis pour aller chasser et découvrir les lieux et en sortant j’arrivai face à face à un troupeau de reine alors j’en fis mon souper. Puis après avoir mangé je continuai ma marche jusqu’à ce que j’arrive face à face à un troupeau de mustang (chevaux sauvages) dont un se détacha de son troupeau pour venir curieusement vers moi mais avec une distance respectueuse. Puis il se retourna et voyant que je n’étais pas un danger n’essaya même pas de faire partir son troupeau alors il restât là tous.
Le lendemain matin,
je me levai et déclara :<>
Puis je remarquai que le chef du troupeau me regardait et qui venait vers moi alors je partis cueillir chercher une pomme que je commençais à faire planter de la façon iraquienne. Je lui tendis la pomme et il hésitât mais s’approcha de quelque pas puis s’arrêta alors se fut moi qui m’avançai vers lui tranquillement et sans are de mouvement brusque mes a quelques pas de lui il prit peur et repartir vers son troupeau mais le les déplaça pas.
Plusieurs furent passé et chaque jours j’essayai de le toucher rien qu’un peu. Puis un samedi vers midi, je refis ce que je faisais chaque jour et je restasse là avec e pomme dans le creux de ma main et il s’approcha de moi jusqu’à au moins un pied de moi qui nous séparait et je lui disais des mots doux. Il hésitait tellement mais finalement il décida de enfin venir manger doucement la pomme dans ma main et se fut notre premier contact pour une longue existence ensemble.
Et je lui dis : <<À partir de maintenant tu t’appelleras Liberty car la liberté on ne l’échange pas pour rien au monde!
Chaque jour j’allais chasser amis ce jour-là en allant chasser je rencontrai un troupeau de loup venant vers moi et j’étais entouré j’vais oublier tous mes outils de combat alors j’étais sans défense pour la première fois depuis que je vis dans la forêt je sentais la peur remonter en moi et se fut encore plus terrible quand tous les loups commencèrent à se jeter sur moi qui essayait de m’enfuir mais un me tomba sur le dos et je tombai à terre. Je me débattais pour repousser mes immenses dent qui voulait me dévorer je pouvais sentir son haleine chaude sur mon visage quand un me morda la jambe je criai de plus que j’en étais capable et tout d’un coup je ne sentis plus aucun poids sur moi-même plus l’haleine du loup sur mon visage. Je ne sentis que la douleur m’infligeait les griffures qu’à fait les loups et la morsure dans ma jambe. Je réussis à me retourner et vis se que jamais je n’aurais pu croire que sa arriverais. Liberty me défendant en attaquant les loups! Je le vis prenant le loup, qui m’avait attaqué quelques minutes plus tôt, mort inerte sous ses immenses sabots de Liberty. Puis il s’en prit aux autres loups qui lui sauter dessus alors que je me sentais impuissant de ne pouvoir lui aider je me glissai en rampant jusqu’à des branches d’arbre pas trop loin de moi. Je les prix et fis un feu que j’enflammai le bout des branches et les lança sur tous les loups voulant sauter sur Liberty qui attaquais déjà d’autre loup. Un loup brula complètement et mourut. Un autre essaya de me sauter dessus mais je lui lançai plusieurs branches enflammer et il brula avant même qu’il est pu me toucher mais un cri perçant détourna mon attention vers Liberty qui c’était écrouler. Je réussis à me lever et je me précipitai vers lui en boitant et en tenant plusieurs branche enflammer et les jeta au fur et à mesure qu’un loup essaya de m’approcher. Rendu jusqu’à Liberty je le dégage des loups avec mes bâton en flamme et avec le dernière je le jetai sur un loup qui essayer de nous approcher. Je me couchai à coter de l’étalon et examina ses blessures tend disques que les loups se sauvèrent ou presque. Je lui soya ce que je pouvais lui soyer avec le si peu de plante que j’avais autour de moi. Puis j’entendis un feulement qui venait de derrière moi alors je me levai péniblement et vis un loup qui était en train de se jeter sur moi en sautant je cru que j’étais faite pour de bon mais un coup féroce de sabot l’écrasa au sol je me retournai et vit Liberty était debout et écrasai le loup jusqu’à ce que il donne son dernier souffle. Il était faible mais avait survécu et moi aussi grâce à lui. Je m’écroulai au sol morte d’épuisement et de douleur que m’infligeais mes blessures. Il venait vers moi et mis son museau dans mon épaule. Il voulait que je me lève.
Je lui dis :<< Je t’inquiète pas pour moi je me débrouillerai regard!>>
J’essayai de me lever mais je m’en allais m’écrouler et juste au bon moment Liberty se colla sur moi et je pris appui sur lui et grimpa sur son dos.
Je lui dis encore :<< Ok! Finalement ta encore raison je n’aurais pas survécu sans toi merci Liberty merci beaucoup je te dois toue ma vie! Et jamais au grand jamais je ne te laisserais et partirais je te le promets alors je vivrai ici pour le restant de ma vie avec toi! Je me sédentarise!>>
Comme s’il avait compris il lança un hennissement de joie.
<>
Je lui caressai l’encolure et un moment après nous atteignons le camp là où je descendis de lui et le remercia pour la millième de fois. Lui caressa lui joua dans sa crinière en lui démêlant les noueux. Puis voyant ses blessures saigner j’allai chercher mes herbes mais pris de fatigue je m’écroulai et m’évanoui.
Quand je me suis réveiller le lendemain je sentis la douleur encore plus douloureuse et vit que Liberty était à coter de moi et veillait sur moi. Avait –il veillé sur moi toute le nuit ou pas je n’en savais rien mais juste le fait qu’il soit là a coter de moi, me fis remonter le moral et me levai pour aller chercher des herbes avec lesquels je soignai mes blessures et les siens. Puis je partis chasser malgré ma fatigue et ma douleur je devais manger. Quand je fus revenu avec du gibier je mangeai et partis faire de l’agriculture. Avant de tout mettre en conserve je pris soin de prendre une pomme et partis vers Liberty qui avait l’air de m’attendre. Quand il me vit arriver, il trotta vers moi et je lui donnai la pomme qu’il mangea avec plaisir. Depuis qu’on s’est vue pour la première fois on était destiner pour être ensemble et line ses établis entre nous alors jamais je ne le quitterais car il ne pouvait avoir un meilleur monde que près de lui et son troupeau.
Les jours passait et tous se déroulait bine nos blessures était presque que guéris et chaque jour je me pratiquais à monter Liberty. Parfois sa nous arrivait même de partir ensemble à la chasse et son troupeau c’est tellement habituer à moi que je pouvais presque les flatter mais pas encore. Ça m’arrivait de penser parfois à mes amis du village iroquois mais je ne pouvais penser à tel point je ne serais incapable de partir d’ici.
Aujourd’hui j’avais maintenant 15 ans et sa faisait 3 ans que j’avais quitté le village iroquois et je ne le regrettais pas car sinon jamais je n’aurais rencontré Liberty. Oui ils me manquaient et oui j’aimais vivre avec eux mais pas assez pour laisser Liberty et son troupeau.
Aujourd’hui en allant chassé je découvrir quelqu’un dans les bois et je pu remarquer l’accoutrement iroquoise et se fut un réelle plaisir de découvrir que c’était Ataensic et Ha wen neyu .
Je leur dit en les voyant qu’ils ne m’avaient pas remarquer :<< Hey Salut! C’est moi Ling May!>>
Ils se retournaient et me sautèrent de joie au coup.


Voilà je vous les montres car j'aimerait ça savoir votre avis!

Merci Sabrina!(vous voupez m'appeller Sab)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorse.allalla.com
Lollipop'S
Membre actif
Membre actif
avatar

Graph' : 79
Réputation : 21
Windows Sexe : Féminin Bélier
Messages : 571
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 17
Localisation : Heuu ... chez moi ?
Humeur : Fatiguée ! -.-&quot;

MessageSujet: Re: Voici quelques histoire sque j'ai écrite!   Ven 26 Oct - 16:43

Waw*.*
C'est trop long je lirai l'histoire en petits bouts Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sweetness.fr.mu
Sabrina
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Graph' : 10
Réputation : 6
Sexe : Féminin Bélier
Messages : 227
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 21
Localisation : Canada (Québec)
Humeur : Confuse entre la tristesse et la joie.

MessageSujet: Re: Voici quelques histoire sque j'ai écrite!   Sam 27 Oct - 0:47

Ok! Je sais c'est presque un roman que j'écrit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorse.allalla.com
RashXBucker
Membre actif
Membre actif
avatar

Graph' : 10
Réputation : 14
Ubuntu Sexe : Masculin Vierge
Messages : 858
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 29
Localisation : Devant mon PC
Humeur : fatiguer

MessageSujet: Re: Voici quelques histoire sque j'ai écrite!   Sam 27 Oct - 1:54

Notre modos à l'essai écris beaucoup ^^

Si je peut donner un conseil, il faudrait espacer un peut mieux tes paragraphes [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] Je pense que ça sera plus agréable à lire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bucker-land.eklablog.fr/ http://xx-tatooz-xx.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voici quelques histoire sque j'ai écrite!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voici quelques histoire sque j'ai écrite!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voici quelques jeux de Noël pour toute la famille
» Voici quelques objets qui vont surement vous faire rêvez........
» SuperCatou : Voici quelques bracelets de ma collections
» voici quelques monnaies de ma collection
» Voici quelques Types de collection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum dessin: Graph'loisir :: Communauté :: Le coin papotage :: De tout et de rien-
Sauter vers: