Dessin, croquis, colos et peinture...viens nous montrer tes plus belles créations!
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chroniques d'Antvarmont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Chroniques d'Antvarmont   Dim 7 Avr - 11:50

Voici ma fiction qui à l'heure où j'écris en est à sept parties de 8 à 10 chapitres.
Je tiens à préciser qu'il n'y a pas d'affrontement entre le bien et le mal, que le protagoniste principal n'est pas forcément tout gentil, qu'il ne va pas forcément réussir son objectif et que son destin n'est pas joué dès les première lignes.
Les personnages sont naturels et influencés par leur environnement. Ce dernier étant hostile, ils auront plutôt tendance à pratiquer la violence, l'hypocrisie, l'opportunisme. Ils ne sont naturellement pas tous comme ça, il y en a des sympas, mais il ne faudra pas compter systématiquement sur le fait que si quelqu'un se lie d'amitié avec un autre, c'est simplement parce qu'il apprécie. Il peut lui trouver un intérêt tout autre tel que se servir de lui, etc...
Enjoy !


Partie 1

-I-



Nous le sommes 26 janvier 2091. Je suis au chantier de construction de Kirov, en Russie.
L'endroit est d'ordinaire presque vide, seuls l'ébauche de l'engin et les drones de constructions sont présents, accompagnés de quelques hommes pour s'assurer du bon déroulement et de la supervision. L'assemblage d'un vaisseau de colonisation est enfin achevé, toutes les ressources et toutes les technologies ont été mises à contribution. Désormais, à la télévision, dans les journaux et autres, on ne parle plus que de ça, on interviewe les grands concepteurs du projet, et les chercheurs qui ont permis le développement des techniques nécessaires à son déplacement et aux systèmes qui assureront la survie des occupants.

Moi, professeur Marlène Meyer, la personne qui a le plus contribué à l'élaboration de la propulsion hyperespace, réponds à quelques questions :

« Ce projet a été vraiment... je ne trouve plus mes mots ! C'était... fantastique ! Un engin de cette envergure, ce n'est pas commun. C'est un véritable défi ! Tout ce qui a été conçu pour le vaisseau pourra être réutilisé. Car là-bas, il faudra assurer son indépendance matérielle et énergétique. Un fois qu'il aura atterri, il se déploiera dans le sens de la hauteur et s'enfoncera dans le sol pour assurer sa stabilité. La partie avant du fuselage est démontable, et servira à établir un genre de muraille, pour délimiter la future ville et la protéger. Des modules détachables serviront d'habitations pour les passagers. D'ailleurs, ceux-ci seront cryogénisés pour la durée du voyage.

-Oui, et combien de temps prendra ce voyage d'après vous ?

-Et bien, environ 7 ans et demi. Nous avons trouvé une étoile à 5 années lumière de la Terre. A une vitesse de 75,000 km/s, qui est celle du vaisseau, cela prendra à peu près 20 ans.

-Et donc comment avez-vous réduit la durée ?

-Avec bien entendu la propulsion hyperespace. Je suis bien connue dans ce domaine. Cela consiste à compresser l'espace-temps afin de réduire les distances. Dans l'absolu, d'un point de vue extérieur au vaisseau, cela permet des voyages à des vitesses supraluminiques. Mais en réalité, la vitesse est toujours la même, seules les distances
changent.

-Cela doit consommer énormément d'énergie, non ?

-Pour l'instant, le summum de la production d'énergie à grande échelle provient de la fusion nucléaire. Le vaisseau est muni de 4 réacteurs à fusion qui permettront, en plus de tous les systèmes vitaux du vaisseau, d'alimenter les moteurs hyperespaces. Ils permettront aussi le déplacement du vaisseau. Car l'hyperespace se contente de réduire les distances, il ne peut pas faire bouger. Le mot « propulsion hyperespace » par ailleurs est un abus de langage, mais c'est un terme tellement vieux, qu'on l'a gardé. L'astuce réside dans le fait qu'une fois sur la nouvelle planète, ces réacteurs à fusion permettront d'alimenter la ville qui sera mise en place.

-Cette nouvelle planète, à quoi ressemble-t-elle ? Combien durent les journées ? Les années ?

-C'est une grande chance que les astronomes ont eu. Nous l'avons nommée Antvarmont, de son découvreur Richter Antvarmont. La planète fait 43,200 km de circonférence. Elle est plus éloignée de son étoile que notre planète du soleil, mais ça équilibre, car à sa surface la température est de 11,000°C, ce qui fait une moyenne de 30°C au niveau de la future colonie. Nous avons vu pu observer qu'elle était couverte à 37% de désert, 53% d'océans et 10% de forêts. On a décelé à sa surface de grands canyons, mais aussi des chaînes de montagnes. Quant à l'atmosphère, elle contient 9% de dioxygène. Il ne faudra donc pas s'aventurer dehors trop longtemps, tant qu'on n'aura pas fait de terraformation. Ce processus peut prendre des décennies. Elle est constituée également à 84% de diazote, et d'autres gazes infimes. Mais il reste encore 5% de gaz inconnu, que nous étudierons sur place. Ce qui est étonnant, c'est que cette planète tourne sur elle même en 24 heures terrestres, et sa révolution autour de son étoile est également de 365 jours ! C'est inouï.
J'oubliais, elle possède deux satellites naturels, qui permettent entre autres d'assurer un équilibre rotationnel. Seul un est visible de nuit.

-S'il y a de la végétation, pensez-vous qu'il y ait d'autres formes de vie ?

-Ce n'est pas impossible, nous n'avons pas pu scruter exactement la surface de la planète. La sonde qu'on a envoyée est restée tout de même à grande distance. Mais si de la végétation à réussi à s'y développer, pourquoi pas d'autres formes de vie ? De toutes façons, nous chargeons le vaisseau de véhicules blindés et nous transporteront de pleins containers d'armes. En plus, la récente technologie GAUSS a complètement changé le domaine de l'armement. La société Capella Industries essaie en ce moment la miniaturisation de ce système pour pouvoir l'adapter sur des fusils d'assaut. Enfin pour l'instant, ce sera sur leur pistolets mitrailleurs, qui sont connus dans le monde entier, notamment pour avoir permis de boucler rapidement la guerre de 2035 qui opposa l'Europe aux Etats-Unis, qui tentaient de s'emparer des poches de gaz en Sibérie et... hum... oui... je m'égare. Bref, au cas où il y aurait une menace sur cette planète, on est prêt à la contrer !

-La technologie GAUSS ? Voulez-vous bien expliquer pour nos téléspectateurs ?

-Evidemment. C'est un peu compliqué, l'essentiel est de savoir que c'est un principe de propulsion des projectiles via une force électromagnétique. Cela fonctionne avec des solénoïdes produisant des champs magnétiques. En définitive, la balle ou l'obus est expulsé à au moins 6,000 m/s, entraînant des petits éclairs.

-Bien. Et... vous aviez envisagé dès le départ la probabilité de la présence d'une menace ?

-Non... nous n'y avons pas directement pensé. On imagine toujours le meilleur des scénarios, mais mon ami Sergei m'a fait part de cette proposition, emmener de l'armement. De toute façon, même s'il n'y a aucun danger, ça ne sera jamais perdu. Les premiers mois après l'atterrissage, certains auront ne supporteront peut-être pas l'éloignement et... peuvent devenir fous... Notre précédent test de vie dans l'espace sur une longue durée a été un échec pour cette raison...

-Vous avez dit que tout dans le vaisseau serait réutilisé. Qu'en est-il des moteurs hyperespaces ?

-Tout simplement, nous avons un autre système de propulsion hyperespace à Berlin. Sauf que ce n'est pas vraiment pour la propulsion, mais plutôt pour la compression spatiale. Sur la colonie, on compressera l'espace de façon tellement intense qu'il sera créé une faille dans l'espace temps, reliant les deux planètes, permettant d'envoyer des ondes radio de la Terre jusqu'à la colonie instantanément. Comme ça, on ne perdra pas le contact avec la planète mère. Bien entendu, seules les ondes peuvent passer par ces fissures spatiales. Ce serait trop facile sinon ! Non, en réalité, c'est que la matière se disloque en passant dans ces failles. Et en plus, elles sont minuscules.

-Et bien merci beaucoup professeur Meyer pour toutes ces réponses.

-Oh mais de rien, tout le plaisir était pour moi, je suis ravie de partager mes connaissances ! »



Ce sont les Capella Industries qui ont financé la plus grande partie du projet. D'ailleurs, Sergei est le directeur adjoint de cette société. Le dirigeant de la firme est passionné par l'espace. Malheureusement, il se considère trop vieux pour ce genre de voyage.

C'est la coopération d'entreprises d'armement française, allemande et britannique, dès l'an 2000. S'associant pour créer de nouvelles techniques, ces entreprises remportent un grand succès. On s'était dit que le 21e siècle serait relativement calme en termes de guerres. La première décennie, ça allait, mais c'est en 2016 qu'elles ont gagné leur renommée. Ajoutez à cela le conflit de 2035... Elles avaient fait d'incroyables bénéfices sur toutes ces batailles. Leur image était ternie par le fait qu'elles s'enrichissent sur l'industrie de la mort, alors elles ont décidé de financer la plus grande majorité d'un projet pacifique.

Le 13 avril 2091, on commence à embarquer dans le vaisseau. Le directeur des Capella Industries a laissé les pleins pouvoirs à Sergei pour cette opération, et les lui confie aussi une fois sur Antvarmont. Bien entendu, tous les chercheurs et techniciens ayant participé au projet sont du voyage. Ensuite, Sergei a fait embarquer quelques centaines de personnes que la vie n'avait pas privilégiées, désirant repartir de zéro. J'admire le côté humaniste de mon ami, et ce, depuis notre rencontre. Il ne perd pas la moindre occasion d'aider les autres.
Puis ensuite, il a fait payer les places restantes, et ceux qui avaient les moyens de s'en offrir une nous rejoignirent. C'est au total 30,000 personnes qui font route pour Antvarmont. Pour profiter pleinement de ce nouveau départ, on cryogénise les passagers, afin qu'ils ne vieillissent pas inutilement pendant le trajet. Sur le moment d'embarquer, Sergei était devant moi et suivait la file des passagers. J'avais confiance en ce projet. Mais je ne pouvais m'empêcher d'être inquiète, pour une mission de cette envergure. Je fixais mon ami, ses courts cheveux marrons, ses yeux vert clair, sa bouche étroite et ses traits fins, sa légère barbe...

« C'est... c'est peut-être la dernière fois que l'on se voit...
-Marlène, comment peux-tu douter de ce vaisseau, surtout si tu y as participé, il est forcément infaillible ! »

Sergei a toujours su me réconforter et me faire oublier mes mauvaises pensées. Son petit sourire me rassure à chaque fois.

Le vaisseau décolle enfin une ou deux semaines après la fin des préparatifs. Il utilise d'abord ses réacteurs à fusion pour sortir de l'atmosphère. C'est désert à une dizaine de kilomètres à la ronde, pour prévenir les dégâts, car lors de leur allumage, les moteurs libèrent des gaz à plusieurs millions de degrés, tellement chauds qu'ils sont invisibles; on n'aperçoit qu'une distorsion du paysage. La déformation hyperespace quant à elle pourrait endommager les structures avoisinantes, sans parler de ce qui est vivant. Une fois à 10,000 km de la terre, le système hyperespace est activé. Le vaisseau atteindra la pleine vitesse de 75,000 km/s une fois la ceinture d'astéroïdes dépassée. Il entame sa longue route vers la nouvelle planète.

La planète n'est plus qu'à une demi-année-lumière de distance. Des sondes sont lancées en direction de la future colonie, qui se dispersent à sa surface pour couvrir plus de terrain. Leur objectif est d'analyser les sols, afin de trouver ce qui pourrait nous être utile comme ressources.

16 août 2098. Ça y est, le vaisseau est en train d'atterrir. Enfin... vu qu'on était cryogénisé, on n'a pas pu le voir faire. A notre réveil, on a du enfiler un masque respiratoire. Comme je l'ai dit aux journalistes, l'atmosphère est moins chargée en dioxygène que celle de la Terre. Bien heureusement, une fois la ville installée, l'air sera sain dans son enceinte.
J'étais excitée. J'avais hâte de voir de mes propres yeux à quoi ressemblait de près cet astre. On avait bien vu d'après les sondes que c'était en grande partie désertique, mais l'observer à un mètre ou a plusieurs millions de kilomètres, ce n'est pas la même chose.
C'est fascinant de voir de tels paysages. Ça n'a rien de folichon pour l'instant, mais le soleil est encore plus lumineux que sur Terre, sans parler de la température qui affiche 41°C. Devant moi s'étend une grande plaine de sable ocre. J'arrive à peine à distinguer la lisière d'une forêt à l'horizon, et juste au-dessus, l'étoile ardente.
Nous appelons le Point 0, le lieu d'atterrissage du vaisseau, qui servira de point de référence quand on cartographiera la planète. Avant son entrée dans l'atmosphère, le vaisseau a largué des modules satellites qui sont déjà en orbite. Ils nous permettront de visualiser l'ensemble de la colonie avec un meilleur aperçu et de nous transmettre une image d'Antvarmont dans son intégralité. Sergei avait raison, il n'y avait aucune raison de s'inquiéter. Je nage dans un pur bonheur.

Fascinant, c'est fascinant ! Je n'ai que ce mot à la bouche. C'est in-des-crip-tible. Toutes les sondes qui ont été larguées, je dis bien toutes, sont tombées sur des gisements de minerais nouveaux. Cette planète est extrêmement riche en ressources, et on a étudié quelques unes d'entre elles. C'est incroyable, certains matériaux ont des propriétés extraordinaires. Des métaux supraconducteurs à température ambiante, d'autres insensibles à la chaleur, et d'autres absorbant totalement les ondes sonores sans les propager... Avec Sergei je parlais de cela, et avec le reste des scientifiques, nous avons fait le lien avec les armes GAUSS, ces matériaux seraient extrêmement utiles. Mais aussi pour le transport d'électricité, l'isolation thermique et sonore, des applications du quotidien, quoi.

J'étais tellement occupée à étudier les matériaux que j'ai oublié de consulter les données satellites. A part la végétation, il a bel et bien d'autres formes de vie. Principalement reptilienne. Ce que l'on a observé pour le moment, ce sont des serpents, des lézards, mais aussi des poissons dans les océans. Ce qui est remarquable, c'est que leur taille est de deux à cinq fois plus grande que ce que l'on peut trouver sur Terre. Il faudra passer un peu de temps à classer comme il faut ces animaux.

On commence les extractions massives de matériaux, 6 semaines après l'atterrissage. D'ailleurs, on a découvert une nouvelle source d'énergie. Des pierres émettant une lueur bleue. Ça m'a de suite fait penser à la lune de cette planète, qui est de la même couleur, la nuit. Nous avons été d'accord pour l'appeler « éclat de lune ». Ses propriétés m'ont encore une fois impressionnée. Il possède un énorme pouvoir calorifique. Le rendement énergétique final lors de leur combustion et de leur utilisation pour produire de l'énergie est plusieurs milliers de fois supérieur à celui de la fusion nucléaire. Les réacteurs du vaisseau deviendront vite obsolètes si on arrive à maîtriser la combustion d'éclats de lune.

En plus d'un nouveau minerai, une nouvelle espèce animale. Agressive qui plus est. Pour l'instant, on appelle ça « dragon », vu que ça a des écailles, des ailes membranaires, des griffes, une queue, et que certains crachent du feu. C'est ridicule de le dire comme ça, mais c'est la vérité. D'ailleurs, certains ne crachent pas que du feu. Mais en tous cas, ils nous empêchent de récupérer les minerais. Nous nous sommes concertés pour nommer un chef des armées provisoire. A l'unanimité, Sergei a été choisi, pour son expérience en matière d'armement au sein des Capella Industries. Et d'ailleurs sa décision a été partagée par tout le monde : envoyer les blindés pour libérer les sites d'extraction.
Les résultats ne se font pas attendre, les sites d'extraction sont nettoyés en deux-trois jours, le minage peut reprendre. Ce ne sont pas quelques grosses bestioles qui vont nous empêcher de vivre ! Ça a été du gâteau de les éliminer. D'ailleurs, nous avons ramené des corps, pour étudier comment ils peuvent cracher du feu, mais aussi des flux d'électrons ou des gaz cryogéniques.

Déjà, de nombreuses petites villes ont été déployées afin de diminuer le temps de trajet entre les sites d'extraction et les cités, mais aussi de servir d'avant poste et y entreposer des blindés : Danov, Shilbur, Rodenmessa, Odelgrad, et une comportant un port militaire : Heifel.

Encore des tas de matériaux aux propriétés uniques. Rien que dans les métaux, il y en a énormément. Des tests ont permis d'établir leur future utilité, et pour l'instant, le plus répandu dans notre consommation est le Terralium, un métal extrêmement solide mais léger, capable d'absorber plusieurs milliers de mégajoules par centimètre carré. Il équipe désormais tous les véhicules conçus, et les protections des fantassins.
Deux mois de sérénité. Mais bien entendu, ils allaient être terminés par quelque chose d'important. Une bonne et une mauvaise nouvelle : nous maîtrisons à présent la l'énergie des éclats de lune, de l'énergie à volonté, pour tout un tas d'applications. En plus de cela, une fois consumé, les éclats de lune deviennent une substance liquide, que l'on a nommé « Ether » -rien à voir avec les éthers connus sur Terre, mais plutôt en rapport avec l'ancien, cette substance qu'on pensait dans l'air, censée véhiculer la lumière, la chaleur, l'électricité... Cette substance est très énergétique, mais dans le sens où on a trouvé une application uniquement dans l'armement. Une fois ionisé, on obtient un gaz chargé, bleu irradiant, émettant beaucoup de lumière. Cela fait des dégâts dévastateurs au contact de la matière. Sous cette forme, il libère de grosses quantités de rayons gamma, qui offre des dégâts supplémentaires sur les tissus des victimes, en l'occurrence, les dragons.

Par contre, on a perdu plus de la moitié des sites d'extraction. Des attaques de dragons, enfin... y ressemblant, il y une petite variante physique que l'on a vite remarqué. Est-ce une autre race, ou bien un autre hips ? Nous n'avons pas le temps de chercher. On avait bien prédit qu'il y aurait une menace, que nous allions éliminer. Cette variante physique, fait que tous les blindés ont été détruits… Il y en a des faibles, qui meurent en quelques balles, et d'autres, pourtant de la même taille, qui résistent aux armes GAUSS ! L'Ether est peut-être la solution. Nous devons valider nos prototypes. La plupart des pertes sont dans des zones forestières. Nous allons mettre le feu.

Jour après jours nous gagnons du terrain. Sergei avait raison, il y avait bel et bien une menace. En tant que chef des Armées, il nous a dit qu'il supprimerait cette menace. C'est bien parti pour. Il serait temps d'élire un Président, et mon ami semble très populaire. Il tient les promesses qu'il fait.

Mais il subsiste encore un mince et gracieux dragon téméraire qui refuse de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RashXBucker
Membre actif
Membre actif
avatar

Graph' : 10
Réputation : 14
Ubuntu Sexe : Masculin Vierge
Messages : 858
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 29
Localisation : Devant mon PC
Humeur : fatiguer

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 19 Avr - 14:21

Super histoire! bien Hâte de lire la suite pom-pom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bucker-land.eklablog.fr/ http://xx-tatooz-xx.deviantart.com/
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 19 Avr - 16:04

Content que ça te plaise ! Smile

-II-




Moi, Sergei, ai trouvé les rapports de Marlène. Elle a bien résumé la situation. D'ailleurs, c'est une bonne idée d'avoir écrit tout ça. Malheureusement, Marlène est morte. Intéressée par ces dragons, elle s'est faite tuer par l'un d'entre eux, pourtant au sein même de Capella. Ou plutôt, par l'une d'entre elles. Nous avons déterminé que c'était un autre hips qui a éliminé nos compagnies blindées. Ce sont des femelles. C'est la loi des Trips qui leur accorde une telle force. La loi établie par les frères Trips, qui n'est qu'une vague supposition sans fondement. La seule certitude est qu'elles représentent un grand obstacle à notre développement, et un danger pour nos vies.

J'appréciais beaucoup Marlène. Mais le fait qu'elle me considère comme son meilleur ami m'apporte un profond chagrin. Je la connais depuis tellement longtemps... c'est elle qui m'a recueilli et aidé à surmonter la mort de mes parents pendant la guerre. Ces saloperies vont le payer. Le payer très cher. J'en fais le serment. Puisqu'il semble que je sois prédestiné à être le Président, je profiterai de cette opportunité pour venger ma chère amie. Si certains lisent ce que j'écris, ils penseront que je ferai des morts juste pour une histoire personnelle, mais c'est bien plus que ça. Ces créatures sont douées de la parole, et d'une certaine conscience ! Il n'y a aucun compromis qu'elles acceptent ! Tout ce que nous voulons, ce sont des ressources. Des ressources qu'elles n'utilisent pas, que aucun autre être vivant n'utilise. A la limite, si nous détruisions, polluions et laissions d'énormes cratères aux lieux d'extraction... mais non, nous recouvrons les carrières pour ne laisser aucun défaut dans le paysage ! Il n'y a aucune solution. Nous ne voulons aucun mal, ils nous attaquent. Ecrire à la suite des rapports de Marlène me rend vraiment triste, alors je vais arrêter. Et m'occuper du plus important, l'éradication totale de ces choses !

Sergei est élu Président à l'unanimité. En effet, toute la population considère les dragons comme un danger. Car si on ne peut pas extraire de ressources, il n'y a plus d'énergie en abondance, et donc de confort de vie.
De nombreuses usines sont érigées, et une grande partie de celles déjà existantes se convertissent désormais dans l'armement. Contre ce nouvel ennemi, les fantassins sont devenus quasiment inutiles. Même les compagnies d'infanterie motorisées ne peuvent y faire face. Sergei développera surtout des groupements d'infanterie mécanisée et de complètes divisions blindées, plus à même de résister à la menace. Capella Industries a élaboré un nouveau système de développement. Les drones de constructions conçoivent l'intégralité des véhicules et des bâtiments nécessaires. Compacts, obéissants et travaillant sans relâche, ils enchaînent la production de blindés, dès qu'un est fabriqué, ils enchaînent sur un autre. Ils sont bien plus performants que des ouvriers humains, ils alimentent sans aucune interruption la machine de guerre.

Bien entendu, Sergei ne se limite pas à dresser des armées au sol. Vu que ses ennemis sont capables de voler, il ordonne la fabrication d'aéronefs de chasse.

Des attaques sont lancées partout sur le continent. Tentant de supplanter les canons GAUSS contre les femelles, on teste les canons Éthérés. Les raids incluant les prototypes de ces armes se font systématiquement détruire, mais les tirs éthérés ont la capacité de faire reculer les cibles, contrairement aux armes électromagnétiques.
Les villes extérieures ont d'ordinaire leur indépendance, avec leur propre armée et leur production d'énergie personnelle. Mais effort de guerre oblige, Sergei réquisitionne tout l'équipement et les ressources pour contribuer à la production de forces armées. Danov sera le plus touché par la réquisition, leurs armes de la fin du 21e siècle remplacées par celles de la 2nd guerre mondiale. Déjà sujette aux attaques de dragons, ce sera un coup fatal pour cette ville.

On a le droit de se demander, si les armes classiques n'ont aucune efficacité, pourquoi ne pas utiliser la puissance de l'atome ? Tout simplement car la Terre a été tellement polluée par ces armes durant de conflit de 2035, que nous n'avons pas envie que cela se reproduise ici. Les courants aériens en haute altitude sont bien plus violents que sur la planète mère. Les particules radioactives seraient répandues en quelques jours sur toute la surface. Si ces créatures en meurent, alors nous en mourrons aussi d'une manière encore plus certaine.

Les blindés conventionnels représentent tout de même une efficacité limitée contre leurs adversaires. Les dragons sont éliminés en toute tranquillité, mais les dragonnes restent encore un gros problème qui pour l'instant ne peut être arrêté. Les essais sur des armes à Ether donnent des résultat plutôt satisfaisant, mais pour arrêter de gaspiller des ressources à perdre des véhicules lors des test, Sergei lance un projet de grande ampleur.

Avant d'accéder au poste de directeur adjoint, il a bien entendu été engagé en tant qu'ingénieur. Grâce à son expérience et celles des autres techniciens qui ont embarqué avec lui, il décide de créer un une nouvelle arme, un canon éthéré automoteur. Toutes les ressources rassemblées permettront de concevoir cet énorme véhicule qui en plus de son arme principale, est équipé de deux canons Éthérés auxiliaires et deux mitrailleuses latérales. Nommé « Chasseur d'Arme », Sergei met toute sa confiance dans cet engin. Il le considère comme LA réponse au problème, comme le vecteur de la victoire.

Un tel objet nécessite des quantités colossales de matériaux et d'énergie. Sergei détourne alors la production de ces deux ressources pour alimenter directement le chantier. Le temps presse et il ne veut pas attendre une éternité à collecter les ressources nécessaires, en plus de subvenir aux besoins de la ville. Privés d'électricité et de matières premières, des mécontentements commencent à se montrer parmi les habitants. C'est à mesure que le temps passe et que les gens ne peuvent plus mener le même train de vie habituel qu'une pulsion de révolte touche toute la population. Ceux qui expriment leur désaccord sont violemment réprimés avant d'être reconduits chez eux. Après quelques semaines de privation, la situation redevient calme, plus personne n'ose se manifester.
La construction du Chasseur d'Arme peut alors reprendre en toute sérénité. Une dizaine de jours après la fin des répressions a suffi pour achever la construction de ce mastodonte. L'équipage ne perd pas une minute, il embarque et le véhicule se met en route à toute allure, escorté par deux chars et un véhicule anti-aérien.


Une dizaine de dragons sont tués par jour. Mais toujours aucune dragonne, où ce sont toutes les forces de Capella qui sont balayées. Dès qu'une région est libéré, une autre est décimée, la progression de l'armée est alors bien ralentie, elle est forcée de faire des détours ou des demi-tours pour ne pas se faire encercler. Toujours prêt à mettre l'intégralité de son énergie à l'œuvre, il enrôle de jeunes hommes parfois de force. Des troupes fraîchement produites prêtes à rejoindre les rangs de l'armée et ce, très rapidement. Elles n'ont pas le temps de suivre un entraînement, Sergei est tellement pressé d'écraser son nouvel ennemi qu'il se contente de leur donner un équipement et de les larguer au beau milieu du champ de bataille. Les ressources sur cette planète ne manquent pas et sont d'ailleurs de meilleure qualité que celles trouvables sur terre utilisées dans le même domaine. Les résultats sont alors mieux que ceux escomptés. Ils sont légèrement plus résistants que ceux créés avec des matériaux normaux. Mais aussi, il utilise la manipulation biogénétique et l'associe à la mécanisation sur une partie de ces combattants, afin de créer des super-soldats, qu'il appelle « Sentinelles ». Elles possèdent une meilleure endurance, elles peuvent soutenir des efforts bien plus prolonger, se déplacer plus vite grâce à leur organes supplémentaires. Leurs réflexes sont grandement augmentés et leur précision est mortelle. Ils résistent mieux à toutes les contraintes, telles que les échauffements, les chocs, l'électricité, le froid… Le résultat ne se fait pas attendre : 3 fois plus de dragons tués par jour. Mais du côté des dragonnes, 0 multiplié par 3 donnera toujours 0.

« Je ne le crois pas. J'ai vu quantités d'engins destinés à répandre la mort en ces quelques années. Mais je n'aurais jamais pensé qu'ils réussiraient à maîtriser la puissance de l'Ether. Je... je ne sais pas quoi faire. J'ai déjà reçu plusieurs de leurs balles, et les conséquences se ressentent encore. Je n'ose pas imaginer avec de l'Ether entre leurs mains.

-Tu le dis toi-même, tu résistes mal aux balles ! C'est pour ça que tu dois attendre Likya pour attaquer ! Répond Aerial.

-Justement, je vais montrer à ta mère que cette histoire de résistance, c'est du n'importe quoi. Et là je pourrai me déplacer librement, pas comme un gosse surveillé en permanence !

-Si jamais tu survis, elle te fera la peau.

-Je doute qu'elle puisse risquer de s'en prendre à celui qui a été assez fort pour pulvériser ce véhicule.

-Tu sais comment elle réagit quand elle est énervée... et que tu lui désobéisses, ça l'énerve.

-Je ne suis plus un enfant, je suis plus vieux qu'elle, il faudra qu'elle se le mette en tête. »

Aerial est un jeune dragon de 12 ans. Emrik, qui constate avec effroi la situation à laquelle il est confronté, est son père. Ils ont élu domicile dans une caverne, à peine à 400 kilomètres de Capella. Une distance qui peut être rapidement parcourue par l'armée. Lui et Aerial sont tous les deux de couleur noire. A la différence que le fils a des teintes rouges aux ailes et le long du cou, du ventre et de la queue; quatre cornes grises comme sa mère, et les yeux verts. Le père a les yeux dorés et seulement deux grosses cornes blanches courbées vers l'avant, la peau de son dos est couvert de larges rayures bleu foncé. Une fois la conversation finie, Emrik déploie ses grandes ailes bleues, s'envole et se fond dans l'obscurité de la nuit. Un raid a été aperçu à proximité d'eux.

La colonne blindée se trouve alors sur une route forestière. Les véhicules suivent la voie marquée par des empreintes de roues et de chenilles, tandis que le Chasseur d'Arme se contente d'écraser les arbres. Emrik, en vol, n'aperçoit pas l'énorme blindé. Il commence à attaquer en crachant des bulles d'air, son élément. Aerial fixe l'horizon, en voyant au loin les lueurs des tirs déchirer la noirceur du ciel.

Il n'arrive même pas à faire une seule rayure sur le blindage des chars. Il reprend de l'altitude pour s'éloigner du véhicule anti-aérien qui fait un carnage. Les balles tirées à une cadence ahurissante sont en train de déchiqueter sa queue qui ne tient plus que par quelques filaments de chair. En refaisant un passage, il se retrouve face au canon Éthéré du Chasseur, qui l'a dans son collimateur depuis un bon moment. Les lumières disposées le long du canon s'allument une par une, montrant qu'il se charge. Emrik sait qu'il ne peut rien faire pour éviter le tir. Il tente une attaque finale en concentrant une grande quantité de vent. Mais le blindé fait feu avant qu'il ne puisse terminer son assaut, et a raison du dragon. Le rayon d'Ether le traverse de part en part. Sa tête fait face au canon, le reste de son corps est aligné avec elle. Le tir vaporise toute sa poitrine, le coeur, les poumons, les os... Le cadavre retombe au milieu de la terre, roule lentement sur le côté avant de s'arrêter définitivement. Aerial voit à l'horizon ce rayon azur perforer les nuages, puis fixant toujours, et ne voyant plus rien, après dix minutes, a une larme parcourir sa joue, terminant lentement sa course contre le sol en une petite flaque.

Cinq secondes. C'est le temps qu'il a fallu au Chasseur d'Arme pour réduire Emrik à l'état de cadavre fumant. L'équipage du véhicule n'a pas hésité à faire part de cette attaque à Sergei, qui est alors extrêmement ravi de l'efficacité de son véhicule. Désormais, il est convaincu que plus rien ne peut l'arrêter, lui et son blindé. Le moral remonte donc, les troupes sont plus enclines à se battre. Le détachement avance de minute en minute éliminant un par un les dragons qui se dressent sur sa route, ne faisant que réjouir le Président.

Une silhouette bleue et rouge s'approche rapidement d'Aerial.
La mère, Likya, revenant de chasse, sait pour la mort de son compagnon. Siégeant à 5 mètres du sol, sa tête affiche des yeux vert turquoise. Sa peau est d'un bleu foncé assez terne. Tout comme son fils, elle possède quatre cornes grises, la poitrine et le ventre écarlate, et les ailes de la même couleur -pourpre. Un épais collier métallique noir entoure le bas de son cou, muni de trois chaînes avec un cristal bleu à leur extrémité.
Des épines dorsales parcourent son dos et s'arrêtent en bas du bassin. Sa longue queue est terminée par une grande lame avec quatre autres épines blanches. Elle décide également d'écarter le danger pour protéger alors sa progéniture. Aerial, comme toujours, essaie de la dissuader de partir :

« J'ai perdu mon père, et toi tu veux risquer ta vie aussi ? Il voulait juste que tu arrêtes de l'empêcher de se battre en te montrant que quoi il était capable !

-Ah. J'espère que ça lui a servi de leçon. Il aurait dû m'écouter, je lui avais dit de ne pas y aller seul... hum...

-C'est affreux ce que tu dis !

-Tu...tu as raison... dit-elle en esquissant une larme. On a eu de nombreuses disputes à propos de ça. Je n'ai jamais écouté ce qu'il a avait à dire. Mais... je l'aimais tellement... je voulais le protéger... Je ne veux pas perdre quelqu'un d'autre qui m'est cher !

-Tu crois que moi j'en ai plus envie ?»

Elle s'écarte doucement, trainant les pattes, et regarde de nouveau son fils.

« Prends soin de Shimmy. »

Elle s'envole. Aerial accourt vers elle pour essayer de la retenir, mais le souffle du battement des ailes de Likya le fait tomber par terre. Regardant, tout en souffrant intérieurement, sa mère s'aventurer face au Chasseur d'Arme, il n'arrive plus à se relever, il ne veut pas imaginer qu'il puisse perdre le dernier parent qu'il lui reste. Mais il ne peut rien y faire, il se relève quelques instants plus tard et marche doucement la tête baissée vers un petit trou creusé dans la terre, entouré de cailloux, où repose Shimmy, encore dans son œuf. Il murmure :

« Shimmy… je ne sais pas comment tu seras, mais je t'assure que je t'aimerai et te protègerai. »

Comme il y a quelques heures, il reste à son poste, scrutant toujours l'horizon alors que Likya vole en direction du Chasseur d'Arme, bien déterminée à l'anéantir. Son cœur bat vite. Elle n'a aucune difficulté à se débarrasser des blindés ordinaires, mais le fait que l'un d'eux utilise l'Ether change la donne. Elle reste tout de même confiante.

Mais la DCA aperçoit bien ses couleurs rouges sur le fond sombre du ciel et tire une grande rafale de balles des canons GAUSS d'où s'échappent des fulminations intenses, qui transperce une partie de la membrane de son aile droite. Elle perd l'équilibre et agite en vain son aile perforée. Le véhicule antiaérien lance une salve rapide de roquettes, dont quelques unes d'entre elles achèvent son aile gauche libérant une épaisse fumée noire. Elle tombe, en faisait plusieurs rotations incontrôlées, s'écrasant de ses deux tonnes sur le blindé de DCA, en le détruisant au passage. Un autre blindé tire, mais Likya attrape l'obus avec la bouche, le retourne face au char et le renvoie dans une gerbe d'électricité. C'est impressionnant pour l'équipage qu'elle puisse stopper les projectiles de cette manière, mais le blindage absorbe l'électricité sans dommages, et les composants réactifs le laissent indemne. C'est désormais au tour de la dragonne de devenir complètement inefficace face à ses ennemis.

« Qu'est-ce que !? L'autre fois ils ne résistaient même pas à un éclair... Oh non... ils utilisent les ressources de cette planète... »

Likya, pourtant à peine deux fois plus grande qu'un char classique, et capable de les « écraser », ou du moins de les mettre hors-service. Elle accourt vers le char qui lui a tiré dessus. Elle se dresse sur ses pattes arrière, lève son bras en l'air et, tout en crispant ses doigts frappe le haut de la tourelle avec vigueur, compressant le char, laissant en même temps des marques de griffes. Le coup tord le blindage du char et le fait légèrement décoller du sol, l'arrière et l'avant se relevant subitement, courbés, faisant voler quelques éclats de Terralium. Le second char tire à la mitrailleuse pendant que la dragonne se rapproche de celui-ci en courant. Une fois assez près, et saute et se jette sur le blindé pour l'écraser lui aussi.

Il ne reste plus qu'elle et le Chasseur d'Arme. Le canon se charge alors que Likya a du mal à se remettre de sa chute. Les lumières éclairent en bleu son visage oscillant de douleur et son corps tremblant, puis le canon tire enfin. Elle tente d'esquiver en sautant sur le côté, mais le tir consume la moitié de sa queue, qui était encore en face du char. De la vapeur blanche est expulsée du canon brûlant et le système de refroidissement se met en marche, agissant dans un vacarme infernal. La dragonne agonise au sol. Un soldat en profite donc, sort du char et se dirige vers Likya qui se tord frénétiquement. Il prend son fusil accroché dans son dos et pointe le canon à bout de bras vers la tête de la dragonne. Au moment où il allait appuyer sur la détente, elle le mord aux hanches, la pression de ses mâchoires étant telle, qu'elle le déchiquète en deux, pulvérisant du sang par terre.

« Ah...ah...ah... rit-elle de douleur. C'est... c'est du jamais vu... l'Ether à leur service... c'est la fin... c'est atroce... »

Elle se relève avec difficulté. Ses pattes glissent plusieurs fois, chutant à multiples reprises. La tête vers le sol, elle bave. La perte de sa queue l'a complètement anéantie et les radiations d'Ether l'affaiblissent peu à peu. Dès qu'elle rehausse sa vue, les voyants bleus s'allument une fois de plus. L'intérieur du canon s'éclaire lui aussi au passage de l'Ether ionisé. Cette lumière devient vite aveuglante, et avertit du tir imminent. Un bruit effrayant et insupportable, un sifflement aigu en émane durant la charge.

Likya est aussi grande que le char, sa tête est donc pile à la hauteur du canon. Elle se précipite le plus vite possible à l'arrière de la tourelle, montant sur le côté du blindé, pliant le blindage sous son poids, et esquive le tir. L'équipage tourne machinalement la tourelle principale vers sa cible au lieu d'utiliser l'armement secondaire qui est plus mobile. Elle profite de la lenteur de la rotation pour prendre son élan et fonce cornes en avant vers le réservoir d'Ether, le transperçant violemment. Tout le liquide lumineux se déverse par terre, formant une immense flaque. Au contact de l'air, il se gazéifié. Le canon est hors d'état de nuire, de ce fait, le chef de char hurle à l'équipage :

« Bande d'incapables, le canon Éthéré est HS ! Pourquoi vous n'avez pas utilisé les mitrailleuses !?

-Ce sont vos ordres chef ! Vous nous avez dit de n'utiliser que le canon Éthéré car le dragon était presque achevé !

-Bon… heureusement que les canons auxiliaires ont une réserve interne… faites un demi-tour et feu à volonté ! »

Elle se repose prudemment de cet effort et ne fait attention qu'à son corps endolori. Malgré tout, le Chasseur a le temps de se retourner intégralement. C'est alors un véritable feu d'artifice de rayons azur qui s'abat sur Likya. Son aile droite est complètement consumée, il n'en reste rien, juste un petit morceau d'os fumant sortant de ses épaules. Elle est aussi couverte de grosses plaies calcinées le long de son corps d'où s'échappe la même vapeur blanche que du canon, témoignant des brûlures graves. La chair est à l'air libre, la piquant sévèrement et les radiations la rongent à petit feu. Dans un dernier espoir, elle projette des éclairs de sa bouche, mais ils s'atténuent eux aussi rapidement en parcourant le blindage du char, crépitant de façon insignifiante. Les réserves internes des canons sont à présent épuisées. Les mitrailleuses font feu.
Likya fait tout pour résister, mais même ses efforts n'arrivent pas à la protéger, les balles crachées par les mitrailleuses la criblent de trous.

Son sang se déverse lentement hors de son corps, mais même sous le torrent de projectiles, elle s'avance vers le Chasseur. Elle gonfle sa poitrine d'une grande inspiration, se dresse sur ses pattes arrière, et découpe le canon à sa base avec ses griffes, dispersant des étincelles et des lamelles métalliques un peu partout. Le canon, très massif, tombe en s'enfonçant légèrement dans le sol et soulève de la poussière. La zone de coupure est encore incandescente, et le reste pendant un bon moment.
Elle respire très rapidement suite à cette épreuve tout en se remettant à quatre pattes. Elle se propulse en arrière et, stabilisée en l'air à un mètre du sol, elle plie son aile autour d'elle. Un halo blanc commence à se former autour d'elle pendant que de petites étincelles apparaissent rapidement, formant ensuite des arcs électriques.

« Mais bon sang ! Ne le laissez pas faire ! Tirez et butez-moi ça !

-Impossible chef ! Canons principal et auxiliaires HS et mitrailleuse en surchauffe ! »

Une quantité innombrable d'éclairs s'échappent de Likya. Après quelques instants en position immobile, elle relève la tête vers le ciel et balaie devant elle avec son aile. Le coup libère une immense vague électrique qui vient percuter le Chasseur d'Arme. Le blindage commence à fondre et l'électricité arrive à pénétrer dans les parties les moins protégées en détruisant les composant internes, ce qui ne tarde pas à mettre le feu à l'enfin puis à le faire exploser entièrement. La décharge ajoutée à la déflagration, consument largement la végétation environnante.

Elle en avait fini avec cette abomination. Il n'en restait plus qu'une carcasse brûlante et noircie. Le danger est éliminé, et Likya meurtrie. Un violent affrontement contre la technologie terrifiante de l'homme. Elle se doutait que Capella n'en resterait pas là, qu'ils reconstruiraient un tel véhicule ou pire, en élaboreraient un plus gros. Même si les humains n'arrivaient pas à tuer, ils affaiblissaient suffisamment. Et acharnés comme ils l'étaient, ils en enverraient, encore et encore, jusqu'à épuisement des ressources.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 19 Avr - 16:06

-III-




Aerial, qui observait au loin, finit par s'endormir. Le soleil se lève, et il voit, les yeux fermés, une ombre cachant la lumière du soleil. Il se réveille, et voit sa mère dans un état déplorable. Elle prend sa respiration, et dit avec difficulté :

« Je… je l'ai… je l'ai détruit… »

Elle se laisse tomber. Elle est toujours vivante, mais épuisée. Déjà, son retour avait été affreux, que ce soit en marchant ou en volant, elle souffrait à chaque mouvement. Mais en plus, la chaleur du soleil et l'air sec frappaient ses plaies.
Elle ne pense plus à la douleur. Elle veut profiter au maximum de ce moment de répit, en repensant à ceux qu'elle aime, en compagnie de son fils.

Heureusement pour eux, aucun raid n'avait été lancé dans la région. Le jeune dragon redoutait des attaques toutes la journée, tandis que la nuit, cela l'empêchait de dormir. Il ne disait rien, sa mère n'était pas vraiment en état de lui répondre, mais même lorsqu'elle l'était, elle fuyait la conversation.

Likya retrouve un état à peu près normal après une longue semaine de souffrances. D'ordinaire elle cicatrise plus vite, mais les radiations d'Ether ont sévèrement altéré la régénération de son corps. Pendant toute cette période, elle ne pensait plus à la terrible situation dans laquelle le reste de sa famille était. Avec sa seule aile restante, elle ne pouvait plus aller bien loin, elle allait bien mourir un jour, et elle le savait. Pourtant, c'était le cadet de ses soucis. Ce qui la préoccupait le plus, c'était Aerial et Shimmy. Car eux, elle ne voulait pas qu'ils soient tués de la même manière.

« Cette tuerie... toute cette tuerie... pour des ressources... balayer des être vivants au profit de minéraux... pourquoi...? »

A Capella, la situation est tendue. Sergei a perdu une bonne partie de sa crédibilité à cause de la destruction du Chasseur d'Arme. Il a promis à ses électeurs un anéantissement rapide, efficace et impitoyable de l'ennemi. Les membres les plus proches de son gouvernement commencent à le quitter.

Il décide d'aller affronter lui-même le problème. Cette décision provoque une explosion de sa popularité. Un Président qui part lui-même au combat, c'est rare, en général, ils n'y participent pas, ils le déclenchent. Mais il est plus rempli de promesses que de compétences. Certaines de ses intentions sont bonnes mais c'est uniquement sa haine et sa colère, -et surtout une envie de voir sa cote remonter- qui le poussent à aller au devant des choses et se battre.

Il embarque dans un jet privé pour aller affronter Likya, escorté de 5 chasseurs Eclipse. Le chasseur Eclipse est un avion d'interception compact et rapide. Mû par deux réacteurs ioniques, il peut atteindre de grandes vitesses sans problème. Polyvalent, il peut aussi bien affronter les véhicules que les autres appareils. Vu qu'il est pressurisé, il peut sortir de l'atmosphère. Muni de deux canons, d'une tourelle EM et de 6 petits missiles de charge élevée, c'est l'aéronef principal de l'Armée Européenne, et donc de Capella. Il a prouvé son efficacité en bien des occasions sur Terre.

En vol, le jet repère sur son écran une grosse masse volante non métallique se rapprochant rapidement. Fendant les nuages, Likya les intercepte, volant péniblement avec son unique aile. L'absence d'une deuxième la fait vaciller à chaque battement.
Sa présence détectée, tous les appareils de combat rompent leur formation en V et se dirigent vers Likya en activant leur routine de combat.

Sans perdre un instant, elle se jette sur un chasseur. Elle l'attrape au niveau du cockpit avec la bouche, et le déviant de sa trajectoire, elle le broie avec ses mâchoires (elle est bien capable de compacter du Terralium avec), pulvérisant le pilote et répandant du sang et des bris de vitre dans toute la cabine.

Les autres, impressionnés, se retirent pour préparer un feu consistant. Mais même amputée d'une aile, Likya vole suffisamment vite pour rattraper un aéronef qui dépasse Mach 2. Elle passe au dessus d'un de ces derniers, le masquant avec son ombre. Elle enroule la moitié restante de sa queue autour de celle de l'appareil, déformant le carénage sous sa pression. La poussée contraire des réacteurs freine brutalement la dragonne, mais elle maintient toujours avec force le chasseur. Elle prend de l'altitude, plusieurs centaines de mètres rapidement parcourus, puis elle réalise un salto avant, desserre la queue et se débarrasse de sa prise.

L'appareil est expulsé à vive allure, vrillant vers le bas. Il n'arrive pas à se stabiliser et s'efface dans les nuages.
Ses coéquipiers se préparent à riposter et l'un d'eux tire plusieurs fois avec le canon EM, mais rate sa cible à deux reprises. Cette arme a la particularité d'envoyer un projectile qui se fixe aux parois métalliques. Avec son foret il va transpercer le blindage et libérer une énorme décharge électrique qui met en panne tout le système électronique.

Au troisième coup, Likya est touchée, mais sa peau est bien trop résistante pour le projectile. Le foret s'accroche, mais se tord. Elle le prend avec la bouche et le recrache sur l'appareil, qui fissure la vitre de sa cabine. Le pilote est privé de visibilité et s'éloigne d'elle et rejoint ses camarades.

« Qu'est-ce que vous attendez pour me soutenir ? Je suis le seul à l'attaquer ! crie-t-il par radio »

Likya vole avec une célérité étonnante, et furieuse, fonce vers le chasseur l'ayant attaqué pendant que les autres ajustent la visée de leurs missiles. Elle poursuit son vol, et attrape le pilote avec la bouche, transperçant son dos et son torse de ses dents, en brisant la vitre du cockpit. Elle l'envoie en l'air, l'écrase en refermant ses mâchoires et l'avale. L'aéronef retombe vers le sol. Il n'en reste plus que deux, ainsi que le jet du Président.

« Ce truc a déjà détruit trois camarades, résisté au Chasseur d'Arme et à un projectile EM ! On ne pas lutter ! Dit l'un des pilotes.

-Bande d'idiots ! Vous êtes dans l'Armée ou pas ? Poursuivez l'affrontement ! Cette chose doit IMPERATIVEMENT CREVER ! Hurle Sergei. Vous avez des missiles !»

Les deux chasseurs volent plein gaz vers Likya et s'alignent derrière avec elle. Ils ajustent leur réticule de visée et verrouillent leur cible. Ils tirent tous leurs missiles. Mais l'un des projectiles du chasseur le plus éloigné se bloque et la fusée ne s'amorce pas.

« Problème technique ! Je ne peux pas poursuivre le combat ! Je bats en retraite !
-Il n'en est ABSOLUMENT pas question ! Vous n'êtes que de la chair à canon pour ces bestioles ! Remplissez votre tâche ! S'égosille Sergei. »

La tête du missile coincé se détache et percute le fuselage de l'appareil, le détonateur s'enclenche. Les engins atteignent rapidement Likya mais celle-ci bat de l'aile de toutes ses forces pour les semer. Le souffle de l'explosion offre une propulsion supplémentaire aux autres missiles, qui finissent par toucher la dragonne. La déflagration l'éjecte violemment vers le jet du Président, traversant un panache noir et des fragments métalliques.
Elle heurte le jet sur le dos et rebondit sur le côté, ses épines dorsales frottant contre le carénage produisant des grincements aigus, réussissant à enlever un peu d'épaisseur.

Sergei ordonne aux pilotes restants de retourner à la base. Il a fait une promesse, et comme toutes les autres, il veut la tenir, surtout qu'elle est dédiée à sa défunte amie Marlène. S'il a déclaré qu'il affronterait lui-même le problème, ce n'est pas pour rester à distance et que d'autres s'en chargent, il désire alors affronter Likya. Il veut un duel, aérien qui plus est. Cet homme d'1m77 n'ayant jamais tenu une arme de sa vie contre une créature de 5 mètres pour deux tonnes et demi, ayant à son actif détruit plusieurs compagnies blindées et le Chasseur d'Arme. Il aurait pu à la limite s'équiper d'une arme à feu. Mais sa détermination était telle, et sa rage augmentée par l'incompétence des pilotes, qu'il préféra une claymore de 15kg. Une arme de mêlée, à la fin du 21e siècle... il s'est dit que si des fusils et des canons étaient inefficaces, peut-être qu'une lame le serait. Et pour ne rien arranger, il désire un combat au corps à corps, dans le ciel.
Le jet ralentit et Sergei sort de l'aéronef. Ses cheveux courts parcourus par le vent, le soleil au coin de l'œil, les lui faisant plisser, les nuages immaculés cachant le sol, sur un fond bleu, et son visage affichant une grimace de mécontentement, il serre bien fortement son épée. Il a déjà du mal à transporter sa claymore dans son dos, il essaie de la dégainer. Il arrive à la soulever, à bout de bras, et la fait tomber maladroitement dans le vide à cause de son poids.

Likya se dirige alors immédiatement vers Sergei qui regarde vers le bas, son bras plié vers l'avant comme pour avoir essayé de rattraper son arme. Elle l'attrape avec la bouche, remonte à plusieurs kilomètres d'altitude, puis retombe vers le sol à toute vitesse en le saisissant toujours. Elle pulvérise sur sa route le jet avec ses cornes, et fait s'écraser le Président à une vitesse phénoménale. Likya reprend son envol en lui disant :
« Toi alors... tu dois être là pour équilibrer la puissance colossale de votre ancien Chasseur d'Arme, histoire que ça s'annule...»

Sergei est rapidement récupéré et transféré dans le centre médical. Il est dans un grave état ; tomber de 4 km de hauteur à Mach 2, ça ne fait pas forcément du bien… Les médias déguisent ce pitoyable affrontement en combat mémorable jusqu'à la mort. Le seul moyen de le maintenir en vie est de lui appliquer le même traitement qu'aux Sentinelles.
Le visage dépecé, le crâne comme tout le reste de son squelette, broyé, il ne peut plus montrer sa tête en public, sans craindre de voir sa réputation s'anéantir. Pour le cacher, on doit lui mettre un masque respiratoire, car en plus ses poumons sont littéralement déchiquetés. Seule une petite partie des os a pu être reconstituée, le reste a été remplacé par une structure en acier équipée de servomoteurs. Le tout est recouvert d'une peau tout à fait normale.

Il est devenu un autre homme, un chef comme il le conçoit, tout-puissant. La conjugaison de l'homme et de la technologie. A la différence de ses Sentinelles, il s'est vu en plus octroyé une poche d'Ether, similaire à celle des dragons. Il peut désormais à son tour libérer les flammes du brasier qu'est sa rage, au sens propre.

Il décide de s'entraîner régulièrement au combat au sol et aérien. Toute la mécanique de son corps est utilisée. Désormais, il manie aussi facilement sa claymore qu'un bout de bois; il peut résister à des chutes de plusieurs centaines de mètres, et résister à de grandes pressions. Les erreurs qu'il a commises contre Likya ont été corrigées. Il a réalisé des tests en combat réel. L'ensemble est plutôt efficace, mais la ferraille ne résiste pas aux morsures et aux griffures des femelles, encore et toujours...

Il a bien retenu la phrase prononcée par Likya avant qu'elle ne le quitte. Il s'est préparé une réplique qu'il lui lancera quand il la retrouvera, et qu'il l'aura vaincue.
Mais en attendant de la retrouver, il ordonne la construction du « Chasseur d'Arme v.II ». Trois fois plus haut, 15 fois plus lourd, doté de toute une panoplie de canons et de mitrailleuses, et d'un canon Ethéré jumelé d'une puissance démesurée véritablement supérieure à son prédécesseur. De ce fait, Likya est deux fois plus petite que le véhicule…

Si Sergei a une qualité, pour ses électeurs, c'est que les décisions qu'il prend et annonce, sont immédiatement exécutées. Une fois la construction de la 2e version du Chasseur d'Arme, il ne perd pas un instant et affecte un convoi contre Likya. Elle sera la première à tester ce nouveau jouet. Après tout, elle le mérite bien, elle a détruit le premier.

Le convoi se déplace comme prévu, mais le Chasseur d'Arme n'est pas encore parti à cause d'un problème : un grand ravin de plusieurs milliers de kilomètres de long (quelques centaines de mètres de large) empêche le passage du véhicule. Si les autres peuvent passer sur le pont construit à cet effet, l'énorme blindé est trop gros et trop lourd. Il va falloir de nouveau trouver un autre chemin et contourner le ravin.
Likya profite de cette immobilisation pour lancer une attaque sur le Chasseur d'Arme. Toujours en position d'envol, elle dit à Aerial :

« Une fois de plus, je vais me retrouver en face de leurs abominations. Une rencontre qui m'a coûté cher. Une aile et ma queue pour la dernière, qu'est-ce ce sera pour celle-là ? Enfin, de quoi je me plains... ça m'est égal, je dois vous protéger, toi et Shimmy.

-Je t'en supplie, répond Aerial, n'y va pas ! Allons-nous-en ! Je ne veux pas te perdre toi aussi, j'étais inquiet pour l'autre fois !

-N'oublie pas ce que je t'ai dit sur ta sœur. Je t'aime... Aerial… »

A vitesse réduite, Likya s'envole vers le Chasseur d'Arme. Elle ne peut plus faire de combat aérien, et se pose devant le blindé, alors que l 'équipage consulte les trajets possibles à l'extérieur, toujours à côté du ravin. Le chef de bord est en train de fumer. Pas tu tabac ordinaire, mais des herbes d'Antvarmont, très spéciales. Elles ont la capacité d'accélérer énormément la régénération des cellules et du sang, et aussi d'avoir un goût amer mais agréable. Elles sont bien connues par les médecins, militaires ou civils, et des gens voulant voir de nouvelles couleurs.

Avec ses cheveux noirs plaqués en arrière, sa courte barbiche, ses joues mal rasées, son visage légèrement étroit, il parait plutôt jeune, en plus de sa carrure tout à fait banale. Cependant, il est capable se faire respecter de ses hommes en tant que chef. Il sait tout de même être sympathique, et c'est grâce à cela que son équipage le suit partout, jusqu'au bout de l'enfer, comme lors de missions de ce genre, élimination d'une dragonne. Un seul regard menaçant de ses yeux marron foncé peut les ramener à l'ordre. Voyant que Likya se rapproche lentement, il lui lance d'un ton moqueur :

« Tiens tiens tiens... qui revient en rampant s'en prendre une autre ? Ça t'a pas suffit la première dégelée ?

-On ne vous laissera pas nous éliminer impunément. Vous pouvez me tuer, mais d'autres s'opposeront aussi.

-C'est vrai ? On peut te tuer ? Equipage ! Tous à bord, parez à faire feu ! »

L'équipage rentre dans le char, mais le chef reste un instant en disant :

« Vous nous pourrez pas lutter éternellement. Nous avons la puissance de la technologie. Votre moral s'amenuise de jour en jour. Ça se reflète sur votre façon de vous battre. »

Il s'empresse de terminer sa cigarette, puis la jette par terre sans l'éteindre alors qu'elle est encore rougeoyante. Il grimpe les échelons sur le côté et rentre dans le char à son tour. A la fois fascinée et effrayée, elle contemple de haut en bas le blindé monumental. Subjuguée au point de ne pas se rendre compte que l'engin allait lui tirer dessus. Après un petit moment, la tourelle pointe le canon vers la dragonne. Mais il n'y a plus de lumières sur le canon. A la place, d'innombrables tuyaux et conduits véhiculant divers fluides tous destinés à la même chose : semer la mort.

Le Chasseur d'Arme prend l'initiative en ouvrant le feu avec les mitrailleuses de 155mm. Avec ce diamètre, on ne peut même plus parler de mitrailleuse. C'est le calibre normal pour la plupart de l'artillerie légère. Le bruit est monstrueux, insupportable. Les impacts véloces éclatent les os des pattes avant de Likya et une partie du cou. A la fin de la salve, elle ne tient plus debout s'effondre sur le ventre.

« Déjà à terre !? hurle le chef à travers le haut-parleur. Feu ! »

Une seconde rafale explose l'œil gauche et arrache trois cornes à la dragonne à terre. Elle ne peut plus se relever. Une dernière salve lui brise les côtes et la colonne vertébrale. Sa vue se trouble et ses veines oculaires sont dilatées. Injectés de pourpre, ses yeux ont perdu leur couleur turquoise, ses pupilles sont rétractées. Jamais elle n'a autant souffert. Elle vomit tout son sang et serre ses dents très fort. Ses tourments sont invivables.

L'objectif de cette expédition est d'éliminer Likya. Cette tâche est presque exécutée, le reste du convoi qui s'était mis en route sans le Chasseur retourne vers lui, afin d'achever la dragonne. Essentiellement composé de transports, il arrive et débarque ses troupes. Les combattants marchent lentement autour d'elle, pour la narguer, certains se moquent d'elle, lui crachent dessus ou lui balancent de la terre d'un coup de pied. Le meneur de l'escouade s'approche doucement de Likya :

« Je ne vois pas comment ce spectacle pourrait être plus triste. Tu as tous les os brisés, tu perds des quantités affolantes de sang... »

Seules les mâchoires de la dragonne sont intactes, mais leurs muscles déchiquetés lui infligent un véritable supplice lorsqu'elle les anime. Elle murmure dans un dernier souffle :

« Aerial… mon fils...

-Bien sûr ! Pourquoi n'y ai-je pas pensé ? On va t'amener devant ton gosse et t'achever sous ses yeux ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! En route ! Attachez-là à l'arrière du char et trainons-là ! Allez ! »

Likya, la gorge remplie de sang, inspire profondément et crie d'une voix gargarisante :

« Crèèèèève enflure !!! »

Elle pose son aile par terre et s'appuie dessus pour tenir sur ses pattes arrière. Surpassant la douleur, elle s'approche d'un char, le fait décoller et l'envoie vriller sur le chef d'escouade d'un coup de cornes. Une soudaine agitation atteint le reste des soldats qui se mettent sans patienter à lui tirer dessus. Son corps est transpercé de partout, par un nombre incalculable projectiles de différents calibre, laissant des marques de taille variable. Elle ne peut définitivement plus lutter, elle détend tous ses muscles, et tombe sur le dos.

Les hommes n'ont désormais plus de difficulté à attacher Likya. L'un d'eux sort des chaînes massives, d'un compartiment du Chasseur. Ils les enroulent autour de la dragonne inerte qui respire irrégulièrement. Le convoi se remet en route, traînant Likya derrière lui, dans la terre.

Les satellites de la fin du 22e siècle peuvent enregistrer une quantité gigantesque d'informations. Entre autres, ils permettent de suivre les va-et-vient des dragons, et de pister ceux qui ont pu résister aux assauts. Likya faisant partie de cette dernière catégorie, Capella sait tout sur elle, notamment où elle a l'habitude de vivre.
Aerial tourne en rond. Il est anxieux, cela fait plusieurs heures qu'il attend le retour de sa mère. Il ne veut pas croire qu'elle soit morte. Mais dans l'éventualité ou ça arriverait, il se précipite pour cacher Shimmy, car elle est tout ce qu'il lui reste, le dernier membre de la famille vivant, sans compter Aerial lui-même. De retour pour contempler à nouveau l'horizon, à sa grande surprise, il distingue Likya. Focalisé sur elle, ce n'est qu'après qu'il aperçoit le Chasseur d'Arme derrière elle, escorté par d'autres véhicules. Une dizaine de soldats sortent d'un transport, tous enthousiastes d'avoir enfin réussi une mission, ils avaient là l'occasion de mettre en scène leur sadisme. Les sourires s'effacent brusquement lorsqu'ils sortent leur arme, la dirigeant sur le dragon. L'un d'eux dit :

« T'as quelque chose à dire avant de crever ?
-Pourquoi ? demanda Aerial, pourquoi vous nous faites ça ? Qu'est-ce qu'on a fait ?

-Mon garçon, moi je n'en ai rien à cirer des raisons pour lesquelles je dois tuer un tel
ou un tel. Je suis payé à l'efficacité, et c'est tout ce qui m'importe.

-Je vais vous montrer que ma vie a bien plus de valeur que votre salaire !

-Ouais, mais on n'a pas le temps là, il va falloir t'abattre, maintenant. Feu ! »

Les déclics d'armement des fusils retentissent dans toute la caverne. Aerial se tient immobile, droit, la tête vers le bas en fermant les yeux, attendant la fatale et inévitable échéance. Les soldats vident leur chargeur en entier. Le bruit des salves répétées résonne, faisant tomber des poussières et des fragments de roche du « plafond ».
Puis le silence revient. Aerial ferme toujours les yeux. Les soldats baissent lentement leur fusil. Le sergent, étonné, ne dit rien. Après un moment, le dragon n'ouvre qu'un œil, scrutant les fantassins. Il regarde par terre devant lui, les balles à la pointe écrasée lors du contact avec ses écailles.

«(J'ai fait quoi là !?) se dit-il.

-Qu'est-ce que… !? S'exclame le sergent, un si jeune dragon, résister aux balles !?

-C'est aussi une femelle ! On aurait du emporter un canon GAUSS !

-Désolé, mais je suis un mec. Et à ce que je vois, vous avez le temps de voir la valeur
de mon existence par rapport à la vôtre… rétorque Aerial.

-Soldats ! Rechargez et abattez-le à tout prix !

-Même au prix de vos vies ? »

Aerial recule et saute en arrière pour s'envoler. Ouvrant grand la bouche, il tient une sphère de vent qui finit par éclater et répandre une violente bourrasque qui expulse les soldats quelques mètres plus loin. L'un d'eux se remet debout, vomit brutalement, et se laisse tomber.
Le sergent, les yeux et la bouche grands ouverts, observe les corps inanimés de ses hommes.
« Heu... j'ai fait ça moi ? Des fois je m'impressionne ! Enfin... heu... j'ai tenu promesse, annonce Aerial, reprenant un ton sérieux »

Le sergent sort son pistolet de son étui et tire sur la tête du dragon, en vain.

« Pourquoi tu ne meurs pas !? hurle le sergent. »

Aerial s'en approcha, lui donna un coup de tête et le fait tomber. Le crâne fendu de l'homme saigne.

« On rigole moins là...

-Pitié ! Ne me tuez pas !

-J'ai autant de pitié que vous quand vous avez tué mon père. »

Il lui donne un coup de cornes qui lui traverse la poitrine. Mais une voix annonce sur un ton sarcastique :

« Ne t'inquiète pas, tes parents ne sont pas morts. Il reste ta mère, regarde… elle est vivante...

-Vivante !?»

Aerial se retourne rapidement, voyant le chef de bord debout sur le bout du canon principal.

« Bande de pourritures ! crie Aerial

-J'ai horreur des flatteries. Vous n'avez aucune utilité pour nous, et pour cette planète. Mais pour récompenser ton courage, tu as le droit de voir ta mère mourir devant toi ! Merci qui ? »

Aerial saute en direction du chef de bord, mais une gerbe noire d'où surgit rapidement Sergei apparaît. Ce dernier lui donne un coup de claymore dans le ventre, qui le projette en arrière. Il arrive à tenir son épée démesurée, et à asséner des coups d'une seule main, avec une force extraordinaire.

« Reste tranquille ! C'est la dernière fois que tu verras ta mère ! crie Sergei, tout souriant.»

La tourelle du char grince en tournant. Sergei s'approche de la dragonne, et lui annonce enfin sa réplique qu'il remuait dans sa tête pour l'occasion :

« Oui, tu avais raison, j'étais là pour équilibrer. Mais vu que le Chasseur a été détruit, sa force me revient. Tu vois ? Ah Ah !

-Crétin... tu viens d'en fabriquer un deuxième... lui répond Likya. »

Agacé par sa réponse, Sergei lui donne un puissant coup de pied dans la tête. Il lève le bras droit puis le baisse pour faire signe de tirer.
La lumière habituelle remplit le canon Ethéré, qui décharge rapidement un épais rayon sur Likya. La scène était affreuse. Les tripes à l'air, la peau cautérisée par la chaleur, et intégralement noircies... on ne distinguait plus le regard de la dragonne. Ses yeux avaient disparu, évaporés.

Aerial essaie de se relever. Il avait résisté aux balles, mais pas à un coup d'épée, c'est dire la vigueur du Président... Ce dernier s'approche du dragon. Il lui donne un coup qui lui ouvre le crâne, en disant :

« Le chef du Chasseur d'Arme n'a pas tout à fait raison. Grâce à vous, cadavres ou encore vivants, on a percé le secret de l'Ether. L'Ether est le fameux gaz que Marlène n'avait pas décelé dans l'atmosphère de cette planète. Naturellement, il devient liquide à hautes pression, comme après la combustion d'un éclat de lune. Les dragons possèdent un organe qui stocke l'Ether. Ils s'en resservent pour alimenter les flux électroniques ou les gaz cryogéniques, entre autres. Pour l'instant, seuls nos véhicules en bénéficient. Il y a bien sûr d'autres personnes qui en reçoivent les avantages, comme moi, ou le chef de bord ici présent, même si ses pouvoirs sont limités. Après il y a d'autres gens, mais c'est top secret. Cela reste assez restreint, alors peut-être que tu pourrais nous être utile, ce serait idiot de te tuer. Tu as résisté aux balles quand même.»

Aerial eut droit à un meilleur traitement que Likya. Au lieu d'être trainé à l'arrière, il était attaché et contorsionné à l'avant, tel un pare-choc, la tête frottant contre le sol durant tout le trajet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrina
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Graph' : 10
Réputation : 6
Sexe : Féminin Bélier
Messages : 227
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 21
Localisation : Canada (Québec)
Humeur : Confuse entre la tristesse et la joie.

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 19 Avr - 22:32

J'ai lu les deux premiers paragraphes et il a l'air bon! Quand j'Aura plus le temps je le lira au complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorse.allalla.com
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Mar 23 Avr - 0:00


-IV-




De retour à Capella, Sergei tient une conversation avec les chercheurs à l'entrée du Département Scientifique. Il arrive escorté par sa garde personnelle devant un grand bâtiment cylindrique, parsemé de vitres sans tain. Une fois entré, une grande pièce circulaire superbement éclairée par la lumière naturelle, où se tient en son milieu une grande fontaine produisant un son aqueux apaisant, avec quelques plantes vertes, sert de rez-de-chaussée. Des escaliers vitrés permettent d'accéder aux étages. Il rejoint trois hommes en blouse blanche couverte de sang qui l'attendaient.

« Voyez-vous, vu que la situation s'est stabilisée, j'ai rendu la liberté à toutes les villes que j'avais annexées. Elles ont lancé de nombreuses offensives aériennes avec le peu de matériel que je leur avais laissé. J'aurais dû tout leur prendre ! Enfin bref, seules quelques bombes ont explosé, mais sans grands dommages. Cela fait plusieurs semaines qu'ils n'ont pas attaqué, ils préparent sûrement une attaque de plus grande envergure. En plus des dragons, j'ai un problème supplémentaire sur le dos ! J'ai besoin de vous pour trouver un nouveau système de DCA !

-Nous regrettons monsieur le Président, mais rien ne peut supplanter les canons GAUSS en termes de DCA. Les lasers peuvent altérer la composition de l'atmosphère et déclencher des anomalies météoro…

-Epargnez-moi les détails ! Et l'Ether ?

-Ça a le même effet que les lasers, et c'est beaucoup plus dur à caser sur des canons de plus petit calibre…

-Mhh… j'ai vu une dragonne détruire à elle seule plusieurs chass… »

Il s'arrête pendant deux minutes.

« Heu… monsieur le Président ? poursuivit un des chercheurs.

-Mais bien sûr ! Un dragon ! Celui qu'on a capturé pourrait servir d'arme antiaérienne !

-Pourtant... vous voulez les éliminer !

-Elle utilisait de l'électricité…

-Hein ?

-Vous allez le modifier pour faire en sorte qu'il puisse balancer des éclairs. C'est possible ?

-Et bien... nous pourrions modifier la procédure de catalyse de l'Ether par un syst... heu... excusez-moi monsieur le Président. Je voulais dire... heu... et bien... il sera plus dangereux !

-C'est le but, crétin ! Ah, oui, j'ai oublié de dire : débrouillez-vous pour le manipuler mentalement. Hypnose, lobotomie, implant de puces électroniques, je m'en fiche, faites-le !

-Ce sera indispensable monsieur le Président. Nous avons eu un sujet auparavant, que l'on a perdu. Pourtant c'était un bon élément !

-Ne m'en parlez pas ! C'est celui-là qui a tué Marlène !

-... désolé... et bien je suppose qu'en provoquant une légère décharge psychique continue dans le... heu... nous nous mettons tout de suite au travail.»

Des hurlements de douleur se font entendre dans toute la structure. Les opérateurs ont voulu se défouler, en outrepassant l'anesthésie. Aerial perd peu à peu toute émotion, tout sentiment. Sa dernière pensée est à sa petite sœur Shimmy :

« Shimmy… désolé… je n'ai pas pu tenir ma promesse… »

Il est devenu une arme de destruction antiaérienne. Son seul point faible réside dans sa faible vitesse de vol comparée à celle des aéronefs en général, atteignant au maximum 200km/h Il a malgré cela empêché l'attaque aérienne groupée d'approcher à plus de 200 km de Capella. Il abat sans problème les autres dragons. Mais il a quelques moments de dégénérescence, où il détruit les appareils ou les soldats de son nouveau camp. Il finit par oublier l'existence de Shimmy qui ne devient finalement qu'une cible parmi d'autres, à éliminer de préférence.

Cette dernière sort de l'œuf deux mois plus tard, et personne n'est là pour s'en occuper. Elle doit se débrouiller seule, se nourrir seule, se protéger seule. Heureusement pour elle, le cadavre de Likya a été retiré lors de la capture d'Aerial. Elle s'alimente avec le peu de graines et d'herbes qu'elle trouve, mais principalement avec des morceaux de carcasses métalliques laissés par les différents combats.

Son habitat a été décrété vide, même après quelques fouilles. Par conséquent, elle a été tranquille jusqu'à ses 13 mois. Même à cet âge, elle était une menace. Petite et rapide, elle esquivait aisément les tirs et éliminait ses ennemis avec une grande célérité. C'est elle qui, en s'étant rendu compte de la situation, a décidé de rompre cette tranquillité.
Le chef de bord du Chasseur d'Arme, est également un très bon combattant. Outre ses capacités à commander un équipage, il sait se battre au corps à corps et avec une arme à feu, équipé d'un Winchester laser et d'une long katana. Comme l'a précisé Sergei, il peut maîtriser légèrement la force de l'Ether, depuis qu'il a subi un intervention prévue à cet effet. Mais il n'est qu'un prototype. Il se contente de faire apparaître ses armes et charger son épée en énergie. C'est sur les conseils de Sergei qu'il s'est procuré son épée.

Pris de remords, non seulement pour la mort d'Emrik, de Likya, les souffrances d'Aerial, mais aussi la mort de tous les dragons, va déserter lors d'un raid contre Shimmy.
Le Chasseur d'Arme était censé abattre Shimmy, mais le chef de bord, Reza de son nom, refuse. Il ordonne à l'équipage de retourner à Capella et de trouver un nouveau chef. Il voulait voir en personne Shimmy, qui avait 6 ans à ce moment là. Bien entendu, il ne peut pas savoir que c'est une femelle, et s'expose donc à des risques. Quant à elle, elle ignore que c'est lui qui a tué ses parents et capturé son frère, entre autres. Elle le considère comme un simple soldat.

Il la voit allongée sur son ventre aux plaques violettes, en train de mâcher un morceau de ferraille. Le reste de son corps est bleu, sauf la membrane de ses ailes, violette également. Elle remue doucement sa queue, munie d'une lame, dans la terre. Aussi hérissée d'épines, ces dernières s'étendent tout le long de son dos et de sa queue. Voyant arriver Reza, elle tourne sa tête, le regardant d'un seul œil avec mépris. Elle a hérité des quatre cornes grises de sa mère, mais ses yeux sont bleu ciel. Au milieu de son cou, deux colliers rouges croisés. Elle en a de la même façon un peu partout sur ses membres, et même sur la queue.

« Tiens, une ordure…, commence Shimmy, tu veux mourir dans d'atroces souffrances, c'est ça ?

-Je veux me racheter, je regrette tout ce que j'ai fait.

-A moins que tu n'aies un moyen de ramener à la vie tous les dragons morts, je ne peux t'épargner. Je n'ai nul besoin d'aide.

-Tu es encore jeune, ce monde est dangereux pour toi.

-S'il est aussi dangereux que toi, je peux bien me passer de ton soutien. Tu veux tester ? Ou tu préfères que je te tue comme ça ? Allez, tu m'as l'air sympa, tu parles avant de tirer. Choisis comment tu veux crever.

-Si je te bats, tu acceptes mon aide ?

-On verra ! »

Vu son régime alimentaire, Shimmy était moins forte et moins agressive que les autres dragonnes. Mais elle non plus ne faisait pas dans la dentelle.
Immédiatement après avoir terminé de parler, elle se jette sur Reza, la bouche ouverte, toutes dents sorties. Il l'esquive, en faisait en pas de côté. Il concentre de l'énergie dans son épée entourée d'un halo vaporeux orange, et porte un puissant coup, que Shimmy pare avec sa lame caudale. La frappe fissure le sol et libère des vagues de lumière. La dragonne fait glisser le katana de Reza qui s'envole, et lui tranche le ventre avec sa queue. Elle lui donne un coup de cornes, qui le projette en l'air. Elle dit ironiquement :

« C'est comme ça que tu comptes me battre ?

-T'as pas idée de ce dont je suis capable quand je suis déterminé ! réplique Reza.

-Je vais te faire sortir les tripes histoire de voir ce que t'as dans le ventre ! »

Il sort rapidement son Winchester laser, le fait tourner dans sa main pour le charger et tire une cartouche en direction de la tête de la dragonne. Une balle rouge et lumineuse sort du canon, et brûle légèrement la peau de Shimmy tout en la repoussant. Il tire 3 coups supplémentaires qu'elle esquive, puis un dernier coup qu'elle renvoie avec sa lame caudale, entre les deux yeux de Reza.

Ce dernier redresse brusquement sa tête en serrant les dents et crispant ses mains, se raidit et fait tomber ses armes. Il s'écroule à genoux, puis à terre. Shimmy s'en approche prudemment. Reza tend le bras rapidement pour récupérer son épée et se relever, mais aussitôt qu'il se pose sur un genou, Shimmy lui mord le bras et le lui tient. Elle lui enfonce ses dents de plus en plus profondément. Reza essaie au plus vite de récupérer son fusil pour limiter son calvaire. Il pose l'extrémité du canon sur la tempe de la dragonne, et tire. Elle est expulsée et relâche le bras. Il ressent une douleur accablante mais aussi paralysante, et ne peut plus s'en servir.

« T'es acharné, dis-donc ! lança Reza »

Shimmy, à terre, ne répond pas.

« Hé, t'es vivant ? »

Toujours rien.

« Arrête ça ! »

Il s'avance lentement vers la dragonne, qui se relève brutalement, se jette sur lui et lui mord l'épaule, ce qui le renverse. Reza n'a même pas eu le temps de voir ce qu'il se passait, que Shimmy est en train de lui déchiqueter le cou. Elle lui arrache des morceaux de chair et les avale. Reza a du mal à résister. Il la saisit lui aussi au cou avec son bras encore intact, et essaie de lui fermer sa bouche ensanglantée avec l'autre bras. La douleur de ses morsures répétées est tellement insurmontable, qu'il ne ressent finalement plus rien. D'ailleurs, ses nerfs sont en grande partie sectionnés. Elle s'attaque désormais à sa poitrine. Puis elle s'arrête, et s'écarte de lui en lui piétinant le visage. Il lui demande, en toussant du sang de sa bouche remplie :

« Arrhh...qu'est-ce que… pourquoi tu ne m'achèves pas ?

-Tu t'es bien battu.

-Hé… tu m'as mis à terre et tu me bouffes, t'appelles ça bien se battre ?

-T'as réussi à me repousser la première fois avant que je ne te bouffe complètement. Et je peux te dire que personne n'y est arrivé jusqu'à maintenant. D'ailleurs, c'est ce qui m'étonne. T'es encore vivant alors que t'as plus de gorge et la poitrine à vif... t'es quoi comme créature ?

-Tu peux pas comprendre. Je peux t'aider alors ?

-Ouais… jusqu'à ce qu'on libère Aerial. Après je verrai ce que je ferai de toi.

-Bon et pour ma main et mes blessures…

-Je peux recracher ce que je t'ai pris si tu veux.

-Heu…

-Je plaisante… je vois à tes yeux que t'as déjà mangé des ...
-Des ?
-
Ce genre d'herbe... mâche quelques brins, ça te régénèrera ta chair flasque et fragile.

-(Bah c'est la moindre des choses)Dis, comment ça ce fait que ta voix est moins grave que celle des autres ? T'as pas mué ?

-T'as déployé toute ton intelligence pour me sortir ça ? Mhh... cherchons les possibilités... je n'ai pas une voix grave... peut-être parce que... je... suis... une...

-Ben... un gosse ?

-Une femelle.

-Hein !? T'en es une !? Hé ho !

-Ça te dérange ?

-Pas du tout, au contraire ! J'ai réussi à en battre une ! Je suis le premier de Capella à avoir...

-Tu devrais remarquer que je suis encore en vie, et que je t'ai laissé la tienne, de vie. Compris ?

-...

-Bon, c'est bientôt le soir, il n'y a que le sol pour dormir, donc excuse-moi pour le confort.

-C'est pas grave, là où je dors d'habitude ce n'est pas mieux.

-Et n'essaie pas de me buter dans mon sommeil, car tu risques de te rendre compte que les rôles s'inverseront. »

Reza ne répond rien, et s'allongea sur le sol. Mais la nuit est dure, non pas à cause du confort ou de la température, mais à cause de Shimmy qui a des ronflements semblables à des ultrasons.

Les débuts de la dragonne lui ont permis de développer un comportement mature dans certaines situations. Bien plus mature que son frère par exemple. Elle s'adapte en fonction des circonstances, n'ayant pas besoin d'efforts pour paraître adulte. Son jeune âge par contre, lui cause quelques fois des accès de puérilité.

D'habitude, dès qu'elle voit un humain, elle fait tout pour le tuer, militaire ou civil. Mais cette rencontre avec Reza changera sa façon de penser. Après tout, le monde n'est ni tout noir ni tout blanc, il y a peut-être des gentils à Capella. Question de point de vue. Bref, désormais, elle laisse une chance à chacun de montrer sa véritable face.
Reza, lui, est dans l'Armée Européenne depuis 2087. Même si on lui a appris à travailler en équipe, il préfère servir ses propres intérêts, peu importe comment il procède pour y parvenir, ce que ça lui coûte, et les conséquences que cela peut engendrer.[left][center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Mar 23 Avr - 0:13


-V-




L'aube. Le soleil se lève lentement à l'horizon d'une belle couleur rougeâtre. La nuit est très fraîche et humide. En revanche, les premiers rayons de soleils chauffent la surface de la planète à 30°C. La température peut atteindre 50°C la journée, et lors de la phase correspondant à l'été, 70°C. C'est un danger que ni Marlène, ni Sergei n'avaient envisagé. Car en plus de la faible teneur en dioxygène, l'air est étouffant.
Peu de gens sortent hors de Capella. Les soldats revêtissent des combinaisons spéciales. Quant à Reza, le traitement qu'il a subi lui permet de survivre dans les pires conditions.
La dragonne se réveille, mais laisse Reza dormir. Il est environ six heures du matin, et l'ex-chef de bord commence à bien dormir sans les ronflements de Shimmy. Il dort véritablement pendant une heure. Il est réveillé par des coups de tête violents de la dragonne :

« Allez c'est l'heure !

-Hé, tu fais mal !

-T'en veux encore ?

-Non, ça ira… mais je suis crevé, tu ronfles comme…

-Oui ? Des réclamations à soumettre ?

-Non non, j'ai passé une super nuit. Bon qu'est-ce que je dois faire pour t'aider ?

-Je ne sais pas, c'est à toi de me dire ce que tu vas faire, moi j'ai déjà un projet.

-... tu vas faire quoi ?

-Je vais m'occuper des raids aériens. Ça laissera le champ libre.

-Tu comptes t'y prendre toute seule ?

-Tu sais pas voler, je vais pas te demander de m'aider...

-Non, mais je veux dire...

-Boucle-la !

-Ben... heu... ah, oui, je vais essayer de te fournir les manifestes de déplacements. Et quand est-ce qu'on bute Sergei ?

-C'est ça. Et n'essaie pas de t'échapper, pour ramener des infos à tes collègues. Pour Sergei, on va déjà récupérer mon frère. On verra après.

-Ça veut dire non, hein ?

-Ça veut dire que tu vas prendre cher si t'insistes. »

Shimmy, même à 6 ans, est disposée à s'envoler à plus de 300 km/h. Elle inspecte les environs de Capella. Survolant les plaines sableuses composant la majorité de la planète, alors que le peu de forêt a été brûlé par l'homme. Mais rien, aucun appareil en vol, même au sol, aucun véhicule en mouvement. Reza, grâce à son statut de chef de bord, a pu récupérer les documents désirés, et a récupéré un chasseur Eclipse. Cependant, ses camarades parlent souvent entre eux de l'absence de Reza, remettant en cause sa fidélité à Capella. Il a du mal à piloter au début, mais s'y habitue vite. Le futur, c'est bien : même conduire un avion est à la portée de tout le monde. Shimmy retourne dans la caverne où l'attend Reza.

« C'est étrange, il n'y a aucune attaque. D'habitude, il y en a tous les jours… commença Shimmy.

-C'est normal.

-Hein ?

-Tiens, j'ai les docs, enfin... y'en a qu'un seul, vu que pour l'instant y'a qu'un seul déplacement, mais c'est la flotte entière de Capella : 50 chasseurs Eclipse, et un bombardier Rupers-III. Ça aura lieu demain à 13h00.

-Un seul bombardier…

-C'est un gros. Ah, et là, dans la case prototypes, un Aerial. Je n'en ai jamais entendu parler. C'est peut-être une nouveau modèle, ou…

-Idiot ! C'est mon frère ! Il est toujours vivant, mais ils s'en servent comme une arme…

-Ah oui, c'est possible... (ne me traite pas d'idiot, sale...) Dis-moi, t'étais pas née quand on l'a capturé, comment tu sais que t'as un frère ?

-Et toi, comment tu sais que je n'étais pas née ?

-... heu... hésite Reza en rougissant. (Et merde ! Elle va faire le rapprochement avec le Chasseur d'Arme)... ben... non mais... c'est une supposition !

-Mouais... enfin, je l'ai ressenti pendant que j'étais dans mon œuf. Je sais que c'est mon frère, je le sens. C'est un lien que tu ne peux pas comprendre, personne ne t'aime. Regardes, t'as abandonné tout le monde à Capella.

-Bon, moi j'ai récupéré un chasseur Eclipse aussi, ça pourrait peut-être aider.

-Un contre 50, tu crois pouvoir y arriver ?

-Et toi, contres des appareils qui vont à plus de 2.000 km/h !?

-Ça, c'est que tu me connais mal. Je peux aller plus vite qu'eux, je t'assure.

-J'aimerais bien voir ça. Vas-y montre !

-Je ne peux pas maintenant. Tu verras bien plus tard !

-Hé ho, pas besoin de me raconter des… »

Shimmy pointe ses cornes vers Reza, et l'effleure.

« Ok… je verrai… mais ces trucs ont des mitrailleuses et des roquettes, t'es sûre que tu peux y résister ? T'as pas résisté à mon Winchester…

-Pas résisté ? Tu vois une cicatrice quelque part sur moi ? Et oui, j'y résiste.

-T'es sérieuse ? »

Shimmy ferme à moitié les yeux et lance un regard inquiétant à Reza qui le fait taire immédiatement.

« Tu parles trop tu sais… »

Il ne répond rien.

« C'est bien. Bon, j'ai envie de passer la journée seule, alors fais ce que tu veux, mais ne dérange rien.

-(c'est sûr que y'a beaucoup de mobilier à déranger...)»

Elle s'envole. Elle se trouve à moins de 50km de Capella, entrant dans le périmètre de sécurité. Les satellites repèrent immédiatement sa présence et alertent Capella. Shimmy ne s'inquiète pas jusqu'à ce que deux chasseurs volant à toute vitesse la frôlent. Encore un combat de routine, se dit-elle. Mais une grande ombre la couvre, et une silhouette noire obstrue le soleil au zénith : c'est Aerial.

« Aerial ! T'es vivant ! Alors, tu fais la chasse aux chasseurs ? Ah ah ! »

Aerial tire un rayon électrique vers Shimmy qu'elle esquive de justesse.

« Hé, qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu ne me reconnais pas ? C'est moi, Shimmy ! Ta sœur ! »

Le dragon charge ses cornes en électricité pendant que les deux chasseurs ouvrent le feu avec leurs mitrailleuses. Seulement, ce que Shimmy n'a pas en vitesse, elle l'a en agilité. Les pilotes ont du mal à la toucher. Aerial percute brutalement sa sœur, dispersant de grandes étincelles, qui chute rapidement vers le sol.

« C'est pire que ce que je pensais… ils lui ont lavé le cerveau. »

Elle se stabilise et vole de nouveau en évitant de toucher le sol. Aerial fait pleuvoir des éclairs autour de Shimmy, qui a du mal à les esquiver. Elle est touchée par l'un d'eux, qui paralyse ses ailes. Elle s'écrase.

« Je me faisais une image de toi, fort, puissant, je t'ai sous-estimé… »

Aerial se pose à côté de Shimmy en train de se relever et charge les cornes en avant. Il lui transperce la poitrine et fait gicler son sang.

« Raah...Allez... je t'en supplie... fais un effort ! Souviens-toi de moi ! Je me rappelle même que tu as dis que tu me protègerais ! »

Aerial ne disait rien et, se regardant tous deux dans les yeux, dont ceux de la dragonne laissant échapper quelques larmes, il fit un non de la tête. Il s'éleva, remplit sa bouche d'énergie, puis libère des rafales de vent qui expédient haut et loin sa sœur.
Elle a perdu toute force de voler ou d'esquiver les attaques. A ce moment, un chasseur ayant Shimmy dans sa ligne de mire tire toutes ses roquettes. Elle ferme les yeux en se laissant tomber. Les roquettes l'effleurent mais passent à côté, et détruisent au final un aéronef qui fonçait sur elle.

Reza est venu la secourir, mais est pris pour cible par Aerial. Le pilote essaie de semer le dragon, mais avec une vitesse égale et un poursuivant qui maîtrise mieux le vol, il a du mal. Shimmy traverse les traînées des roquettes et s'écrase de nouveau. Elle y restera plusieurs heures, incapable de bouger.

Aerial disloque le carénage du chasseur dans une tornade localisée, expulsant Reza dans les airs. Il le récupère et l'emmène à Capella en se téléportant. Shimmy, à terre, désespère :

« J'ai définitivement perdu mon frère. Je rêvais de me mesurer à lui… mais pas de cette manière.»

Sa haine envers Sergei et ses acolytes ne faisait qu'augmenter. Son frère essayait de la tuer, mais elle, n'osait pas le faire. Désormais, c'était lui ou elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Mar 23 Avr - 0:26


-VI-




A Capella, Reza est convoqué par Sergei dans son bureau. Situé en haut d'une petite tour circulaire, il est entièrement vitré. Le sol est constitué de grandes dalles grises. Au plafond, trois tubes lumineux blancs. Cette pièce porte bien son nom. Peu intéressé par la décoration, il n'y a qu'un bureau noir où sont éparpillées quelques feuilles, avec un interphone et quelques tiroirs, ainsi qu'un stylo négligemment posé. A côté de lui se tient Aerial et deux Sentinelles.

« Alors, mon cher Reza, on pense qu'on peut déserter, et en plus aider ces créatures, sans que ça se sache ?

-Ecoutez, tout ce que je veux c'est vous but... heu... mais où ai-je la tête. Oui, je veux vous buter, enfin je parlais d'Aerial... et les autres !

-Vous voulez me tuer, je n'en doutais pas. Beaucoup de personnes veulent me tuer, depuis qu'on a réquisitionné les ressources et l'énergie.

-Ben... disons que vous non plus n'aimeriez pas vous retrouver à la rue...

-Regardez aussi ce que je fais à côté. Les gens ne retiennent que ce qui les arrange ! L'économie est florissante ! La ville de Capella est à elle seule plus riche que toute l'Europe ! Nous extrayons des minerais, que nous transformons pour fabriquer du matériel militaire, mais aussi des produits pour la population ! Les réacteurs énergétiques... n'est-ce pas là un bon argument ? Une seule de ces installations peut alimenter un pays entier.
Et vous ? Vous entravez mon travail ! Vous soutenez des créatures sans importance, qui nous empêchent d'avancer, qui refusent tout compromis, toute discussion ! Cette planète n'est qu'un désert regorgeant de précieuses ressources !
Le peuple m'a élu. Le peuple me soutient. Le peuple acquiesce mes actions. Ils n'ont aucun remord à vider la planète. Car après tout, ils y participent, ils achètent ce qui est conçu, et consomment l'énergie produite à partir des ressources de la planète. Si ça dérange tant que je tue des dragons, pourquoi ne le dit-il pas ? Ne le montre-t-il pas ? Ils sont heureux d'avoir un cadre de vie agréable, et n'ont pas envie que ça change. Notre industrie est une source inépuisable d'emplois ! Et puis, nos réacteurs alimentent aussi Danov, Heifel, Rodenmessa, Odelgrad... enfin, plus Odelgrad... C'est une utopie. Voyez-vous quelqu'un de malheureux dans la rue ? De sans-abri ? Ni famine, ni pauvreté, ni maladie, ni chômage. Désirez-vous leur retour ? Car c'est ce qu'il se passera si je m'arrête.
Je vais vous faire un résumé de la situation. Nous extrayons des matériaux pour le confort des habitants. On se fait attaquer, on perd une partie des matériaux, les habitants perdent une partie de leur confort. Et ils veulent le retrouver. Que faire ? Construire des véhicules. Les ressources disponibles sont suffisantes, mais ce que l'on fabrique ne l'est pas. Alors on emploie les grands moyens, qui demandent de grandes quantités de ressources. Vu que l'on a pas récupéré les sites d'extraction, on doit détourner les matériaux destinés à la population, pour les usines, afin de régler le problème de dragons. Seulement, les gens ne sont pas contents car ils sont privés de tout confort ! Pourtant, c'est le seul moyen d'éliminer l'ennemi et de retrouver définivement leur confort. Je fais ce que je peux avec ce que j'ai. Avez-vous de meilleures solutions ?

-Vous allez vraiment exterminer TOUS les dragons ?

-Quand même... tuer des dragons ça coûte beaucoup en matériel, en carburant, et des fois en hommes. Disons qu'on élimine ceux qui nous gênent.

-Vous consacrez la plupart de l'énergie et des ressources à répandre la mort et la misère ! Même chez nos semblables, à Danov ! Le pouvoir et la richesse vous ont déshumanisé !

-Ça suffit ! J'en ai assez entendu de votre part. J'ai créé un monde idéal, demandez aux gens ! Votre jalousie vous aveugle et vous apporte la colère ! Moi, j'aurais été content pour vous si vous aviez réussi aussi bien que moi. Et là, j'aurais pu vous accorder des avantages vu que vous avez trouvé une dragonne, que l'on aurait pu éliminer !

-Je croyais que vous n'éliminiez que ceux qui gênaient !

-STOP ! Revenons-en à votre crime. Vous êtes accusé de haute trahison, de désertion, de manquement à votre devoir et de destruction de biens appartenant à ma société ! Il n'y a aucune sentence pour punir vos actes. Mais j'ai mon idée. On va vous donner à manger à nos cobayes. Il reste encore trois petites dragonnes. On n'a même pas eu à les capturer, on a obtenu leurs œufs... Elles vont vous adorer. D'habitude elles n'ont que de la chair ordinaire. Une viande bien modifiée et riche en Ether... ça va peut-être leur plaire !»

Reza, Sergei, Aerial et les deux Sentinelles sortent du bureau du Président. Après un petit moment de marche, ils traversent un long couloir vitré laissant passer les quelques rayons du soleil couchant à travers les nuages, orangé.
Shimmy surgit et brise les vitres dispersant des éclats brillants sur le manteau du Président.

« Vous m'avez sali... »

Sergei est en dernier, suivant le reste du groupe qui est au bout du couloir. La dragonne se tient devant lui, et se jette dessus. Il fait apparaître sa claymore dans un panache lumineux, esquive Shimmy puis porte un coup qui projette la dragonne vers Aerial. Ce dernier la saisit au cou avec la bouche en plein vol :

« Très bien. Il va falloir faire vite. Je m'en occupe, dit le dragon.

-Ce n'est rien. Je vais le conduire. Je pourrai assister à ses souffrances, hé hé, rit Sergei. »

Aerial s'envole en tenant toujours Shimmy. Elle se débat de toutes ses forces. Elle entaille la nuque du dragon avec sa lame caudale, il la lâche alors. La morsure de son frère lui a laissé des marques profondes et douloureuses. Il expédie un énorme éclair vers Shimmy pour tenter de la neutraliser et de la récupérer ensuite. Celle-ci l'absorbe avec ses ailes, et après un court instant, les déploie rapidement et renvoie l'énergie sous la forme d'une vague électrique qui touche la tête d'Aerial et l'assomme. Il tombe en vrille, et percute le sol.

« Qu'est-ce que je viens de faire ? Avec mes ailes ? »

Après son bref soliloque, elle se pose et s'approche légèrement de lui, en lui demandant :

« Pourquoi ne m'as-tu pas achevée ?

-Réfléchis. Qui suis-je ?

-Aerial, mon frère.

-Je t'ai fait une promesse, non ?

-Que tu me protègerais jusqu'à ta mort… mais s'il te plaît, abrège ça. Ca me fait énormément de mal.

-Je ne suis plus en état de protéger, et la seule raison qui doit justifier cela est la mort. Alors vu que Sergei tient à me garder en vie, et puisque je ne peux me tuer moi-même…

-Tu n'y penses pas !?

-C'est toi, ou moi. Je te laisse vivante pour que tu le fasses. J'essaie de me limiter, mais c'est dur.

-C'est étrange qui tu me dises tout ça, tout à l'heure tu parlais à peine…

-L'électricité a endommagé mon implant psychique... mais j'ai toujours, contre mon gré, envie de te tuer. Alors fais vite, avant que leur technologie prenne le dessus sur mon mental...

-Je peux te l'enlever ! Et tout redeviendra comme avant !

-Et Sergei… il possède une puissance phénoménale depuis que notre mère l'a écrasé. Il finira par nous tuer. Trêve de paroles, fais un choix.

-C'est idiot ! Tu prends cette promesse trop à cœur ! Tu devais avoir quoi... 12 ans quand tu l'as faite ! Tu pensais que t'étais en mesure de la tenir ! Ça ne me fait absolument rien si tu ne me protèges pas !

-C'est juste que je ne veux pas que tu me sois enlevée, tout comme nos parents.

-Je sais... mais de là à vouloir que je te tue... tout ce que je vais faire, c'est te péter une aile, comme ça tu ne me traqueras pas.

-Merci.

-Et Reza ?

-Il va servir de bouffe à mes filles.

-Quoi !?

-Oublie ça. T'as plus de temps pour que je t'explique. Même moi j'aimerais oublier.»
Elle mord l'aile d'Aerial, si fort qu'elle la lui casse. La bouche ensanglantée, elle s'essuie avec sa langue et lui chuchote d'une voix tendre :

« Je t'aime. »

Des lumières balaient les environs et se rapprochent, suivis de voix, de bruits de pas dans la terre et des cris de Sergei.

« Ils arrivent, va t'en.

-Et toi ?

-Ne t'en fais pas. Demain, 13h00, je serai là. Mais fais attention…

-Je sais, t'inquiète ! »

Shimmy reste en réalité à proximité, et se cache derrière un grand rocher. Sergei et les deux Sentinelles se rapprochent d'Aerial :

« C'est mignon tout ça ! Lance Sergei. Tu veux aider ta sœur ? Et tu lui révèles nos plans ? Dites, c'est pas de la trahison ça aussi ?

-Affirmatif, Président ! Répond une Sentinelle.

-Je ne vais pas t'exécuter. On va juste te remplir la tête de bidules, et te torturer un peu. Rien de grave hein, ça pourrait être pire. »

Ils trainent Aerial derrière eux avec un camion, puis rentrent à Capella. Ce genre de tractation semble être une coutume chez Sergei. Shimmy a attendu avant de les suivre, essaie de rester discrète, et n'entre pas dans la ville. Elle attend un moment. Elle ne pouvait rester là sans rien faire. Elle devait aussi sauver Reza, qui l'avait protégée lors de la première attaque d'Aerial.

La ville est entourée par un mur en alliage d'Exthane, un autre métal solide, mais celui-ci est extrêmement dense. Plus répandu et solide que le Terralium, il sert dans la construction de bâtiment, sa grande masse n'étant pas un problème dans ce milieu. Le tout est surmonté par un bouclier énergétique, où l'air est plus riche en dioxygène qu'à l'extérieur. Plusieurs fantassins gardent les entrées, équipés de mitrailleuses lourdes et de drones de surveillance. De plus, les satellites en orbite peuvent les alerter à tout moment d'une anormalité.

Ce n'est pas quelques combattants qui allaient l'arrêter. Mais il lui fallait rentrer discrètement, car si l'alerte était donnée, ce n'est plus une escouade qu'elle devrait affronter, mais toute l'Armée de Capella, avec en prime, le Chasseur d'Arme v.II encore en service.
Shimmy se dirige lentement, en restant dans l'ombre des murs d'enceinte. Un des soldats s'éloigne un peu pour buller, et se rapproche de Shimmy, sans pour autant la voir. Ses coéquipiers le voient faire, et le rappellent à l'ordre. Voyant que cela ne marche pas, ils le rejoignent.
Shimmy, en mauvaise posture, essaie de s'éclipser. Mais son ventre gargouille. Après tout, son dernier repas est en partie Reza, il y a plusieurs jours, tellement préoccupée par son frère qu'elle ne pensait même plus à se nourrir. Les combattants se retournent, allument leur lampe et balayent le secteur. Un autre bruit se fait, plus fort et plus grave, derrière eux. Un détachement de blindés arrive plein phares. Ils oublient aussitôt Shimmy et se préparent à ouvrir les portes. Parmi le convoi, le fameux Chasseur d'Arme. Couvert de griffures, mais aussi d'énormes tâches de sang. Et par-dessus tout, des crânes de dragon encore ensanglantés pendaient, attachés à une corde, en dessous des canons principaux. D'autres sont suspendus à l'antenne. En chef de file, le « Corbillard », un transport de troupes spécialement aménagé pour contenir les corps inertes de dragons qui serviront à des expériences, repeint en noir pour l'occasion.

« Alors, combien de dragonnes abattues avec votre joujou ? Un bel engin qui a coûté plusieurs centaines de milliards d'euros à lui seul...

-Une. Mais c'était pas le même chef de char, alors on ne sait pas où est le cadavre. Pour ma part, aucune. D'ailleurs, dans l'après-midi, on a perdu les compagnies blindées 3, 9 et 22. Je vous laisse deviner comment...

-Heu... combien il nous en reste ?

-Ça peut aller... une vingtaine. Soit près d'un millier de chars détruits en grande majorité par les 2 mêmes dragonnes. Enfin, maintenant, plus qu'une. Heu.. finalement, l'autre aussi a disparu...

-Comment c'est possible !? Un millier !?

-Vous pouvez être sûr que ça ne me réjouit pas non plus. Mais c'est ainsi et on ne sait pas pourquoi c'est comme ça.

-Quel gâchis... Enfin, moi je m'en tape, je ne suis pas en première ligne !

-Quand il n'y aura plus de première ligne, vous vous en soucierez, je vous assure.

-Mouais. Je vois que vous avez le corbillard. Bonne prise ?

-Ha ! On a perdu cinq chars pour cette expédition. On s'est barrés. Le Chasseur d'Arme est plein de rayures, ça donne un indice de ce qui nous est arrivés. Enfin… vous pouvez ouvrir ?»

Les portes s'ouvrent, mais Shimmy attend le dernier véhicule, pour se cacher derrière, plutôt que de s'exposer à leurs phares. Elle se faufile à l'intérieur. Elle regarde un plan de la ville affiché sur le mur près de la sortie.

« Les cartes... c'est vraiment trop compliqué... ce type avait une odeur désagréable. Peut-être que je peux le retrouver au flair... »

Le soir, des patrouilles écument les rues de la ville. Un couvre-feu violemment appliqué est en place, depuis l'arrivée d'Aerial, pour prévenir toute tentative contre le Président. Avant, c'était un endroit paisible où il faisait bon se promener le soir sous le regard de la lune.
Elle se dirige alors vers ce qui était, dans le vaisseau, une partie du hangar à containers. Étant donné que Sergei a réussi à faire de Capella une ville calme et sans aucune criminalité, des cellules de détention seraient inutiles. Cependant, Reza a été enfermé dans un grand container cylindrique et transparent. Encore à l'extérieur, une gigantesque porte métallique bloque l'accès, avec une bande rayée orange et noire, symbole de zone à danger. Les drones de surveillances la fixent de leur réticule.

« Elle va chercher Reza ! s'exclame le Président, dans son bureau. Je vais la laisser entrer librement, ce sera plus drôle. Heu, les deux gars qui surveillent le prisonnier, vous pouvez aller roupiller. »

Toujours par soucis de discrétion, elle évite d'enfoncer la porte. Elle entre par un des conduits d'aération et retrouve Reza, endormi. Cette partie du hangar est très sombre. Quelques voyants rouges diffusent leur lumière sur des caisses vides et l'éclairage extérieur arrive à y pénétrer via les conduits, à travers les grilles, apposant des rayures lumineuses sur le sol. Elle explose le container avec ses cornes, et mordille le bras de Reza.

« Hé ! Réveille-toi !

-Je te remercie de m'avoir libéré !

-Ouais, ouais, enfin tu m'as sauvé la vie une fois, on est quitte. Dépêche-toi de sortir ! Heu... tu ne devais pas te faire bouffer ?

-Si, mais elles n'ont pas fini le précédent condamné.»

Quant à Sergei :

« Pourquoi vous la laissez s'en aller ? Demande une Sentinelle.

-Je veux qu'elle puisse subir notre offensive, demain ! Ça sera superbe ! Je vous résume : nous avons conçu une bombe Ethérée d'une charge de plusieurs milliards de gigajoules ! On a repéré une forte concentration de ces bestioles. Vu de Capella, l'explosion sera absolument sublime.

-Mais... les radiations d'Ether !?

-On a un bouclier sur la ville...

-Les chercheurs ont dit que l'Ether pouvait altérer la composition atmosphérique, quels effets auraient une bombe de cette puissance !?

-Elle aurait pour effet de vous la boucler, mais aussi de nous débarrasser de cette vermine ailée ! »

« Attends-moi, prononce Reza, essoufflé, je ne cours pas aussi vite que toi !

-Je dois avoir au moins 30 ans de moins que toi, te j'arrive à te distancer ! Et à te laminer, entre autres...

-Ça va, recommence pas ! Comment on s'en va ?

-Moi, je m'envole. Toi, tu prends un chasseur et tu me rejoins.

-Hé ! Les hangars sont protégés, et depuis que j'ai été puni, je n'ai plus le droit d'y accéder !
-Plus personne ne réagit. Pour une raison qui m'échappe, ils nous laissent tranquilles... »

« Passez une bonne nuit, car ce sera la dernière ! murmure Sergei. »

Il n'a jamais été aussi souriant. Il se lève de sa chaise, quitte son bureau, et referme la porte, pour la première fois, avec délicatesse, sans un bruit.
De retour dans la caverne, Shimmy est épuisée. Quant à Reza, il ne préfère pas dormir, car il serait encore plus fatigué…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Mar 23 Avr - 21:32

-VII-





Le soleil s'est levé depuis plusieurs heures, il est 11h50, et la dragonne dort toujours. Reza n'a pas oublié l'assaut de 13h, et essaie de réveiller Shimmy :

« Hé, il est bientôt midi ! »

Il la secoue doucement. Elle pousse des grognements, et se tourne dos à Reza.

« T'as pas oublié ce qu'il y a à 13h !? »

Elle râle.

« Allez ! »

Il la secoue plus fort. Elle se réveille, se retourne rapidement et lui mord brutalement la main.

« Laisse-moi dormir !

-Mais y'a l'assaut de 13h !

-Ah oui c'est vrai…

-Bordel... tu sais faire autre chose que mordre tout ce qui bouge ? dit-il en secouant sa main.

-Et bien... je ne me sers pas souvent de mes griffes mais je peux faire une exception pour toi...

-Bah, soupire-t-il. Il faut se préparer.

-Je peux m'entraîner une dernière fois, sur toi ?

-Laisse-moi y réfléchir une heure ou deux…

-Bon comment on va coordonner notre attaque ? Tu ne peux pas voler…

-Enfin si, mais dans le chasseur. Mais faudra bien communiquer, faudrait que tu prennes un de ces casque-micro.

-Je ne vais pas mettre ce... truc sur ma tête !

-Pour une fois c'est toi qui vas m'obéir ! Alors t'enfiles ça et tu la fermes !

-Ne t'inquiète pas, je te le revaudrai... non m'ai j'ai l'air de quoi comme ça ? Pour la tactique, je sais : tu y vas en premier, ils concentrent toutes leurs attaques sur toi, comme ça ils utilisent toutes leurs munitions, et moi je m'occuperai du reste. Il y a des risques que tu meures, mais on s'en fiche, pas vrai ?

-Nan mais tu te fous de moi !?

-Et si je t'éventre, je me foutrai toujours de toi ? »

L'horizon se couvre, notamment avec l'ombre de l'énorme bombardier. Le ciel est rempli de chasseurs Eclipse. Dominant à toute vitesse la flotte, Aerial.

« Admire le ciel encore clair une dernière fois, car on ne le reverra peut-être jamais ! Dit Reza. S'ils arrivent à larguer leur bombe, il sera en permanence d'un bleu irradiant parsemé de tempêtes d'Ether en guise de nuages ! »

Au loin, Aerial a disparu. Shimmy répond :

« Oh, arrête tes conneries... »

Aerial surgit en redescendant des nuages, frôle le chasseur, attrape Shimmy en la mordant au niveau des ailes, et tire un éclair sur l'arrière de l'appareil, ce qui le déstabilise et détruit un des deux réacteurs.

« Bordel, je perds de l'altitude ! Crie Reza.

-Tch ! Tu crois que je n'ai aucun problème, moi ? Dit Shimmy avec difficulté. »

Aerial lance Shimmy en l'air, remonte à haute altitude et s'efface dans les nuages.

« Qu'est-ce qu'il va encore faire ? Ah ! Gnnh... argh... je ne peux plus voler, il m'a déchiqueté les ailes !

-Je vais essayer de te rattraper ! répond Reza.

-C'est une blague !? J'ai plus de chances de survivre si tu n'essaies rien ! Fais gaffe ! Il redescend ! »

Le chasseur est juste en dessous de Shimmy, et Aerial juste au dessus, fonçant la bouche ouverte. Il retient à la fois Shimmy et l'aéronef, et les fait s'écraser au sol en les tenant. L'appareil est HS, Shimmy a la colonne vertébrale explosée. Elle a du mal à marcher. Elle agite ses ailes péniblement et finit par réussir à s'élever.

« Je m'occupe d'Aerial, dit Reza, va détruire la flotte, un chasseur contre eux ne sert à rien.

-Je...je vais...essayer... Mais... t'es sûr que... tu vas survivre ?

-C'est exactement toi, mais en à peine plus fort !

-C'est ça... dit-elle doucement en se moquant.»

Shimmy s'envole en basculant, ses ailes sont presque arrachées, reliées au reste du corps par quelques fibres. Peu de temps après son envol, Reza passe à côté d'elle avec des traînées de sang, expulsé par un coup de cornes d'Aerial.

« C'est exactement moi hein ? Demanda Shimmy

-Toi t'es plus sensuelle ! répond Reza, souriant, en levant un pouce.

-Quoi !? Crie Shimmy, ébahie.»

Reza esquive et pare difficilement les attaques du dragon. Il perd beaucoup de sang et s'affaiblit à chaque coup reçu.

Shimmy se dirige vers la flotte. Six aéronefs la prennent en chasse. Elle peine à dépasser les 400 km/h, comparés au Mach 2 des chasseurs. Leurs mitrailleuses ont reçu la technologie GAUSS, et arrivent à transpercer la peau de Shimmy. Seules quelques balles la touchent. Le commandant de flotte fait une annonce :

« A tous les chasseurs, visez simplement les ailes, et elle chutera comme une pierre ! Vous êtes vraiment abrutis de ne pas y avoir pensé avant ! Ça coule de source pourtant !»

Les tirs se concentrent donc sur la membrane de ses ailes. Elle effectue tout un tas de figures aériennes pour éviter les tirs, déconcertant ses adversaires qui ont du mal à la suivre.

« Ils sont obstinés, et surtout, plus rapides que moi… il va falloir être tactique ! se dit-elle. »

Elle réduit sa vitesse, fait un salto avant, et donne un coup de lame caudale dans un chasseur passant juste en-dessous d'elle, et transperce le pilote, découpant le fuselage sur toute sa longueur. L'appareil s'écrase.

« C'est capable de découper du Terralium ! Qu'est-ce qu'on fait commandant !? Demande l'un des pilotes.

-C'est pourtant évident ! Vous vous sacrifiez jusqu'à ce qu'on largue la bombe !

-Combien de temps ça prendre !?

-Odelgrad est à 2.000 km, alors 20 heures environ.

-On ne tiendra jamais !»

Elle essaie les techniques de son frère : elle prend de l'altitude, puis fonce à toute vitesse vers une cible. Mais sa bouche est trop petite pour emporter un appareil, elle met donc les cornes en avant et traverse aisément, dans toute la hauteur le chasseur.

« La cible prioritaire, c'est le bombardier. Je ne dois pas perdre mon temps avec ces moucherons ! »

Aerial, ayant mis Reza à terre, s'envole vers Shimmy pour mettre un terme à son ennemie préférée.

« Il est vachement plus grand que les autres, je vais détruire ses réacteurs, tout comme ils essaient de m'enlever mes ailes ! »

Elle donne des coups de lame caudale, mais même si elle traverse le blindage, celle-ci est trop courte pour toucher les centres vitaux des réacteurs.

« J'ai pas la choix, je vais devoir m'auto-mutiler... »

Elle se place près de l'admission d'air des réacteurs et sectionne son aile déjà fragilisée, avec ses dents. L'aile est aspirée et provoque une réaction exothermique qui emballe les deux propulseurs de gauche. Plus que l'autre moitié...
Au sein de la flotte, le désordre règne. Les appareils sont éparpillés et les pilotes n'en font qu'à leur tête. Ils n'ont plus envie d'être envoyés à l'abattoir. Ils feintent des mouvements d'interception de la dragonne, mais ne tirent pas. Ils ne veulent pas attirer son attention sur eux, l'ayant vue capable de détruire leur chasseur.

« A tous les chasseurs, sérieusement, protégez le bombardier !

-Impossible commandant ! On risquerait de l'endommager avec des tirs perdus ! Hé hé ! Il va falloir se protéger seul ! »

Elle répète l'opération sur le flanc droit. Mais désormais privée d'aile, elle est en chute libre.

« Ça y est, c'est la fin, la dernière chute…

-Oh, arrête tes conneries !

-Reza !? T'es vivant ?

-Ouais. Mais tu crains vraiment d'avoir perdu tes ailes !

-Pose-moi et tu vas perdre beaucoup toi aussi ! »

Reza a réussi à faire démarrer le chasseur, mais il est très abimé. Un seul réacteur marche, les ailes cabossées n'améliorent pas la stabilité. Quant à la vitre du cockpit, brisée, Reza se prend tout l'air dans la face. Il rattrape Shimmy, qui était en train de tomber. Elle atterrit sur l'aile du chasseur, mais ne s'arrête pas et l'arrache. Elle agite sa queue dans tous les sens afin d'avoir une prise avec ses épines, contre la carcasse de l'aéronef. Une fois rattrapée, il la repose au sol.

« Bon, t'as eu ton moment de gloire, à moi de détruire ce bombardier ! dit Reza.

-Après que je t'aie mâché tout le boulot...

-Ouais… merci beaucoup.»

Seulement, juste un des deux moteurs de droite du bombardier est encore en marche. Le régime a uniquement diminué.
Reza arrive au niveau du dernier réacteur, mais une des mitrailleuses du bombardier détruit le sien. Il lance une roquette dans un dernier espoir, qui touche son but. L'énorme engin commence à basculer et se dirige droit vers la terre emportant avec lui l'énorme colonne de fumée noire et opaque qui émane des moteurs détruits. Reza la traverse, et privé de vitre, reçoit tout dans le visage.

Pendant ce temps, Shimmy, toujours au sol, voit Aerial foncer sur elle. Elle le regarde dans les yeux, et lui aussi. Elle garde un sourire au coin de la bouche. Au moment où il allait la toucher, elle fait une roulade latérale pour esquiver. Il frappe le haut de sa tête contre le sol, endommageant de nouveau son implant.

« Aerial… mon frère… dit Shimmy en faisant la moue.

-Je te laissais à chaque fois agonisante lors de nos affrontements. Je vais te tuer cette fois-ci, au moins je n'aurai plus à le faire, car ça me fait souffrir de te faire du mal. Mais pour que tu sois toujours en moi, je… vais… te… bouffer…

-Hein !? »

Aerial se jette sur Shimmy et la met à terre. Il commence à la dévorer, transperçant sa chair jusqu'au sang. Elle hurle de douleur, et pleure toutes les larmes de son corps. Elle se débat encore une fois, mais est plaquée à terre par son frère.

Reza, dans son chasseur en flammes, se dirige à toute vitesse vers Aerial. Il a sauté avant de s'écraser, et voyant l'horrible spectacle, fait un salto avant vers le dragon, dégaine son Winchester, pointe le canon sur sa tempe et tire. Le projectile brûle à peine sa peau et Aerial repousse d'un coup de queue Reza.

Shimmy commence à pleurer du sang. Le sol se met à trembler, la dragonne s'assombrit, des cercles d'énergie noire se concentrent en elle, puis une puissante déflagration obscure projette Aerial plus loin. Elle est entièrement régénérée, elle a récupéré ses ailes, elle est plus sombre, enveloppée d'une aura noire : elle est entrée en Furie dans son élément : l'Ombre. Ses cornes, ses épines dorsales et sa lame caudale et celle des ailes sont plus longues. Sur sa peau se dessinent des genres d'éclairs, au coin de son œil, sur la membrane de ses ailes, ses cornes, ses bras, ses cuisses et ses épines.

« Alors c'est ça mon élément... jusque-là je m'en étais jamais servie... je ne savais même pas que j'en avais un... peut-être que ça me sera utile... Hé Reza, je vais te montrer si je ne peux pas aller plus vite que les chasseurs...

-J'attends... »

Shimmy s'envole à une vitesse phénoménale que les chasseurs laissant derrière elle des trainées obscures et des cercles d'énergie. Haut dans le ciel, elle retombe vers Aerial, cornes en avant dans un sillage noir, provoquant un cratère à l'impact et un dôme de flammes noires.

« Cette fois, je vais te libérer pour de vrai. dit-elle »

Elle plante ses griffes dans le haut du crâne d'Aerial, où se situe l'implant, pénètre en profondeur et l'extrait dans une projection de sang. Il se retient de crier. Il a été habitué à des traitements plus horribles. Mais ici, niveau douleur, ça se vaut. Après avoir été libéré, il s'effondre. Le dispositif tâché reçoit une décharge et s'éteint.

« Tu es libre maintenant. Je vais m'occuper d'eux. »

Shimmy s'envole et détruit le reste des chasseurs volant encore, en balançant des rayons d'énergie sombre qui les pulvérisent sur le coup.

« Pourquoi… pourquoi nous détruis-tu ? Nous ne t'avons fait aucun mal… nous t'avons laissé détruire le bombardier… »

Elle a réussi à se défaire de la flotte entière. Elle sort de sa furie et reprend ses couleurs habituelles, puis retourne auprès de son frère. Aerial revient à lui.

« Shimmy, je suis désolé pour tout le mal que je t'ai fait subir.

-Ce sont eux, qui me l'ont fait subir. Pas toi.

-Je n'ai pas tenu ma promesse.

-Il n'est pas trop tard pour continuer de la tenir ! Je n'ai que 6 ans, tu peux toujours me protéger si tu veux, je suis encore une petite dragonne...»

Aerial se relève tout en souriant, regarde tout autour de lui, et fixe Reza. Il se jette sur lui et le projette à terre.

« Toi ! C'est toi qui as tué nos parents ! Emrik et Likya !

-Malheureusement, oui… j'ai survécu à l'explosion du premier Chasseur d'Arme. Je regrette ce que j'ai fait. Mais regardez, j'ai aidé votre frangine !

-Le peu d'aide que tu lui as apporté n'est rien comparé à tous ceux que tu as tués ! »
Aerial entre dans une colère noire et commence à mordre Reza de toutes ses forces.

« Arrête ! hurle Shimmy, il m'a sauvé la vie plusieurs fois ! Ce n'est pas un mauvais gars, il m'a aidé à te libérer ! Et puis... c'est un bon défouloir.

-Bon… si c'est toi qui le dis, et le veux… désolé Zera…

-Reza. Je comprends parfaitement. (je te buterai après Sergei, tu vas voir...)

-Comme c'est charmant, dit Sergei posté sur le haut de la tourelle du Chasseur d'Arme, tous trois réunis, tous trois ennemis !

-Qu'est-ce qu'il nous veut le paranoïaque ? répond Aerial

-Votre mort ! Je vais terminer ce que Reza n'a pas su faire ! »

Sergei retourne dans la tourelle du char. Le bruit assourdissant produit par le véhicule indique que toute la réserve d'Ether est utilisée pour un unique tir en train de se charger. Les cibles n'ont désormais plus assez de temps pour esquiver le tir qui consumera tout dans un large rayon, trop grand pour laisser une chance de survie. Le blindé ouvre le feu. Une gigantesque déflagration brûlante et bleue ciel ravage tout sur son passage.

Mais Aerial a concentré toutes ses forces pour créer une barrière de vent. Il s'affale par terre, épuisé.

« Bien ! Ça en fait un en moins ! hurle Sergei au haut-parleur. Il vous faut une invitation pour buter les autres ?»

Les mitrailleuses de 155mm pointent vers le dragon.

« Sur ta mère, ça a bien marché, pourquoi pas sur toi !? reprend le Président. »

Et une rafale de balles part. Elle transperce le crane en le fissurant.

« Finissons-en. Termina Sergei. »

Les 4 mitrailleuses jumelées pointèrent vers Aerial, en sang. Un intense feu s'abattit, lumineux, aveuglant, empêchant d'observer la scène; sur le dragon.

A la fin de la salve, Aerial, surpris, réussit à se redresser, lentement. Devant lui gisait Shimmy, fumante, se vidant de son sang.

« SHIMMY ! Qu'est-ce que !?

-C'est...moi... qui te protègerai... mais ne t'inquiète pas... je vais nous débarrasser... de ce crétin... (ce ne sont pas 6 litres de sang en moins, un poignet déboité et les pattes arrières déchiquetées qui vont m'empêcher de me battre...)

« Bon... vous attendez quoi pour l'achever ? s'écrie Sergei»

Elle se releva d'abord son postérieur, puis s'appuie sur une patte avant. Elle se mit à planer vers le blindé. A quelques mètres de lui, elle fait une vrille, avec une sphère noire dans la bouche, puis la fit éclater dans une déflagration phénoménale. Le ciel s'assombrit tandis qu'elle libérait des faisceaux énergétiques visibles depuis l'espace, anéantissant le Chasseur d'Arme et déchirant l'atmosphère. Le soleil brûlant lui-même n'arrivait plus à traverser les brumes obscures.
Elle a dépensé toute son énergie pour mettre le blindé hors d'état de nuire. Après cela, elle ne tient plus à quatre pattes. Elle se laisse tomber, heurtant durement le sol, le derrière en l'air.


Dernière édition par Katjusha le Mar 23 Avr - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Mar 23 Avr - 21:33

-VIII-





« C'est... c'est vraiment pas... vraiment pas le genre de choses... que je ferai tous les jours...

-Shimmy, dit Aerial, tu m'as impressionné.

-Ce qui m'étonne... c'est que j'ai réussi là où notre mère a échoué... je... je n'ai que 6 ans...

-T'es unique, ma grande !

-Mhh... m'appelle pas comme ça s'il te plait, ça fait trop...

-Je crois que c'est fini de l'hégémonie de Capella. annonce Aerial.

-Vous n'y connaissez rien en politique, crie Reza. Sergei était soutenu par la population. C'est pour ça qu'il a réussi à aller aussi loin. Quelqu'un lui succèdera et ça recommencera. Les gens ont été habitués au confort de vie offert par Sergei. Ils ne sont pas prêts de s'en séparer. Et ils s'en fichent des conséquences tant qu'ils sont heureux. Et je fais partie de ces gens.

-Je vois... t'as pas envie de le remplacer ? Continue Shimmy.

-Ca va... qu'est-ce que t'as cru ?

-C'est vrai. Ce n'était pas ce que tu voulais. Tu souhaitais la mort de Sergei. Par contre, c'est moi qui l'ai tué...

-Comment tu le sais ? S'étonna Reza.

-Sérieusement, pour quelles raisons tu m'aiderais sinon ?

-Ouais... mais je me suis attaché à toi.

-Je t'en prie... moi, je me suis attaché à toi. Toi, tu t'es juste servi de moi. Et t'approuves les actions de Sergei... qu'est-ce que je dois en déduire !?

-Nan... je parlais... du confort... après c'est sûr... je ne veux pas qu'on te tue, hein...

-Je vois... excuse-moi alors.»

Pour la première fois, Shimmy faisait réellement confiance à un homme. A partir de là, elle a un peu délaissé son caractère agressif, pour devenir plus sympathique, et plus ouverte. Cependant, elle était un peu déçue des motivations de Reza.

« Une fois de plus, il a raison, interrompt Sergei. Si je meurs, je vivrai à travers les gens. Mon parcours sera emprunté par mes successeurs qui le poursuivront. Et si je meurs, je vous emporterai tous avec moi !

-Si tu veux, mais si tu te fais mal ou que tu meurs, faudra pas venir pleurer, rétorque Aerial.

-Ne vous inquiétez pas, ça ne risque pas !»

Sergei fait apparaître sa claymore, et donne un coup dans l'arrière de la tête de Reza, en faisait gicler du sang. Il tombe.

« Reza ! crie Shimmy.

-Je suis le Président, et je le resterai jusqu'à la mort de tous les dragons de cette planète ! Je ne projetais pas de tous les tuer. Mais là, vous m'avez tellement exaspéré ! Et détruit mon beau Chasseur d'Arme ! MES Chasseurs d'Arme !

-Pourquoi voulez-vous les tuer !? demande Shimmy

-Vous avez tué MARLENE ! La seule personne qui comptait pour moi !

-Vous !? Je n'ai rien fait moi ! Mon frère, et mes parents non plus !

-SILENCE ! »

Sergei se téléporte derrière Aerial dans une brume noire, et lui porte un coup dans le cou. Le dragon s'écroule.

«Qu'est-ce que… Aerial !

-Alors ma petite, il ne reste que nous…

-Il ne restera plus que moi si tu veux tout savoir, répond Shimmy.

-Ce n'est pas beau de mentir… »

Shimmy saute vers Sergei en vrillant pour donner un coup de lame caudale, qu'il pare.

« C'est trop lent ! Tu comptes me vaincre de cette manière ? Je risque plutôt de mourir d'ennui ! Crie Sergei. »

Il se téléporte derrière Shimmy et donne un coup horizontal qu'elle évite en s'envolant. Elle ripostant en tournant sur elle et en fonçant avec ses cornes, mais le Président esquive.

« Ce n'est pas juste, ce n'est pas humain ! Tu manies une épée de 20kg à une main !
-C'est ça, la puissance de la technologie humaine ! Ah ah ah ! Misérable vermine, tu ne peux pas rivaliser ! »

Ce dernier charge sa claymore d'énergie azure et frappe violemment le sol, le fendant et faisant sortir des jets brûlants. Touchée, Shimmy tombe par terre. Sergei se dirige rapidement vers elle et plante son épée dans le sol, Shimmy esquivant le coup avec une roulade latérale. Elle donne un coup de queue qui fait tomber le Président. Elle saute sur lui la bouche ouverte, mais il la bloque avec son arme.
Il se relève, puis l'entraîne avec sa claymore, dans la bouche de la dragonne, fait un tour sur lui-même puis lui écrase le crâne contre le sol. Elle roule sur le côté et se remet à quatre pattes. Elle baisse la tête, simulant un étourdissement. Elle oriente son dos vers Sergei. Lorsque celui-ci accourt vers elle, elle se propulse et lui donne un coup de bassin, avec ses épines, en plein abdomen, qui le fait chuter.

« C'est comme ça !? Je vais te réduire en cendres, tu vas voir ! Hurle-t-il »

Plus il portait de coups, plus il s'énervait de ne pas réussir à terrasser Shimmy.
Sergei se téléporte derrière elle et lui prend l'arrière de la tête, la tenant en l'air. Avec son bras mécanique, il lui broie le crâne.

« Meurs ! MEURS ! TU VAS MOURIR OUI !? S'égosille-t-il de toutes ses forces»

Sa main commence à s'enflammer et à brûler la peau de Shimmy puis la chair. Elle se débat, en vain, et n'arrive pas à se libérer.

Soudainement, elle se téléporte aléatoirement dans une brume noire, se libérant de l'emprise de Sergei.

« Qu'est-ce que c'est que...!? s'étonne le Président.»

Il poursuit son assaut en balançant des vagues fulminantes avec sa claymore. Mais Shimmy continue de se téléporter tout en esquivant, ne contrôlant pas le lieu d'arrivée.

« C'est quoi ça !? Qu'est-ce que c'est !? Tu te téléportes !? Comment peux-tu ? Tu n'es pas assez forte pour CA ! »

Il ramasse l'épée de Reza, et les utilises toutes deux pour tirer un rayon lumineux, qu'elle esquive en se téléportant.

« Ah ! Ah ! Ah ! A quoi ça sert de savoir se téléporter, si on ne maîtrise pas où on va !? Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! dit Sergei en riant, calmé. »

Il continue de rire, mais cette fois, Shimmy s'est téléportée derrière lui.
Elle le transperce avec ses griffes désormais maculées de sang aux extrémités.

« (J'ai réussi à le tuer d'un coup de griffes. Je devrais peut-être m'en servir plus souvent...) Vous avez perdu, Président. Vous avez vu, je suis une gentille petite dragonne qui n'a pas menti !

-J'ai de la guimauve si tu veux… dit Sergei, agonisant.

-Je préfère les gaufres au sucre.

-Mais vu le trou que t'as dans le bide, elles passeraient mal.

-Hein !? »

Shimmy voit qu'elle perd énormément de sang au niveau du ventre.

« Comment ça se fait !? Ce n'est pas possible ! Je n'ai rien senti !

-On a perdu tous les deux. D'un côté, ça m'énerve de ne pas avoir pu accomplir ma mission. Mais bon, de l'autre ça me rassure. Tu étais un test en quelque sorte. Si j'ai réussi à te tuer, mes biosoldats sont bien capables d'abattre d'autres femelles. Merci.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lollipop'S
Membre actif
Membre actif
avatar

Graph' : 79
Réputation : 21
Windows Sexe : Féminin Bélier
Messages : 571
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 17
Localisation : Heuu ... chez moi ?
Humeur : Fatiguée ! -.-"

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Jeu 25 Avr - 9:37

Waouw *0*
J'ai la flem de lire x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sweetness.fr.mu
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Jeu 25 Avr - 17:05

C'est pourtant fait pour ça... ._.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RashXBucker
Membre actif
Membre actif
avatar

Graph' : 10
Réputation : 14
Ubuntu Sexe : Masculin Vierge
Messages : 858
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 29
Localisation : Devant mon PC
Humeur : fatiguer

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 26 Avr - 8:09

faut avoué qu'il faut avoir le temps de le lire Laughing

Sur un support papier ça aurait était bien pour le lire le soir dans son lit Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bucker-land.eklablog.fr/ http://xx-tatooz-xx.deviantart.com/
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 26 Avr - 11:44

Ben vous savez, Gutenberg a fait quelque chose de splendide ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrina
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Graph' : 10
Réputation : 6
Sexe : Féminin Bélier
Messages : 227
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 21
Localisation : Canada (Québec)
Humeur : Confuse entre la tristesse et la joie.

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Dim 5 Mai - 21:45

J'ai enfin eu le temps de le lire! Sérieux j'ai rien qu'un mot pour décrire se que j'ai lu! et ce mot est : bravo Bravo!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorse.allalla.com
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Lun 6 Mai - 18:30

Merci beaucoup !! I love you
Et encore, ça date d'il y a plus d'un an, maintenant mes chapitres sont plus denses, plus matures et plus détaillés ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrina
Membre régulier
Membre régulier
avatar

Graph' : 10
Réputation : 6
Sexe : Féminin Bélier
Messages : 227
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 21
Localisation : Canada (Québec)
Humeur : Confuse entre la tristesse et la joie.

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Mar 7 Mai - 1:03

Alors je suis impatiente de les lires!(si jamais tu les faits lire bien sur!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorse.allalla.com
RashXBucker
Membre actif
Membre actif
avatar

Graph' : 10
Réputation : 14
Ubuntu Sexe : Masculin Vierge
Messages : 858
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 29
Localisation : Devant mon PC
Humeur : fatiguer

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Mar 7 Mai - 7:38

Promis dès que j'ai le temps je lirais tout le reste Wink

Tu écris super bien bien tu devrais te faire édité Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bucker-land.eklablog.fr/ http://xx-tatooz-xx.deviantart.com/
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 10 Mai - 12:09

Je ne pense pas être suffisamment bon pour me faire éditer, et puis ce n'est qu'un passe-temps, pas une vraie vocation ^^


Partie 2


-I-




Nous apprenons que le site 2 à proximité d'Odelgrad vient d'être perdu. La ville est privée de son alimentation en Terralium et en Athenoxite, deux matériaux très importants. Sergei, venant d'être tout juste nommé chef des armées, a pris la décision d'envoyer les blindés pour nettoyer la zone. C'est suite à la perte des sites 7 et 12 de Heifel qu'il a reçu ce titre.

Il nous assure que le problème sera vite réglé.

« Allez allez, on se magne le cul ! Montez !

-Ha ! Qui aurait cru qu'il y aurait de l'action sur cette planète désertique ? Demande Reza.

-Mhh... si on a perdu les machines sur ce site d'extraction, ça ne doit pas être banal, comme problème, répond Anton.

-Vu qu'on a déjà perdu le 7 et le 12, on ne sait pas ce qui est arrivé ?

-Oh non. Le premier bataillon d'infanterie a été envoyé, on ne l'a plus revu.

-Les satellites, qu'est-ce qu'ils en disent ?

-Les images sont brouillées. Tout ce qu'ils ont détecté, c'est des interférences sur les sites perdus. Des flux électroniques...

-Mon vieux, je pensais trouver le repos ici, c'est pas gagné ! »

Anton est l'ami de Reza. Ils se sont engagés ensemble en 2087 en pleine guerre Européenne. Ils ont partagés les pires moments ainsi que leurs blessures. Anton a le crâne rasé et une barbe de quelques jours. Il a une mâchoire et des arcades légèrement avancées, ce qui le rend visuellement assez méchant. Il mesure plus d'un mètre 80, et se moque souvent de la taille de Reza, pour plaisanter.

Il y a quelques jours, le premier bataillon d'infanterie est parti en expédition pour aller inspecter sur les lieux. Mais apparemment, il a été entièrement balayé. Sergei est bien décidé à utiliser les grands moyens. La 3e compagnie blindée se met en route. Reza et ses coéquipiers montent dans l'un des transports de la compagnie, en route pour le site d'extraction 2 d'Odelgrad, la ville la plus éloignée de Capella, et donc la plus exposée aux menaces régnant sur cette planète, loin de tout renfort. Située à 870 km, même avec des transports pouvant atteindre facilement 300 km/h, le voyage est long et calme. On n'entend que le bruit du moteur qui tourne à plein régime.

Soudainement, la radio rompt le silence.

« Attention 3e compagnie blindée, Odelgrad est attaqué. Je répète, Odelgrad est attaqué. Annulez votre mission actuelle et faites route pour Odelgrad. Grande concentration de créatures volantes. Le périmètre défensif a été enfoncé. Faites le plus vite possible.

-Mais qu'est-ce qu'il peut bien se passer par là !? Qu'est-ce qui sur cette planète, peut s'en prendre à nous !? Se demande le chauffeur.

-J'en ai assez d'être un simple soldat en première ligne ! Ça fait plus de dix ans que je suis dans l'armée et je suis toujours au même endroit ! Crie Reza.

-C'est vrai que tu préfèrerais rester bien au chaud derrière un blindage épais à commander un char. C'est tellement plus courageux, répond Anton.

-Exactement. Ça te dirait de me rejoindre ?

-Sérieusement, qu'est-ce que t'as cru ? Que j'étais assez suicidaire pour rester à ce poste ?

-Les gamins, vous vous taisez ? Je n'entends rien à la radio et j'essaie de communiquer, interrompt le chauffeur.
Affirmatif, nous nous y rendons. Mais... la 8e compagnie blindée n'est pas postée à Odelgrad ?

-Si, mais elle a été entièrement anéantie, en l'espace de quelques minutes.

-(Quel bordel...) Cependant, nous ne serons pas arrivés avant 4 heures, on met déjà toute la gomme, on ne peut pas aller plus vite...

-Nous le savons. On a simplement besoin de renforts. Les 12e et 13e compagnies sont à une demi-heure de vous, elles viennent en soutien. Ne les attendez pas. Et une dernière chose, si vous.. aaaAAH …!

*transmission interrompue*

-Central, que se passe-t-il ? Bon sang, Central !?On a perdu la communication !

-Alors il nous reste une chose à faire, reprend Reza. On va inspecter le site plutôt que d'aller à l'abattoir à Odelgrad. Ce sera une mission vite faite, bien faite. Vu qu'apparemment le problème s'est déplacé en ville, il ne restera normalement plus rien sur le site.

-Le commandement d'Odelgrad ne répond plus, alors on pourra bien faire croire qu'on n'a pas reçu l'info... »

La compagnie blindée fait route vers sa destination initiale. Les deux autres la précédant remarquent vite sa dérive.

« Hé, compagnie 3, ici la 12. Qu'est-ce que vous foutez ? Votre destination, c'est Odelgrad.

-Les mecs qui nous filaient les ordres sont morts avant qu'on ait pu recevoir une instruction, répond le pilote.

-C'est une blague ? C'était un message global, on l'a reçu nous aussi. Ne faites pas semblant. Revenez immédiatement.

-Sinon quoi ? Vous nous tirez dessus ? Ha !

-Ne vous en faites pas. Nous, on va là-bas. On élimine le problème, on se couvre de gloire. Au passage, on informe de votre désobéissance dès qu'on sera rentrés.

-Faut pas les écouter, dit Reza. Ils se feront détruire comme la 8e. Alors que nous, on sera les premiers à déterminer le problème !»

Comme ils ont pu le constater, le problème a migré vers la ville. Mais aussi un peu tout autour. La compagnie se fait également attaquer. Une créature ailée à la peau bleue, pourvue d'une longue queue terminée par une énorme lame. Son cou et son ventre sont couverts d'un blindage organique, de couleur pourpre. Sa tête est pourvue de quatre cornes grises. On arrive à distinguer un gros collier noir à son cou. En vol, elle s'approche des chars en basse altitude. Elle remonte, effectue une rotation en arrière et se pose brutalement, sur le blindé en tête de file, en l'écrasant.

« Aaah !? C'est ÇA le problème !? Hurle de peur Reza.

-Bravo, t'avais dit qu'il n'y aurait rien ! Répond son coéquipier.

-Calmez-vous les gars, arrête le chauffeur. Ok, ça a détruit un blindé par que ça s'est posé dessus et que c'est énorme, mais vous allez voir que ça ne résiste pas aux balles. Alors aux obus... »

La créature poursuit l'assaut, tire des éclairs sortant de sa bouche qui explosent les chars. Tous les fantassins sortent des transports et se mettent à couvert derrière eux. Reza naturellement, descend avec ses coéquipiers. Complètement effrayé par ce monstre, il ne dit plus rien. Les pertes continuent, sans aucune réaction. S'ils ne tirent pas, ils s'enfuient tout de même quand la créature s'approche d'eux. Les soldats sont balayés petit à petit à coups de griffes, ou sont avalés.

« Mais ! C'est quoi ce bordel !? Pourquoi ils n'attaquent pas !?

-On doit recevoir l'autorisation d'ouvrir le feu de la part du QG ! Mais ils ne répondent pas ces salopards !

-On ne va pas se laisser crever juste parce qu'il faut respecter une procédure débile !

-QG ! QG ! Contact hostile ! Demandons l'autorisation d'ouvrir le feu ! Répondez enfin !

-Ha ! Mais passe moi ton fusil, je t'en foutrai moi, des autorisations ! »

Il saisit l'arme de son ami et tient la sienne d'une main, un fusil dans chacune. Il court vers la créature en traversant la foule de soldats la fuyant. A quelques mètres d'elle, il commence à tirer dans tous les sens.

« Prends ça ! Vocifère-t-il.

-Ici QG, autorisation d'ouvrir le feu.

-Aaaah ! Hurle Reza.

-Merde ! Il s'est fait buter ! Faut que j'aille le voir ! S'inquiète Anton. »

Reza n'a pas été tué, mais il s'est pris trois balles dans la poitrine. Anton accourt et se penche au-dessus du lui alors que la créature s'approche. A mesure qu'elle s'avance, elle tire des éclairs sur les chars autour d'elle, et écrase les fantassins, s'en débarrassant avec une facilité déconcertante. L'autorisation de tirer donnée, tous les blindés font feu.

« Reza ! Ça va !? Réponds-moi ! Reza !

-Oui... ouais... ça peut aller...

-Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Qui t'a tiré dessus !?

-Personne. Enfin... dans l'absolu, moi.

-Quoi !?

-J'ai vidé un chargeur de chaque fusil. Mais quelques balles ont rebondi, certaines vers moi.

-Rebondi !? Sérieusement...!

-Regarde-les tirer, et constate. Va-t'en, le monstre s'approche. »

En effet, les obus et les balles ricochent quand elles rencontrent le corps de la créature ailée, lorsqu'elles ne sont pas directement arrêtées. Reza rampe jusqu'à son transport alors qu'Anton s'est éloigné. Après quelques mètres, il sent ses jambes écrasées. La créature le retient avec sa patte.

« Eh putain. Je vais crever. J'aurais bien voulu monter en grade au moins une fois !

-Hé, mais c'est que ça parle, ce petites bestioles. Ça ne se contente pas de tout détruire... lance la créature.

-Beuh... ça parle ce truc !?

-S'il te plaît, trouve tes propres répliques.

-Anton, viens m'aider !

-Ha ha ha ! Je déconseille Anton de venir, s'il tient à la vie. Qu'il s'échappe, tant qu'il en a l'occasion.

-(Bordel...) Mais... pourquoi attaquer Odelgrad !?

-Odelgrad ? C'est votre ville, pas loin d'ici ? Et bien j'ai un œuf qui va bientôt éclore. C'est quelque chose de fragile contrairement à moi. C'est pour cela que je n'aimerais pas qu'il soit détruit par des parasites inconscients et violents...»

Elle ouvre grand sa bouche dégoulinante de bave en s'approchant de Reza. Sur le point de refermer ses mâchoires, Anton tire à la sulfateuse d'un transport en essayant de viser les yeux. La créature se retourne, Reza en profite pour se libérer. Son ami continue le tir, mais une fois de plus, les balles ricochent. Le tireur s'en prend deux dans l'épaule, même à travers les fenêtres blindées, et cesse aussitôt le feu. Quant à Reza, il en reprend quelques unes dans la colonne vertébrale pendant sa course et tombe par terre.

« C'est pathétique… ça devient tellement facile que je ne m'amuse plus. Les gars, vous venez ? dit-elle. »

Du ciel descendent d'autres créatures similaires. Elles sont plus petites, deux mètres de haut au maximum. A toute vitesse, elles se posent autour de la plus grande. Cette dernière marche lentement vers Anton, qui se tient l'épaule de douleur. Il lève les yeux et voit le monstre la bouche entrouverte.

D'une morsure, il arrache la cabine du transport où se trouve Anton, et le balance violemment sur le côté. La créature s'avance, et l'éventre d'une seule griffe.

« Aaah bordel ! Hurle Anton.

-Quelles insanités s'échappent de ta bouche… il faut immédiatement y mettre un terme. »
Elle l'attrape par les jambes avec sa bouche et l'envoie en l'air. Grande ouverte, elle attend qu'il retombe pour l'avaler d'un claquement de mâchoires.

« Anton ! S'exclame Reza.

-Anton... Reza... c'est vrai, j'ai omis les présentations. Vous pouvez m'appeler Likya. »

Les autres créatures plus petites se mettent à se regrouper et à courir vers le reste des chars. Sur les 65 initiaux, ainsi que les 15 transports, il n'en reste plus respectivement que 12 et un. Tous les blindés tirent au canon dans la même zone, et arrivent à pulvériser le petit groupe qui s'éparpille.

« Je ne comprends pas, on arrive à en tuer 5 en même temps, mais pas le plus grand !? Heu bon... il faut que je me barre ! »

Le seul transport restant est différent des autres. C'est le même modèle de véhicule, mais il est repeint en noir, et n'a plus sa mitrailleuse. Mais Reza s'en contente. Ce qui compte, c'est qu'il roule suffisamment vite. Il enjambe le cadavre des créatures ailées, s'installe sur le siège conducteur, et démarre plein gaz.

« Je le crois pas. Je suis le seul survivant. Par contre... je... j'arrive plus trop à respirer... je... ah ouais... 'me suis pris des... balles dans la poitrine... misère... »

Reza parcourt plusieurs centaines de kilomètres, mais finit par s'évanouir. Il est dans un grave état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 10 Mai - 12:10


-II-




Un détachement de reconnaissance est envoyé, et remarque le camion seul, perdu dans l'immensité désertique. Reza est encore vivant, et est vite ramené à Capella. Même les méthodes de soins actuelles (de la fin du 21e siècle) ne permettent pas de le guérir. Il a un poumon perforé, des lésions à la colonne vertébrale, une hémorragie aux jambes et une partie de sa peau a été brûlée par la salive acide de l'autre monstre. Au bloc médical, il agonise, il se plaint doucement, au milieu des bips des appareils de soin et de la chambre blanche immaculée.

« Pfff... je vais crever... et j'aurai rien fait dans ma vie. Même pas de promotion. En plus, j'ai désobéi à un ordre, échoué une mission et fait perdre toute une compagnie blindée.»

Dès qu'on l'a retrouvé dans le camion, il ne lui restait que deux ou trois jours, s'il était vite ramené en ville. Désormais, il ne lui restait que quelques heures.
Le soir, alors qu'il est en train de dormir, on toque à la porte. Etant donné sa douleur insoutenable à la poitrine, il ne fait que somnoler lorsqu'il essaie de récupérer. Il voit une silhouette floue, qui devient nette petit à petit, un personnage familier.

« Sergei ? Oh non...

-Non ? Vous n'êtes pas heureux de me voir ?

-Vous allez me descendre. Vu ce que j'ai fait...

-Ah, c'est vrai.

-Qu'est-ce que je vais recevoir ?

-Non, je disais, c'est vrai que vous n'avez pas été informé.

-De...?

-Laissez-moi vous raconter une histoire. »

Il s'assit sur la chaise à côté du lit, et fixe en souriant l'homme allongé. Il lui tient la main comme à un enfant et lui parle avec un ton assorti.

« C'est un bonhomme, un jeune soldat, qui a déjà de l'expérience dans l'armée. Il a fait ses preuves pendant la guerre Européenne. Sur une nouvelle planète, on lui affecte une nouvelle mission. La première de sa nouvelle vie. Mais, ce petit chenapan désobéit. Confiant, il échoue la mission qu'il a prévue, et en plus, fait perdre toute une compagnie à son chef.

-Merci, mais cette histoire je la connais. Et je n'aime pas trop la fin.

-Laissez-moi finir, reprend-il avec un ton sérieux. C'est le seul survivant. Déjà, il faut noter son courage, et sa détermination qui lui a valu sa salvation. Mais en plus, il nous a rapporté le secret d'une ampleur extraordinaire.

-J'en ai pas souvenir.

-Vous l'avez peut-être fait par inadvertance, mais dans le transport, vous avez rapporté un cadavre de ces bestioles qui ont rasé Odelgrad.

-Ah. Odelgrad est rasé. Bon. Et le cadavre, vous allez en faire quoi ?

-Nous avons trouvé plusieurs utilités, et surtout, votre guérison. Suivez-moi.

-C'est loin, parce que je ne suis pas trop en état...

-Au Département Scientifique. Dès que vous y serez et qu'on vous aura tout raconté, on pourra vous soigner. »

Reza, en robe bleu ciel, s'appuie sur l'épaule de Sergei. Tous deux marchent jusqu'aux laboratoires, à quelques dizaines de mètres de l'hôpital, faisant lui-même partie du Département Scientifique. Ils traversent la tour vitrée et rejoignent une femme aux longs cheveux rouges, à côté de la fontaine. En s'approchant, on peut voir ses yeux dorés et son visage impeccable. Elle arrive au niveau du nez de Reza. Comme tout le monde dans le bâtiment, elle porte une blouse blanche, également tâchée de sang. A la vue de Reza, elle sourit

« Quoi, vous voulez m'arranger un coup ? Demande Reza.

-Ne dites pas d'idioties ! Rétorque Sergei. Voici la plus grande chercheuse de tout Capella. Elle va vous expliquer.

-Bonjour, enchantée... M…

-Excusez-moi, mais si nous pouvions passer les présentations, mieux vaut faire vite, coupe Reza.

-Soit... vous et moi, et surtout tous les combattants, avons pu remarquer une certaine particularité unique chez ces choses. Elles crachent diverses substances. Communément appelées feu, électricité, glace, etc... En étudiant le cadavre, on a pu déterminer comment elles font, nous pouvons dès à présent nous en servir. Premièrement en arme sur les véhicules, dont les prototypes sont d'une puissance phénoménale. Alors je n'imagine même pas les versions finales. Mais aussi, nous pouvons l'appliquer à l'homme. La biogénétique avancée nous permet d'implanter le même organe que ces créatures, ou plutôt une version mécanique. C'est également à ses débuts, mais c'est plutôt efficace. Nous avons noté une grande amélioration de la résistance des tissus, et une croissance de la survie dans des conditions critiques, comme un faible niveau de sang, la chaleur ou le froid extrême... La créature que vous avez capturée est encore vivante, alors qu'on a trouvé d'innombrables éclats d'obus dans sa chair. Mais aussi une régénération cellulaire très rapide. Et c'est ce qu'il vous faudrait. Car ce sont absolument TOUTES les cellules qui se régénèrent.

-Ah, ben si ça peut me guérir, c'est cool.

-Oui, c'est vraiment extraordinaire. Cette planète m'impressionne de jour en jour. Je passe mon temps à étudier ces créatures, et...

-Oui ma petite dame, c'est très intéressant, mais... si on me guérissait ?

-Bien sûr. Suivez-nous. »

Reza se précipite et monte l'escalier avec difficulté. Il boîte jusqu'à la salle et entre. La chercheuse s'écarte pour parler à Sergei.

« Quel personnage désagréable ! Dit-elle.

-Tu ne dois pas lui en vouloir. Il a subi un grand choc psychologique et physique. Quand il sera guéri il redeviendra normal.

-Et bien, je te crois. Comme d'habitude !

-Et devine qui j'ai nommé comme chef de bord du futur véhicule Éthéré !

-Non... ne me dis pas que tu l'as choisi !

-C'est pour le récompenser ! Tu verras, avec ses années d'expérience, il sera impeccable.

-Je te fais confiance. Alors ne me déçois pas ! »

Le laboratoire n'est pas vitré, aucune fenêtre, pour conserver les secrets à l'intérieur. Les murs et le sol sont couverts de grands carreaux blancs, le plafond de plaques métalliques et derrière, des câbles électriques. Il est éclairé par huit tubes lumineux, regroupés par deux. L'un d'eux est défectueux et clignote sans cesse en bourdonnant. Des armoires en fer sont disposées un peu partout, contenant le matériel nécessaire aux opérations. Reza entre dans une cuve cylindrique et transparente, inclinée vers l'arrière. A son sommet, des tuyaux permettent d'injecter un liquide vert et lumineux, créant un milieu stérile et anesthésiant. Les opérateurs peuvent ensuite agir via des bras mécaniques d'une précision nanométrique.

L'opération dure environ trois heures. La cuve se vide alors, et Reza se réveille, jusqu'alors figé. Son corps est froid et humide. On le rhabille.

« Hé ! Ça a l'air de marcher ! Je peux respirer normalement et mes jambes ne me font plus mal quand je marche !

-Oui, c'était le but, répond la chercheuse. Mais nous devons vous faire passer des tests, pour voir jusqu'où vont vos capacités.

-Et au fait, excusez-moi pour tout à l'heure. J'avais atrocement mal, j'étais sur le point de crever, donc discuter, c'était pas la chose que j'avais le plus envie de faire.

-Ce n'est rien.»

Reza effectue des exercices physiques. Son endurance et sa force ont également augmenté, ainsi que sa vitesse de course, le tout sans développement musculaire supplémentaire.

« Tenez, prenez ce katana dit Sergei. Vous allez vous entraîner à le combiner à l'Ether.

-Merci. Mais... une arme de corps à corps... alors qu'on a des armes à feu
surpuissantes... je ne comprends pas. De toute façon, j'ai eu une mauvaise expérience avec les fusils. Les balles qui ont ricoché et... Mais... dites, vous savez pourquoi !? Et pourquoi c'est aussi résistant ces bestioles ? Encaisser autant d'énergie sans broncher... Et ! D'autres qu'on a terrassés avec un simple obus ! Rah ! Je ne m'y retrouve plus !

-Pendant votre hospitalisation, il s'en est passé des choses, reprend la chercheuse. Vous vous doutez que l'on perd continuellement des sites d'extraction. Pas tous, mais une grande partie, les nettoyages réussis nous permettent de ramener en toute tranquillité des corps pour les examiner. On a pu trouver un remède à votre problème et un nouveau système d'armement. Mais aussi la réponse à votre question, au niveau des résistances. Vous avez un moment ?

-Tout dépend s'il y a une mission à remplir...

-Sergei m'a dit que non.

-Vous supportez de vous faire battre par une femme ? Dans le sens, qu'elle remporte une victoire sur vous ?

-Vous voulez qu'on se mette sur la tronche ?

-Non… vous n'avez pas saisi. Répondez simplement.

-Qu'est-ce que vous croyez ? Bien sûr que non !

-Je m'en doutais ! Vous allez être ravi.

-Je… je le sens mal.

-Oh… inutile de s'inquiéter. Ce genre de créature, sur cette planète, il y a des mâles, et des femelles.

-Laissez-moi deviner.

-Vous avez été interrompus par une femelle lors de votre mission. Enfin, lorsque vous avez désobéi. Nous avons pu vous contempler grâce aux satellites et récolter de précieuses informations.
Elles mesurent jusqu'à 8 mètres de haut à quatre pattes et leur poids peut aller jusqu'à quatre tonnes. La vôtre est a tendance à se servir de son poids pour écraser nos blindés, ou vos jambes...

-La mienne ?

-Celle que vous avez vu, naturellement. D'autres nettoyages ratés ont permis d'observer leur façon de se battre qui est, il faut le dire malheureusement, très efficace. Elles peuvent se déplacer jusqu'à 400 km/h au sol, et peuvent rattraper sans aucun problème nos compagnies blindées. Dans les airs, on passe carrément à du Mach 6 ou 7, alors pour les semer...côté attaques, elles ont le choix. D'abord elles peuvent utiliser l'Ether, et le modifier en d'innombrables possibilités. Ça correspond à peu près à du feu, de la glace, de l'électricité, de l'eau et toutes ces choses qu'on peut lire dans les histoires fantastiques. D'ailleurs, nous avons trouvé ce qui brouillait les images satellites. Ce sont les flux électroniques de votre bestiole. Ça perturbait les systèmes et ce, même à très haute altitude. Ça veut dire qu'elle se trouvait sur les sites 7 et 12.

-Bah, ça pouvait en être d'autres.

-Non, on en a aussi vu cracher des éclairs, mais aucun ne perturbait à ce point les satellites. Je continue : ensuite, elles se servent principalement de leurs griffes, comme tous les autres animaux qui en possèdent bien sûr. Mais les leurs sont d'un tranchant incroyable. Les blindages basique en acier n'y résistent pas. Heureusement, nous utilisons du Terralium qui encaisse mieux, c'est 30 fois plus solide. Elles utilisent aussi leur lame caudale, quand elles en possèdent une. Ça a sensiblement le même effet, sauf que la portée et la zone d'effet est plus grande, vu que leur queue est plus longue que leurs pattes avant. Elles ont aussi des cornes, mais elles s'en servent moins. Leur grande taille leur offre une bouche assez grande pour avaler d'un seul coup un homme, comme vous avez pu le constater pour votre ami Anton. Côté résistance, leur corps est capable d'absorber de grandes quantités d'énergie, qu'elle soit cinétique ou thermique. En clair, balles normales, balles GAUSS, obus, roquettes... inefficaces. Dans les airs, elles peuvent se déplacer en moyenne à 5.000 km/h. Il y a quelques exceptions, comme votre dragonne, qui elle, peut atteindre des vitesses de vol de l'ordre de Mach 20 ! On en a repéré une, plus petite, capable d'atteindre Mach 35…

-Il y a bien un moyen de les tuer ! Non ?

-Je ne sais pas, mais il y a peut-être une piste : leur moral. On a eu moins de pertes sur les expéditions où elles ont vu leurs rejetons crever ou les œufs exploser sous leurs yeux. Peut-être que si on s'acharne assez, on peut les vaincre.

-Et ça a un nom ces bestioles ? Parce que toujours répéter créature ou bestiole...

-On n'a pas pris le temps de les nommer. Mais bon, à voir leur apparence, on appellera çà « dragon ». Ça nous suffit. Ce qui compte, c'est qu'on sache de quoi on parle quand on dira qu'il faut les éliminer.

-Je me suis dit que si les fusils et les canons sont inefficaces, alors les épées seraient peut-être une solution. Il n'y a qu'à tester. Dit Sergei.

-Mais alors, celui que j'ai capturé...?

-Un mâle.»

Après ce long discours, Reza exécute son entraînement. Il est désormais capable de faire apparaître son katana et de le charger en énergie pour effectuer des frappes plus puissantes. Mais cela se limite à ça.

« Hé bien, nous avons fait des progrès depuis la dernière expérience. Nous progressons !

-Mais, je me suis dit, continue Sergei, pourquoi se fatiguer à modifier des gens, alors qu'on pourrait se servir directement de ces dragons, bien plus fiables et plus efficaces ?

-Pas en termes d'allégeance.

-Si au 21e siècle, la télévision a su contrôler les esprits, alors avec nos technologies actuelles, on peut sûrement faire beaucoup mieux !

-C'est vrai. Mais ça n'empêche pas de poursuivre les deux projets en parallèle. Je vais commencer les préparatifs pour m'occuper du dragon que Reza a capturé. »

Le dragon git sur une table d'opération grise et froide. Il est vert clair, avec de petites rayures plus foncées sur la nuque. Ses yeux bleu foncé sont quand même ouverts, chacun pointant dans une direction différente. A la vue de sa petite taille, il semble jeune. Ses ailes sont petites et ne lui permettent pas encore de voler. Il est couvert de plaies dues aux éclats qu'il s'est pris.

« Encéphalogramme… OK.
Activité cardiaque… OK.
Respiration… lente, mais elle revient progressivement à un rythme normal.

-Testons ses capacités motrices. Faites-le se lever.

-Il tient à quatre pattes, c'est bon signe.

-Maître Richter, vous tombez bien ! Le sujet se réveille. Pour l'instant, il ne présente aucune anomalie. »

C'est une grande chercheuse. Mais pas la plus grande. Richter est le Maître du Département Scientifique, le doyen. Connu pour ses nombreuses théories qui se sont révélées vraies, et son travail acharné sur l'Ether qui lui a valu une grande renommée et la possibilité de créer de nouvelles armes, toutes signées par ce même homme. Elle est sous ses ordres, avec deux autres apprentis. Et ce n'est pas une partie de plaisir pour elle.

Richter est un homme grincheux et très strict. Il ne tolère aucune erreur et peut facilement s'énerver. A peine la quarantaine, il parait vingt ans de plus, complètement chauve, seule une barbiche grise de 5 centimètres a subsisté. Il plisse en permanence ses yeux marrons, sauf quand il se réjouit de ses propres résultats, où l'enthousiasme réapparait et ses yeux s'ouvrent entièrement avec en prime un rare petit sourire sincère. Son front est également plissé. Il se tient courbé vers l'avant la tête à la même hauteur que les épaules. Quand il se déplace, il croise ses bras dans son dos. S'il parle, la plupart du temps pour faire une réflexion désagréable, il sourit sarcastiquement en ne manquant pas de rappeler sa supériorité dans de nombreux domaines. Il se permet de ne pas mettre de blouse, il se promène avec un long manteau noir à haut col et une chemise rouge, avec un pantalon et des chaussures également noires. Cependant, il est craint. Sous ses apparences faiblardes, il cache une grande force physique. Tout comme la chercheuse, il est ami avec Sergei. En général, en dehors du travail, il a quelques moments de sympathie.

Il arrive tout juste dans la salle d'opération et ne s'est pas empêché d'inspecter le travail fourni.

« Très bon travail mes chers apprentis, répond Richter. Mais mon garçon, tu as utilisé trop de matériel alors qu'il existait une alternative bien plus courte. Tu ne fais plus partie de notre équipe. Désolé.
Bien, testons ses capacités de combat.

-Et s'il nous attaque ?

-Ne vous en faites pas. Et puis s'il ne s'est pas énervé dès son réveil, aucune raison pour qu'il le fasse après.»

La première expérience de contrôle d'un dragon de toute l'histoire de Capella. L'objectif est de savoir si un dragon est plus pratique et/ou plus économique que de modifier un homme.

« Maître Richter, comment allez-vous appeler ce sujet ? Demande l'apprenti restant.

-Comment voulez-vous que je le sache ? Ce n'est pas mon gosse ! Je lui ai donné un
numéro, tout simplement. Il est le n°00001. Ou numéro un, pour faciliter les choses.

-Cela veut dire que vous allez faire d'autres tests ?

-Bien entendu. Le numéro un semble être une réussite. Pourquoi s'arrêter là ? Une armée entière de ces créatures, c'est ce dont mon ami Sergei rêve. De plus, il appuie notre projet. Que demander de plus ?

-Maintenant que nous connaissons la marche à suivre, répéter l'expérience ne devrait pas être trop difficile.

-Mais au fait, comment se débrouille-t-il au combat ?

-C'est plutôt concluant. Il faudra voir s'il peut affronter ses proches, et surtout, ces saletés de femelles.

-Et s'il n'y arrive pas ?

-Il y arrivera.

-Comment pouvez-vous en être si sûr ?

-Je suis le plus grand scientifique de cette planète, je ne me trompe jamais. Et si cette totale improbabilité devait arriver, cela retomberait sur vous !

-Excusez-moi, Maître.»

Deux jours passent, Richter est très satisfait de son résultat. Il rejoint de nouveau ses disciples dans le laboratoire. Mais tout ne se passe pas comme prévu. La chercheuse l'a remarqué est stresse à l'idée de l'annoncer à son Maître.

« Maître Richter, nous avons aperçu de petites anomalies physiques sur le numéro un, dit la chercheuse.

-De quel genre ?

-Rien de grave pour l'instant, mais il a des épines qui poussent un peu n'importe où sur son dos.

-C'est anormal. Vous avez bien suivi le protocole ?

-Oui Maître !

-Je pense que nous pouvons faire abstraction de ce problème. Il a toujours un comportement normal ?

-Bien entendu, répond-elle. Mais, quand allons-nous tester s'il peut combattre des dragonnes ?

-J'y pensais justement. Il est impossible d'en capturer, le seul moyen de vérifier serait un combat réel, et je ne veux pas prendre le risque de le perdre.

-Vous croyez qu'ils s'entre-tueraient ?

-Pensez-vous. Ils se nourrissent de temps en temps d'autres dragons. »

Trois autres jours passent. La chercheuse fait de nouveau part d'un problème :

« Maître Richter, il y a un autre problème !

-Je commence à avoir des doutes quant à la rigueur que vous avez adoptée pendant l'expérience. Quel est ce problème ?

-Le n°1 a des problèmes de respiration. Il recrache de grandes quantités d'Ether non transformé.

-Je vois. Et je vois d'où viennent tous ces problèmes. J'ai été apprenti avant vous après tout. Vous avez libéré le sujet de la cuve un jour trop tôt. Et maintenant il a des tas d'anomalies. Et celles qu'on connaît maintenant sont moindre comparées à celles qui vont arriver ! Un mois d'expérimentation gâché par votre faute ! C'est une expérience ratée ! Vous n'êtes que des incapables ! »

Il s'approche de son apprenti, plutôt jeune et de petite taille, et le prend au cou d'une seule main. Il le soulève et commence à l'étrangler. Les yeux du disciple se retournent, il le lâche.

« Mais... vous l'avez tué !? S'exclame la chercheuse.

-Non... il fait une petite sieste. Qu'est-ce que tu crois ? Que je suis un vieux sans défense ? Tu as de la chance d'être amie avec Sergei, car tu y serais passée aussi ! Va me chercher le n°1 ! »

Elle se précipite et ramène au laboratoire le dragon bien mal en point.

« Pose-le sur la table, je m'en occuperai dans quelques heures. »

Il vomit de l'Ether et baigne dedans. Il tousse, ses plaies se mettent à saigner, la membrane de ses ailes se nécrose. Richter est juste sur le point d'ouvrir la porte du laboratoire, lorsque qu'une déflagration se produit, projetant le Maître contre le mur du couloir.

« Non ! Pas possible ! Il ne peut pas échapper à MON contrôle ! »

Il se relève et accourt au milieu de la pièce en feu. Le matériel est complètement détruit, les cuves sont brisées, les documents brûlés. Quelques flaques d'Ether, c'est tout ce qu'il reste du n°1.

« Que s'est-il passé !? Il a littéralement explosé ! C'est un échec total ! Ce... ce doit être l'Ether, qui est rentré dans un état d'instabilité... bon sang... ce n'est pas possible ! Je ne peux PAS échouer ! »

Après cet incident, Sergei force Richter à oublier le projet de contrôle des dragons. De toute façon, si les mâles ne résistent pas aux balles, ils ne résisteraient en aucun cas aux femelles. C'était perdu d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 10 Mai - 12:11


-III-




Quatre mois ont passé. Sergei et Richter, occupés à leurs affaires, ont bien vite oublié cette mésaventure. Mais ce qu'ils n'ont pas oublié, ce sont les dragonnes. Faisant toujours des dégâts, ils ont quand même besoin d'une solution.
Tous deux discutent, ainsi que la chercheuse.

« Ça ne peut pas continuer comme ça. Nous avons perdu huit compagnies blindées, soit 640 véhicules ! On ne peut pas laisser ça continuer ! S'énerve Sergei.

-Je suis bien d'accord, répond Richter. Mais comment ? Je n'ai pas attendu que tu le dises pour m'en rendre compte...

-Sérieusement, comment la nature a pu laisser de telles abominations apparaître ? »

Richter réfléchit un instant, caressant sa barbiche.

« Mais bien sûr ! J'avais trouvé il y a quelques mois !

-Vas-y, dis-nous !

-Leur moral !

-Hé ! Crie la chercheuse. C'est moi qui...

-S'il te plaît, coupe Sergei. Laisse Richter parler. Tu continueras après !

-Et bien leur force s'atténue en même temps que leur moral. Il faudrait le leur saper assez pour qu'elles soient impuissantes !

-Comment s'y prendre ? Parce que pour l'instant, ce sont elles qui nous sapent le moral...

-Bon, ça va sûrement être une bêtise à vos yeux, mais écoutez. Il faut reprendre le projet de contrôler des dragons.

-Ah non ! Pas encore !

-Un instant. Laisse-moi terminer. Déjà, le fait qu'on capture leurs gosses, c'est démoralisant. Mais qu'on les retourne contre elles, ça l'est encore plus !

-Hé ! Il a raison ? Pas vrai ? Pas vrai ? Insiste Sergei, en s'adressant à la chercheuse.

-Ouais. Super idée. Je ne l'aurais jamais imaginée.

-C'est normal, je suis Richter. »

Ce projet délirant reprend. Des opérations sont menées afin de capturer des dragons. Et du moins, les plus jeunes, car plus simples à neutraliser.

« Je dois accorder une faveur à Reza, annonce Sergei. Il ne l'a pas désirée, mais je pense que ça lui plairait. La toute première femelle qu'on a rencontré, et qui l'a mis dans un sale état. Il faut la retrouver et l'exterminer. Nous avons suivi par satellite ses déplacements, mais lorsqu'elle se repose, les endroits sont toujours différents. Nous ne savons pas où elle vit, et donc où sont ses gosses. »

Le premier d'entre eux, qui sera tout de même appelé n°2, est nommé Zero.
Richter sait bien que ses tests ne marchent pas à tous les coups. Alors il répète encore et encore, inlassablement. Toutes les expéditions ne se passent pas forcément comme prévu. Les cibles sont repérées seules, isolées, et lors de l'arrivée, leur mère surgit de nulle part pour les défendre. Ou bien les troupes au sol ont le malheur d'en confondre un avec une jeune dragonne. Et c'est alors que le désastre commence. Mais il y a assez de captures fructueuses pour faire avance à un rythme important les études.

Quatre sujets meurent la première semaine après leur capture. Deux les jours suivants. Sur onze, cinq sont encore vivants. Les dragonnes ne semblent pas démoralisées, mais plus furieuses. Les pertes humaines et matérielles sont plus rapides. Après Odelgrad, Danov est attaqué.

Les sujets survivants ne tiennent plus debout. Ils respirent mal, mais sans plus, contrairement au n°1.
Richter est absorbé par son travail. Lors de la capture de dragons, il restait dans son laboratoire. Il décide donc d'assister à une rafle.
Un transport blindé se dirige à toute vitesse hors de Capella, avec à son bord Richter, la chercheuse et deux apprentis, ainsi que quatre soldats. Arrivés au niveau d'une immense plaine herbeuse, ils aperçoivent un grand dragon en plein vol.

« Maître Richter, commença l'un des soldats, il y en a un là, on le descend ?

-Non, il est trop grand. Et c'est peut-être une femelle.

-Comment vous les reconnaissez ?

-On envoi un soldat se battre tout seul. Si il survit ou pas, ça détermine le hips.»

Puis un autre dragon, plus petit, se rapproche du premier. Rose terne, bleu ciel au cou, au ventre et à la queue. Ses ailes sont également bleues.

« Celui-là ferait l'affaire, par contre, dit Richter »

Mais le petit dragon commence à attaquer l'autre et réussit à l'achever après quelques acrobaties aériennes. Le plus grand tombe à terre et s'écrase à proximité du transport qui était à l'arrêt.

« Qu'est-ce que !? S'étonne un soldat Je n'ai jamais vu un si petit dragon en tuer un si grand !

-Et bien… hésite Richter. Je crois que c'est une…

-Il se dirige vers nous ! réplique un soldat.

-Chauffeur ! Démarrez immédiatement ! »

Le dragon fonce à toute vitesse vers le véhicule, et en se posant sur l'avant du camion, écrase le moteur. Il transperce le chauffeur avec sa lame caudale, à travers les fenêtres blindées.

« Bon, on descend ! hurle Richter. »

Richter, les deux apprentis et les quatre soldats sont devant le dragon, disposés en arc de cercle. Les soldats pointent leur fusil vers la créature. Le Maître, lui tient un pistolet qu'il dirigeait vers le sol.

« T'es quoi toi ? Un petit dragon qui en tue un grand, pourquoi ça ? demande Richter.

-Ce que je suis ? Je suis Tetrya, une dragonne.

-On est mal tombés ! Chuchote la chercheuse.

-Pourquoi as-tu tué cet autre dragon ?

-C'est ce qu'on pourrait appeler chez vous, de la misanthropie. Envers les dragons. Et des fois, vous.

-Tu as des problèmes ? Si tu veux on peut t'aider à te calmer. Du 200mm ça passe tout seul.

-Je crois que cette conversation tire un peu en longueur, termine Tetrya. »

La dragonne se dirige lentement vers les soldats, qui commencent à tirer. Et se met donc à courir tout en esquivant les projectiles. Aucun d'eux ne la touchent. Elle fait une rapide glissade et se retrouve dans le dos d'un des soldats. Ce dernier se retourne et la regarde, inquiet, dans les yeux. Tetrya lui plante ses griffes bleu pâle dans les yeux, jusqu'à traverser la nuque et le fait tomber. Elle s'envole, préparant un souffle de glace. Richter, exaspéré, sort son pistolet de la poche de son manteau et tire dans la membrane des ailes de la dragonne. Deux tirs touchent leur but, ce qui la déstabilise et la fait chuter. Elle s'écrase sur un autre soldat. Les autres lui tirent dans les pattes pendant qu'elle se relève, la clouant au sol.

« Vous avez des balles, moi je n'ai rien. Ce n'est pas très équitable… dit Tetrya.

-Il ne fallait pas nous défier, répondit Richter, et en plus on t'aura.

-Ça, je n'en suis pas si sûre… »

La dragonne se téléporte derrière les deux soldats restant qui étaient côte-à-côte. Elle les transperce tous les deux avec ses cornes et les envoie se cogner contre le transport.

« Vous, les deux minables, vous pouvez vous enfuir comme des lâches. J'ai quelque chose à faire avec ce type, dit Tetrya.

-Hé, ce sont mes apprentis ! Revenez ! Quelle bande de mauviettes !

-Bien. Dis-moi pourquoi vous me voulez.

-Ha ! Tu crois que la mort m'intimide ? T'as sérieusement cru que j'allais te le dire ? On fait une guerre, c'est tout.

-Je suis en guerre également. Mais pas spécialement contre vous.

-Tu ne te sens pas trop seule ?

-Ne t'inquiète pas, je pense à tous ceux que j'ai tués. Et la solitude se dissipe. Ça doit faire quoi… quelques centaines de types comme toi.

-Et tu n'as pas réussi à éliminer de dragon ? Pitoyable.

-Je suis encore trop jeune pour affronter ce genre d'adversaire. Les plus petits sont protégés par leurs parents, et des adultes, je ne peux pas les battre. Par contre, je ne sais plus comment j'ai fait, mais...»

Pendant que Tetrya est en train de parler, Richter tire entre les deux yeux de la dragonne. Cette dernière redresse la tête, reste immobile une dizaine de secondes, puis s'effondre sur le côté.

« Bon, comment je vais la ramener, et moi, rentrer à Capella ?

-Heureusement que je suis là pour avoir les bonnes idées. Le moteur du transport est fichu, mais la radio marche toujours... répond la chercheuse. On rappelle le Corbillard de Reza.

-De Reza ?

-On peut bien lui faire cette honneur de l'appeler ainsi, c'est le premier à avoir capturé une de ces bestioles.»

Le transport noir revient récupérer Richter et la chercheuse. Sergei a tenu à venir, pour les féliciter. Le trajet dure plusieurs heures, le silence est oppressant. Richter, assis à côté du conducteur, joint ses mains en les serrant, et pose sont front contre elles. Sergei à l'arrière tapote sur ses jambes. Pour rompre le calme, son amie lui pose une question en chuchotant.

« Tu penses quoi de Richter ? Demanda-t-elle.

-Je le trouve sympa. Pourquoi ?

-Je ne l'aime pas du tout. Je n'arrive pas à croire, ni à savoir comment il a pu devenir Maître. C'est une pourriture. Il a tué un apprenti, et voulait en faire autant pour moi ! Comment peux-tu l'apprécier !?

-Attends, t'as vu ce qu'il a fait !? Il a réussi à tuer une dragonne ! A lui tout seul !

-Il ne l'a pas tuée, et elle est jeune ! Arrête de le considérer comme un dieu, franchement, j'ai quand même fait plus pour toi, que lui...

-S'il te plaît... je le connais depuis plus longtemps que je te connais toi. Alors... ne m'oblige pas à choisir.

-Très bien. Je vois. T'aurais sûrement pas dû perdre tes parents, hein. Tu ne m'aurais pas rencontrée sinon. Tu aurais été tranquille avec Richter. »

Le trajet n'a pas été la chose la plus éprouvante. C'est transporter le corps de Tetrya jusqu'au premier étage. Une dragonne de 91kg pour 8 ans. Une fois de plus, ils répètent les mêmes opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 10 Mai - 12:12


-IV-




« Encéphalogramme… faible intensité.

-En même temps je lui ai tiré une balle dans la tête… dit Richter

-Activité cardiaque… faible.
Respiration… aucune…
J'ai bien peur que vous l'ayez tuée…

-Quand même, elle arrive à tuer des dragons à elle seule, et elle ne résiste pas à une balle !? répondit Richter.

-Ce ne sont pas les mêmes technologies…

-Et bien profitez-en pour lui ajouter la maîtrise des gaz plasmiques et des flux électroniques.

-Exprimez-vous plus simplement, ça ira plus vite. Ce n'est pas parce que vous utilisez des termes compliqués que vous serez plus intelligent.

-Petite...! Oui... tu as raison. A notre gentille amie dragonne, nous allons lui ajouter le feu et l'électricité. Pour qu'elle puisse se chauffer ! C'est assez clair comme ça !?
-Pas la peine d'être désagréable.

-Comment oses-tu me répondre ? Je suis le Maître Richter ! Tu n'es qu'une petite chercheuse sans valeur ! Je peux te remplacer sans perdre de temps si tu continues !

-Vous êtes Maître mais cela ne vous oblige pas à être méchant.

-C'est comme ça !? Très bien. Tu vas jarter d'ici. Disparais. Disparais de ma vue et du Département Scientifique ! Tu n'es plus rien ! J'ai encore deux apprentis que je n'ai pas tués ni renvoyés ! »

Richter serre les dents et une veine est prête à éclater sur son front, le bras levé en direction de la porte. La chercheuse se retire la tête haute, faisant comme s'il ne s'était rien passé.
Deux jours suivent, Richter est impatient de découvrir si son expérience fonctionne.

« Elle reprend un rythme normal, dit un apprenti.

-Bon, réveillez-la.

-On va voir si elle sait toujours parler…

-…m… m… ma… t… tête… murmure Tetrya avec difficulté.

-Ca marche ! Allez lève-toi !

-Numéro quatorze, Tetrya. Je vais la mettre avec les autres sujets, poursuit Richter.

-J'espère que son envie de tuer tout le monde est passée… »

Tetrya suit le Maître en titubant. Elle regarde tout autour d'elle. Elle se trouve dans un endroit totalement inconnu, elle est perdue, inquiète. Les couleurs chaleureuses des roches et du sable on été remplacées par des tons gris glacés. Les dragons inutilisés sont stockés dans une pièce ou se trouvent des containers cryogéniques.

« Voici les autres suj… heu… dragons. Tu as vu comme ils ont heureux ?

-... ils... ils ne bougent pas.

-Ca a l'air de te plaire, l'inaction. Et bien tu vas les rejoindre. »

Elle n'a pas la force de se défendre. Elle continue de marcher de travers jusqu'au container sans réfléchir.

« Ça y est. Je... je fais quoi maintenant ?

-Tu ne bouges plus ! »

Le regard de travers de Tetrya est resté figé. Richter referme l'épaisse porte isotherme de la pièce.
Le lendemain, Richter compte la tester au combat. Tetrya est la première dragonne capturée, il s'en réjouit. Il dispose enfin d'une arme capable de rivaliser avec ses ennemis. Il ne veut en aucun cas la perdre, et répond à la plupart de ses exigences. Mais Tetrya, dans les vapes, se soucie peu de la situation avantageuse qui lui est à disposition.

La porte s'ouvre en griçant de façon très désagréable. Richter est escorté par trois soldats et un apprenti. Décongelée, Tetrya marche de nouveau droit. Mais son cerveau est encore un peu gelé. Ils se dirigent vers le terrain d'entraînement, la dragonne contemplant de tous les côtés les couloirs vides. La salle d'entraînement est un gigantesque hangar de plusieurs centaines de mètres de long. Des caméras sur les murs permettent de suivre le déroulement en toute sécurité. Le sol est couvert de sable, et de nombreux obstacles sont éparpillés : barils, carcasses de véhicules, rocher, blocs en béton, barricades... tout pour reconstituer un environnement réaliste.

« Nous allons tester tes aptitudes au combat, dit Richter.

-Mais maître, elle est complètement endormie, vous n'allez pas la faire combattre !? rétorque l'apprenti.

-Mais si, regardez, elle est heureuse ! Je lui réserve le fameux moucheron...

-Vous n'y pensez pas !?

-Ai-je l'air de plaisanter ?

-Le Ti-85 ! C'est la mort assurée…

-Je suis sûr qu'elle est capable d'en affronter dix en même temps, de les détruire et de s'en sortir sans une seule égratignure.

-Vous allez la tuer, je vous le dis… »

L'entraînement commence. Au début, les cibles sont de petits véhicules autocommandés, blindés, équipés de canons à billes en plomb.

« Ca va peut-être faire mal, mais ça t'endurcira. »

Tetrya est immobile. Elle regarde dans tous les sens, s'assit et se lèche les pattes. Les drones arrivent et lui tirent dans la tête. Aucune réaction de sa part.

« Je suis très déçu par cet entraînement, dit Richter. On dirait qu'elle est bourrée.

-Maître, vous devez arrêter tout ça !

-Nous allons passer à balles réelles. »

Les drones quittent la dragonne qui commence à s'endormir. Ils sont remplacés par des drones munis de mitrailleuses. Ils tirent. Si les balles ne pénètrent pas sa chair, elles lui piquent quand même. C'est alors qu'elle se réveille enfin. Elle se jette sur les drones, les mâche et les met en pièces.

« C'est un peu trop facile pour elle, allez, on va mettre les derniers prototypes.
-Maître, non ! »

Tetrya, victorieuse, se dressa sur ses pattes arrière, déployant ses ailes en crachant du feu. Elle se prend une roquette dans le dos qui la projette par terre. Les derniers prototypes de l'armée ont été envoyés. Ils sont équipés de mitrailleuses GAUSS et de roquettes incendiaires. Elle se prend une balle qui cette fois transperce sa cuisse. Elle se met à courir pour esquiver les autres. Trois drones la poursuivent inlassablement.
Ils cessent le feu afin d'éviter la surchauffe de leurs armes. La dragonne en profite pour se jeter sur l'un d'entre eux et d'en écraser un avec ses pattes avant. Elle en détruit un autre avec sa lame caudale, puis se débarrasse le reste en projetant des éclairs.

Il en reste deux, qui la prennent à revers en contournant les ruines d'une maison. Elle se dirige vers eux, en saisit un avec la bouche, le broie et le balance violemment contre le dernier qui se renverse. Elle l'achève avec un rayon électrique.

« Impressionnant ! Passons maintenant à l'épreuve finale. »

Le toit du hangar s'ouvre. Il fait nuit, le ciel est noir. Des flammes commencent à apparaître, s'échappant des réacteurs puis descend un énorme appareil volant, traversant la fumée des drones détruits. Le Ti-89. C'est un ADAV (aéronef à décollage et atterrissage vertical) lourdement armé et blindé. A l'avant, un autocanon de 40mm d'une cadence de 120 coups/min. Quatre mitrailleuses de 10mm, deux de chaque côté. Sous ses quatre ailes, dix pods de roquettes, pour un total de 178 projectiles. Sur le haut, un énorme canon GAUSS de 250mm.

Le sable est soulevé sous la poussée des réacteurs. L'appareil allume son projecteur aveuglant, et balaye devant lui. Il entame tout de suite le combat en tirant avec le canon de 250mm. Le projectile explose en formant un gros cratère dans le sol métallique. Tetrya a esquivé le tir, mais l'onde de choc la fait tomber. Le Ti-85 tire une salve d'une quarantaine de roquettes à une cadence affolante. Tetrya arrive à les esquiver, mais l'une d'elle explose à côté de la dragonne. Leur charge est à la fois explosive et incendiaire. La déflagration brûle une petite partie de la membrane de son aile.
Il tire de nouveau avec le canon. Les éclats d'obus transpercent la chair de Tetrya au niveau des pattes arrière. Elle s'étend sur le sol, n'arrivant pas à se relever. Le projecteur pointe droit sur la dragonne qui plisse les yeux.

« Bon vous avez raison, on va arrêter. Il ne faudrait pas qu'elle meurt. Pilote, cessez le feu.»

Mais le pilote ne répond pas et reste sur place. De plus, Tetrya rampe jusqu'à l'appareil, elle est obstinée et n'accepte pas la défaite. Assez proche, elle s'appuie sur ses genoux, lève son postérieur et tente de toucher sa cible avec sa lame caudale. En vain. L'aéronef tire avec ses mitrailleuses, frappant le dos de Tetrya, la clouant au sol.
Elle s'arrête de respirer, se lève sur ses pattes arrière en s'étant propulsées avec celles avant, puis donne un coup de griffes qui détruit les mitrailleuses de gauche.
Richter entre sur le terrain en courant. Il se baisse et protège sa tête avec ses bras. Il se dirige vers Tetrya, lui saisit une corne et la tire vers la sortie. Mais elle lui donne un coup de patte arrière qui l'expulse brutalement contre un baril, et se précipite sur le haut de l'appareil en s'envolant. Elle fait un salto avant, tend ses bras en les joignant, et explose la vitre du cockpit avec ses griffes, tuant au passage le pilote en l'ayant eviscéré.

Privé de conducteur, le Ti-85 tombe de quelques mètres de hauteur. Lorsqu'il s'écrase, il lève un vent de sable. Tetrya est assise à côté et contemple sa victoire à travers le souffle. Elle se relève et se dirige vers la sortie sous le regard impressionné de Richter. Mais elle n'a pas tué le tireur, qui la vise avec l'autocanon. Le voyant du coin de l'oeil, encore à un mètre de la carcasse, elle tend sa queue et transperce la tête du tireur avec sa lame caudale. Elle la retire, et l'homme se laisse tomber hors de la cabine.

« Stupéfiant ! Tu es la seule à avoir battu cet ADAV ! Se réjouit Richter.

-Ah. Et qu'est-il arrivé aux autres ? demande Tetrya

-Heu… ils ont juste été blessés, mais ils sont toujours vivants maintenant ! Tu as
réussi, tu as droit à une faveur.

-Changez le traitement qu'on subit, parce que ne vivre qu'une heure par jour, c'est gonflant.

-Bon, je verrai. »

Richter n'a strictement rien changé. Seulement, il laisse Tetrya se balader librement entre 10h et 18h. Elle n'a cependant pas le droit de changer d'étage. Le combat est désormais la raison de vivre de Tetrya, même si sa haine envers les dragons est passée. Mais pour varier les adversaires, elle propose des duels aux autres dragons pendant qu'ils sont accompagnés à la salle d'entraînement. Mais personne n'accepte.

« Hé, Viktor, un petit combat, ça te dit ? demande Tetrya

-Pour la dernière fois, non !

-Oh allez, s'il te plaît ! »

Tetrya lui griffe la joue.

« Bon, ça suffit, j'en ai marre, ça fait plus d'une semaine que tu nous fais du mal, à moi et aux autres, on en a largement marre ! Dès qu'on sort des containers, tu nous tombes dessus ! Qu'est-ce que tu ne comprends pas dans « Non » ?

-A qui tu vas te plaindre ? A tes parents ? Ah ah ! »

Elle lui griffe de nouveau le visage.

« Nan ! A Richter, et j'y vais de ce pas !

-Pfeuh… t'as pas vu qu'il exécutait tout ce que je voulais ? Il me craint.»

Viktor est un jeune dragon violet très foncé. Il a six petites cornes bleu sombre. Ses yeux sont de la même couleur. Richter arrive justement pour le conduire dans son laboratoire,

«J'aimerais vous parler, commence Viktor.

-Désolé, mais je n'ai pas le temps.

-C'est à propos de Tetrya.

-Ah, dans ce cas !

-Elle n'arrête pas de nous faire du mal.

-Oh, c'est triste…

-Pourquoi vous ne prenez pas ça au sérieux ?

-Parce que Tetrya est notre meilleur élément. Et il ne faut pas la contrarier, vu que c'est...»

Tetrya est en train d'ennuyer Markus, un autre dragon qu'elle vient de décongeler, quand Richter et Viktor la regardent de nouveau.

« Alors Tetrya, il paraît que tu maltraites les autres ? Demande Richter.

-Je les taquine juste un peu, répond Tetrya.

-Tu parles, elle fait que de me griffer, dit Viktor.

-Il faudrait que tu te calmes, Tetrya.

-Oh, il a le même âge que moi, il peut très bien se défendre tout seul ! Mais non, il est mou, regardez ! »

Tetrya le griffe encore une fois.

« Tetrya, ça suffit, tu es plus forte que les autres, on t'a ajouté la maîtrise du Feu et de la Foudre, tu es notre expérience la plus prometteuse ! crie Richter

-Expérience ? demanda Tetrya.

-Heu… (merde…)

-Alors je ne suis qu'une expérience ?

-Mais… non ! Enfin…

-Je ne suis qu'un cobaye, servant à vos tests complètement fous. Je ne suis qu'une arme pour vous ? Un outil pour la guerre et la conquête ?

-Ah ah ! Rit Viktor

-Viktor, t'es idiot ? T'es aussi une expérience, crétin !

-Quoi ? »

Richter s'énèrve. Il met sa tête dans ses mains et les crispe. En la relevant, il souffle un bon coup.

« Très bien. Tetrya, tu vas tout oublier. Et un peu de torture te calmera. Soldats !

-Ha ! La torture, c'est votre solution à tout... fait Tetrya

-Pas d'inquiétude... on n'utilise plus d'outils. Juste des substances chimiques très douloureuses, avec des effets plus ou moins désagréables... Quant à toi Viktor, suis-moi, tu n'as rien entendu.

-Je te jure que tu vas le payer, Viktor ! hurle Tetrya. »

Deux soldats arrivent, et mettent une chaîne autour du cou de la dragonne. Mais cette dernière mord l'un d'eux.

« Elle m'a mordu !
-Sans rire ? Je n'avais pas remarqué, et encore moins pris en compte cette éventualité. Mais muselez-la ! répond Richter »

Tetrya ne compte pas se laisser faire. Elle plante sa lame caudale dans la jambe du même soldat.

« Ah, oui, des fois que vous ne l'auriez pas remarqué, chaque partie de son corps est une arme mortelle, alors faites attention… dit Richter, en se moquant. »

Ensuite, elle donne un coup de tête qui envoie un des hommes se cogner contre le mur. Richter hurle de rage. Il s'avance vers elle d'un pas décidé elle l'attrape au cou alors qu'elle est de dos. Il serre de toutes ses forces, et après un instant à s'être débattue, elle s'évanouit. Il l'amène de sa propre personne dans la salle d'opérations.

Viktor subit une séance de lavage de cerveau, à coups de décharges électriques, afin d'oublier ce qu'il avait entendu. Quant à Tetrya, elle se trouve ailleurs. Les murs et le sol sont identiques aux autres pièces, mais ici sont entreposés des produits toxiques. Elle est attachée à une table épaisse, tous ses membres y compris la queue sont bloqués pour l'empêcher de se défendre et de s'échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 10 Mai - 12:13


-V-




« Allez... qu'est-ce qu'il va m'arriver ? Encore ces crétins qui vont me faire du mal... »
La porte de la salle s'ouvre. Une chevelure cramoisie apparaît en premier, puis le reste du corps. La chercheuse entre, dos à Tetrya, et referme soigneusement la porte. Elle s'approche de la dragonne, et la regarde dans les yeux. Elle baisse la tête.

« Alors, c'est toi qui dois t'occuper de moi ? On t'a laissé faire les sales besognes à leur place ?

-Non... ce n'est pas ça. Je ne suis pas là pour ça. J'ai été renvoyée de ce bâtiment.

-Alors, t'es venue te moquer de moi ? Me narguer ?

-Oh non. J'ai perdu mon travail que j'adorais. J'ai perdu mon meilleur ami, que j'aimais plus que tout. Il m'a abandonné au profit d'un idiot sans cœur. Richter.

-Ah... ce Richter... quel enfoiré ! L'enfer que je subis, c'est de sa faute ! Il est sur le point de réussir son plan, contre mon gré ! Je le déteste ! Enfin... qu'est-ce que tu fais là ? Tu sais bien que j'ai envie de tuer tout ce que je vois...

-J'ai la solution à ton problème. Vu que je n'ai plus rien à perdre, je vais faire échouer le projet de Richter. Je vais te libérer, et te laisser t'échapper. Il sera à la fois anéanti et enragé en découvrant ta disparition. »

Elle détache la dragonne, qui se laisse tomber par terre. En se relevant, elle demande à la chercheuse :

« Et bien, merci. Je suis en train de réfréner l'envie de te tuer. C'est dur. Mais vu que tu m'as... libérée... qu'est-ce que je peux faire pour... te remercier ? Ah... ça fait mal de dire ça...

-Tue-moi.

-Hein ? Tu dis ça pour me faire plaisir !?

-Non. Sergei m'aimait bien quand même. Mais je veux qu'il se rendre compte de son erreur de m'avoir délaissée, et mourir est la seule façon.

-C'est idiot. Tu veux prouver ta valeur en mourant ? C'est bien. Si il n'a plus de considération pour toi, tu auras fait ça pour rien. Dans le cas contraire...

-Je sais. Mais je suis déterminée.

-Si t'as été virée d'ici, le fait que tu reviennes va être suspect.

-Je leur ai dit que je venais chercher mes affaires. Mais il faut que tu me tues dans le couloir.

-Si c'est ce que tu veux, alors soit... »

La chercheuse verse des larmes. Elle regarde Tetrya qui a l'air inquiète. Elle attend que la dragonne l'achève. Elle lui caresse la tête.

« Merci. »

Tetrya plante rapidement ses cornes dans son ventre. Etrangement, elle essaie de lui faire subir le moins de souffrances possible. La chercheuse perd énormément de sang. La dragonne se lève lentement sur ses pattes arrière, et lacère le visage de la femme avec ses griffes, avant de lui entailler la gorge.

« Et merde... j'aurais dû le faire dès le début... mais j'ai pas pu m'en empêcher... ha ! »

Les yeux de la chercheuse se dirigent vers le ciel. Du sang se déverse de sa bouche et de son ventre. Elle tombe en arrière, et git sur le dos.

« Bon, il me reste une chose à faire : rendre une petite visite à Viktor… »

Elle traverse les couloirs à pleine vitesse. Elle trouva Viktor sortant juste de son caisson.

« Non, c'est pas vrai ! Commence Viktor.

-J'ai le chic pour te trouver pile à l'heure. Une promesse est une promesse, dit Tetrya en souriant.

-Je t'en supplie, ne me tue pas, comprends-moi, je n'aime pas la violence.

-Tu avais l'occasion de te renforcer et d'apprendre à te battre quand je te le proposais, mais tu as laissé passer ta chance. Tu n'en n'auras pas d'autre.

-D'accord, j'accepte, UN seul combat ! Mais alors tu me laisses tranquille après !

-Je te prends au mot ! répond Tetrya. Tu n'auras qu'un seul combat, ton dernier. Et tu seras tranquille, quand je t'aurai tué.

-Hein ? »

Tetrya charge les cornes en avant, mais Viktor esquive en sautant sur le côté, et se cogne contre la porte.

« Je ne veux pas me battre ! crie Viktor

-Même pour une situation où ta vie est en jeu, tu continues à faire ton pleurnichard ! Meurs dans la dignité ! Essaie de te battre ! »

Elle s'approche rapidement de Viktor, et lui griffe la poitrine et la patte avant droite.

« Ah ! Ca fait mal ! S'il te plaît, arrête !

-Allez, un peu de glace pour atténuer la douleur ? »

Tetrya envoie un souffle glacial sur Viktor. Il a la patte avant gauche gelée et une partie de la patte arrière droite.

Puis elle crache feu extrêmement ardent, d'un bleu intense, ce qui brule une partie des ailes du dragon et son dos.

« Aaah ! C'est horrible !

-Pitoyable… secoue-toi un peu ! Peut-être qu'une décharge électrique te réveillera… »

La dragonne plante sa lame caudale dans la gorge de Viktor, dans une gerbe d'électricité. Il tombe contre le sol, achevé.

Tetrya sent une intense énergie l'envahir. Elle se met à trembler pendant un petit moment.

« Je crois que je déteste à nouveau tout le monde… génial ! »

Markus a vu Tetrya tuer Viktor et se cachait derrière la porte de la salle. Du coin de l'œil, Tetrya l'a aperçu. Ses écailles et ses yeux orange ne facilitant pas la discrétion. Il possède deux cornes blanches et trois épines sur la nuque. Il se met à courir loin de la dragonne, mais cette dernière le poursuit. Elle ne met pas beaucoup de temps à le rattraper, et se jette sur lui. Markus ne se débat même pas, et se contente de regarder Tetrya dans les yeux.

« Encore un pacifiste hein ? dit Tetrya

-Pitié… murmure Markus

-Tiens, il est 19 heures, c'est l'heure du repas. Pour t'éviter des souffrances, je mangerai cru.

-Tu rigoles ?

-Est-ce que ceci répond à ta question ? »

Tetrya le mord et lui arrache de la chair au niveau du cou. Elle commence à dévorer Markus, qui hurle de douleur. Mais Blitz, un dragon jaunâtre, passe par là. Terrifié par la scène, il tente de sauver Markus en crachant des éclairs. Tetrya laisse sa victime agoniser et baigner dans le sang, et se dirige nonchalamment vers l'autre dragon.
Elle se téléporte derrière lui, et attend qu'il se retourne. Blitz sent se prendre un coup dans la poitrine qui le fait reculer la tête. Tetrya lui plante ses cornes dans le cœur, et le maintient en l'air. Elle le lance ensuite derrière elle et observe son corps rouler lentement sur le côté.

« Bon, je vais m'en aller d'ici, cet environnement froid et monochrome commence sérieusement à m'énerver.

-Oh la vilaine.

-Hmpf, Zero…

-Tu te souviens de mon nom, c'est bien, dit Zero. »

Zero est un dragon noir, avec les yeux rouges. Ses quatre cornes sont encore plus sombres que ses iris. Son cou et son ventre sont bleu foncé. C'est le plus vieux des dragons retenus, il a deux ans de plus que Tetrya.

« Facile, il te correspond très bien. Surtout pour qualifier tes aptitudes de combat, répond Tetrya.

-Alors viens me chercher.

-Enfin quelqu'un qui n'a pas peur de se battre. Malheureusement, toi aussi tu ne sais pas te défendre. »

Tetrya se dirige vers Zero, les cornes en avant. Zero se téléporte derrière elle en évitant son attaque.
« Je vois... encore un adepte du déplacement instantané, remarque Tetrya. Je sais comment les refroidir. Et c'est le mot juste.

-Je suis plus vieux et plus fort que toi, ma petite fille.

-Petite fille... c'est pour cette raison que je vais te pulvériser !»

Tetrya balaye autour d'elle avec sa lame caudale, mais Zero continue d'esquiver. Elle charge de nouveau, il disparaît encore. Mais elle s'arrête dans sa course, se retourne, et à bout de bras, lui donne un coup de griffes dans le ventre. Elle se rapproche de lui, et lui serre la poitrine entre ses mâchoires.

« T'es pas trop dégoûté de t'être fait battre par une fille ?

-Si. Mais je vais crever, alors j'en ai rien à faire.

-C'est ce que je voulais entendre. »

Elle le transperce et lui arrache le cœur. Elle lève la tête bien haut, arborant ce qu'elle a extrait de sa victime, puis l'avale bruyamment, d'un trait.

« Vengeance terminée. »

Des bruits de pas approchent. Richter et un apprenti arrivent.
Tetrya saute et brise les vitres du mur, et s'envole. Elle monte rapidement en altitude pour éviter les systèmes antiaériens de la ville.

« Je me demande si notre nouveau Président, Sergei, sera à la hauteur. Commence l'apprenti.

-Mais bien sûr, je le connais personnellement. Sa réussite va me permettre d'avancer dans mes projets. En tous cas, grâce à lui, on a un nouveau sujet à expérimenter : le numéro quinze, Aerial. Au fait, je me demande si cette garce a fini de nous importuner ici, et qu'elle a terminé de récupérer ses affaires. »

Ils arrivent au bout du couloir, près de l'escalier menant à l'étage au-dessus. Richter voit alors le cadavre des quatre jeunes dragons, marinant dans l'hémoglobine.

« Qu'est-ce que c'est que ça !? Oh... c'est horrible ! Celui-là a eu le cœur arraché ! S'exclame-t-il.

-Aucun être humain ne peut faire ça ! En plus, regardez, des morsures, des griffures, des brûlures...

-C'est signé, ça ! C'est une de mes expériences qui a déliré ! Vite ! J'espère que ce n'est pas... »

Il gravit à toute vitesse les marches de l'escalier. Il arpente les couloirs jusqu'à la salle où était retenue Tetrya, et constate l'horrible spectacle.

« Bon sang ! Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ! Tetrya s'est échappée !

-Elle a tué un collègue ! »

L'apprenti s'approche du cadavre et se baisse pour dégager les cheveux du visage.

« C'est une femme, elle a complètement été défigurée...

-Mais je la reconnais à sa coiffure ! C'était ma chercheuse !

-Son badge est couvert de sang, on ne voit plus son nom de famille... tout ce que je peux lire c'est... Ma... Marlène. »

Richter regarde avec insistance le corps inanimé de Marlène, fermant les yeux de chagrin. Même s'il la haïssait et qu'il venait de la renvoyait, il avait malgré tout travaillé de nombreuse années avec elle. Il tourne alors son regard vers les vitres brisées.

« Pas possible... Sergei... va être déchiré... Tetrya enfuie... Marlène tuée... malédiction... »

Communication avec le Commandement Central Européen. Sergei tient une conversation avec les deux dirigeants.

« Dites, on a entendu la nouvelle. Sur Antvarmont, ils ont des bestioles similaires à nos dragons dans les histoires. Annonce l'un des commandants.

-Sérieusement !? Ça doit être extra !

-Apparemment, ça n'a pas l'air de l'être. Ils veulent tous les buter.

-Quoi !? A peine sur une nouvelle planète et ils veulent déjà exterminer une espèce...

-Messieurs, interrompt Sergei. C'est sûr que sur Terre, niveau extinction massive d'espèces, vous avez de la matière. Alors je vous en prie, ne donnez pas de leçons.

-Pour en revenir au sujet, comment est la situation ?

-A vous de juger. Maintenant, quand on dit Shilbur ou Rodenmessa, on ne peut que répondre que ce sont des points sur une carte. Vu qu'en vrai, à ces emplacements, il n'y a rien. Enfin, il n'y plus rien. Des ruines. Hier à peine, ça fait la neuvième compagnie blindée de perdue. On avait une solution, mais elle s'est barrée. Mais j'oubliais, les armes Ethérées sont un véritable phénomène. Bon, on a perdu le premier véhicule qui en était équipé, et qui nous a coûté 350 milliards d'euros. Mais le deuxième, qui a coûté le triple, vient d'abattre la première dragonne ! Seulement, je n'ose pas imaginer si elles attaquent toutes en même temps. Ça sera la fin.

-Hé, nous on ne peut rien faire. Enfin si, mais bon, vous envoyer du renfort, il faudrait reconstruire un vaisseau plus le temps du voyage. Vous serez mort une bonne centaine de fois avant qu'on soit arrivé.

-C'est encourageant.

-Bon, ce que je voulais dire, c'est qu'on est impuissants. Heureusement, ce genre de truc n'est pas prêt de débarquer sur Terre ! Traverser l'espace et les distances...

-Dites, vous connaissez la téléportation ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 10 Mai - 12:14


-VI-




Six ans se sont écoulés.
Shimmy s'est battue jusqu'à la mort contre Sergei, et a tout de même eu raison de lui avant de tomber. Aerial lui aussi a été blessé, mais de façon moindre. Reza quant à lui est seulement évanoui.

Lors de son réveil, il scrute les environs autour de lui. Le ciel est rouge orangé, le sol est désertique, sans relief. Il fait encore 35°C et l'air est sec. Une petite brise rafraîchissante souffle dans les cheveux de Reza. Il nettoie avec ses mains son visage pour enlever le sable collé. Il se précipite vers les deux dragons à terre. La technologie n'est pas assez avancée pour guérir des blessures aussi graves, des blessures d'Ether. Le seul moyen de les maintenir en vie est de les cryogéniser, et d'attendre que l'on trouve une manière de les soigner.

La mort de Sergei a provoqué un désarroi profond auprès de la population. Il était populaire et très apprécié. Il s'est employé très dur pour transformer Capella en utopie, pour les gens. Le fait que ce soit une dragonne qui l'ait tué n'a renforcé le fait que les habitants considèrent ces créatures comme un danger. Ils étaient déjà repoussés par elles, désormais, c'est une haine qui naît. Ils ont perdu le meneur qui leur avait permis d'accéder à une vie parfaite.

Désormais, il ne reste que trois villes sur Antvarmont : Capella, Danov et Heifel. Cette dernière est sous l'emprise de la cité principale. Danov est en rivalité avec Capella. Car elle a perdu la moitié de sa surface et un tiers de ses habitants lors d'attaques de dragonnes. Ils avaient vu leur matériel moderne retiré et remplacé par un autre obsolète. Les habitants eux aussi n'appréciaient pas les dragons, mais pas de la même manière qu'à Capella. Passée la haine, c'est la peur. La peur de leurs assauts incessants. La moindre silhouette dans les airs provoque une panique générale.

En plus des créatures ailées, Capella elle-même attaque Danov. Elle a perdu tous ses gisements de minerais, et veut s'accaparer ceux situés sous les sols même de Danov. Niveau attaques, elles ont cessé, Capella ayant déjà un gros problème.
Reza appelle ses anciens coéquipiers pour demander un transport. Heureusement, il ne se situe qu'à quelques kilomètres de la ville, et le véhicule arrive vite.

« Hé Reza ! Ça faisait longtemps que t'étais pas revenu à Capella, qu'est-ce que t'as foutu pendant ce temps ?

-Bah... la routine.

-La routine ? T'as buté deux dragons !

-C'est pas moi. Et d'ailleurs je vais les ranimer.

-Quoi ? T'es pas sérieux !?

-Je vais répondre tout te suite. »

Reza dégaine son fusil et tire en un éclair une balle dans le crâne du conducteur. Il déplace les corps des deux dragons dans le transport. Pour Shimmy, c'est facile. Pour Aerial, ça l'est moins, il dépasse les deux quintaux.
Après quelques efforts, il retourne en ville. En chemin, il doit s'arrêter devant la grande porte d'entrée. Quelques soldats s'y tiennent, et se rapprochent du véhicule.

« Contrôle, tout simplement ! Dit l'un d'eux.

-Mais bien sûr, faites, répond Reza.

-Papiers d'identité... mhh... oui... Reza... Reza Morthon, le chef du Chasseur d'Arme. Très bien. »

Ils s'avancent et ouvrent l'arrière du transport.

« Hé, on a capturé deux dragons !? Dites donc, belle prise ! Faut absolument le laisser entrer !

-Oui, ce serait sympa, je suis pressé.

-On est pressé ? Pas de problème. »

Les combattants reviennent à leur position initiale. Ils ordonnent l'ouverture des portes. Un fois ouvertes, l'un d'eux posté en tourelle avec un autocanon vise Reza. Ce dernier peut voir le point rouge de la visée laser. Il remet rapidement le contact du transport et appuie de toutes ses forces sur la pédale. Mais le tireur ouvre le feu et explose le moteur du véhicule fumant. Les fantassins se rassemblent autour et pointent leur fusil vers Reza.

« Ha ! Reza, chef du Chasseur d'Arme. Seulement, depuis un bout de temps, on en a un nouveau, de chef. Reza, le traître plutôt. Sérieusement, vous avez cru qu'on vous oublierait ? C'est insultant !

-Messieurs, j'ai été pris en otage... je n'avais pas d'autre choix !

-Vous ne vous souvenez plus des instructions générales ? Se battre jusqu'à la mort, ne jamais se rendre !

-Laissez-moi passer. Vous oubliez que je fais partie de l'E.K. !

-Terrible. Mais vous oubliez que de notre côté, nous avons le reste des membres de l'E.K. D'ailleurs, vous n'êtes qu'un prototype, vous n'en faites pas vraiment partie.

-(si y'avait encore Anton, il m'aurait aidé...) Très bien. Puisque vous ne voulez pas me laisser entrer...

-Mais qu'est-ce qu'il se passe ici !? »

Un autre transport est arrivé, derrière la porte, à l'intérieur de la ville. Trois personnes en descendent et avancent vers Reza. Ce sont les Sentinelles. Tous comme les autres combattants, ils portent un masque à gaz. Mais leur apparence est plus effrayante. Les oeillères du masque sont rouges. Entièrement vêtus de noir : leur casque, leur long manteau et leurs gants recouvrant les poignets. Ils sont équipés des meilleures armes de Capella et sont mécanisés. Leur voix est un peu étouffée. Elles ont pour but d'éliminer tout problème, sans chercher à comprendre.

« Nous avons entendu un coup de feu. Tout va bien ? Demande une des Sentinelles.

-(Et merde ! Les Sentinelles ! Reste calme...)Cet homme-là est le traître !

-Un traître ? Alors qu'il ramène deux dragons ?

-Mais ! Il veut les sauver ! Regardez ses papiers ! C'est lui ! C'est...

-Silence ! Obéissez ! Laissez-le entrer, il doit immédiatement se rendre au Département Scientifique pour apporter la cargaison ! Allez ! »

Les gardes s'éloignent de devant la porte pour laisser l'accès.

« Votre véhicule est hors-service, prenez le nôtre, nous pourrons rentrer à pied.

-Mais... on ne peut pas simplement le conduire ? Ou lui en apporter un autre ? Questionne une autre Sentinelle.

-Non ! Nous avons d'autres missions qui n'attendent pas. Et cet homme non plus ne doit pas attendre. Allons-y. »

Reza transfère les deux corps dans l'autre transport, identique, sous les regards des gardes. Il se remet en route sereinement avec un sourire narquois. En tant qu'ex-chef de bord du blindé d'élite, il a bénéficié d'un logement en dehors des casernes. Il le partageait avec deux autres personnes, deux apprentis. De ce fait, la cave comporte un petit laboratoire, avec des cuves de cryogénie qui étaient initialement dans le vaisseau de colonisation.
Il arrive à destination, et tire péniblement les deux dragons à l'intérieur. C'était un des modules du vaisseau prévu pour être converti en habitation. Les parois sont recouvertes de plaques métalliques, ainsi que le sol. Le plafond est grillagé et laisse apparaître quelques câbles et tuyaux.
Il descend à la cave et installe les dragons dans les cuves. Il le met en marche. Les pompes émettent un bruit aigu qui s'intensifie à mesure que la température du tube diminue. Il remonte, marchant très lentement, et se laisse tomber sur le canapé. Il frotte ses mains contre son visage pendant une bonne dizaine de minutes. Il se redresse, assis, et pose son poing contre sa bouche. Il est pensif.

« Qu'est-ce que je vais faire de ces choses ? Je les déteste, même si j'apprécie un peu Shimmy. Les réactions diffèrent. Soit on croit que je veux les sauver, soit on pense que je vais les amener à Richter... Si je les lui amène, je pourrai avoir une bonne place à Capella, mais les habitants, je les déteste. Je dois convaincre Shimmy d'anéantir cette ville. J'aimerais ne la ranimer qu'elle, mais elle va vouloir que je le fasse aussi pour son frère. Qu'est-ce que je peux bien faire !? »

Il s'allonge de nouveau, et ferme les yeux. Il dort une demi-heure, lorsque l'autre apprenti rentre.

« Reza... tu... tu es revenu... pourquoi ? Après ce que tu as fait en nous quittant...

-Astrid... je vois que je t'ai manqué.

-Tu m'as manqué jusqu'à ce que je découvre ton changement. Pour quelles raisons as-tu décidé de déserter et d'aider ces horribles créatures ?

-J'ai jamais décidé de les aider.

-Ah tiens ? Parce que détruire notre flotte ce n'est pas les aider ?

-C'est trop compliqué. Il faudrait que je passe du temps à t'expliquer. Et je suppose qu'en plus du fait que tu ne veuilles plus me parler, tu es occupée.

-Je veux toujours te parler, mais je veux simplement comprendre. D'ailleurs, j'ai une chance moi aussi de faire partie de l'E.K. Je dois beaucoup travailler pour ça.

-Je te déconseille. Regarde ce que ça m'a fait. Et pourtant, j'ai été le premier.

-T'arriveras pas à me décourager. Tu m'expliques ton plan ?

-Déjà j'ai besoin de tes connaissances d'apprenti pour guérir les deux dragons qu'il y a dans la cave.

-Ah ah... je les soigne, et en retour tu me racontes une histoire ? Je préfère gaspiller mon temps à bosser. Et puis je n'ai pas l'intention de rentrer dans l'E.K. pour les soigner.

-A charge de revanche.

-C'est nouveau ça...

-Tu vois, l'unique dragonne qu'on a tuée, après le 2e Chasseur d'Arme, elle allait s'occuper de Capella. Je l'ai tuée. Shimmy, une autre, également projetait d'attaquer la ville. Elle est HS. A deux reprises, j'ai sauvé la vie de tous les habitants. La tienne y compris. Mais je ne te demanderai qu'une seule faveur. Merci.

-T'es chiant hein, j'ai beaucoup de boulot !

-Ouais. Et pour commencer, les dragons. Enfin, occupe-toi pour l'instant de la plus petite. »

Astrid a fini par devenir l'amie de Reza, lorsqu'ils ont commencé à cohabiter, avec l'autre apprenti. Mais ce fut de courte durée. Reza, encore dans l'armée, était souvent absent et ne donnait aucune nouvelle. Puis il a déserté.
Astrid a 26 ans et mesure 1m66. Elle est coiffée d'un carré plongeant, avec une mèche qui cache son œil droit, aux cheveux noirs et brillants. Le seul œil que l'on peut voir est d'un bleu ciel éclatant, presque lumineux. Elle est habillée d'un manteau qui lui arrive aux hanches, d'une jupe à mi-cuisse tenue par une épaisse ceinture de travers, des collants noirs et des bottes courtes. Elle ne parle pas beaucoup en général et a un peu peur de s'approcher des autres. Quand elle discute, elle est froide.
Dans la cave, elle enlève son manteau pour se mettre au travail.

« T'arrêtes de me fixer ?

-Dis-moi Astrid, pendant mon séjour loin de Capella, je me suis posé des tas de questions à propos de toi.

-Génial. Et si tu me laissais tranquille ?

-Depuis que je suis sur cette planète je n'ai jamais vu ton œil droit. Pourquoi tu le caches ?

-Ça ne peut pas attendre ?

-Je suis vairon et je ne veux pas le montrer ! Tes questions ne m'avaient pas manqué. Heureusement que Cyril était là pour changer de sujet.

-Cyril... je ne m'en rappelle plus.

-Voilà, c'est ce que je disais ! Tu nous as quittés, tu ne fais plus partie de Capella. On a été effacés de ta mémoire, nous, les personnes qui étaient les plus proches de toi. Et là je dois ranimer une dragonne alors que je fais quasi-partie de l'E.K. et que son but et de les TUER !

-J'ai... j'ai besoin d'elle...

-Pourquoi !? Pour tous nous condamner à mort ?

-OUI ! C'est exactement ça ! Je déteste les habitants de Capella !

-Abruti, tu les détestes uniquement parce qu'ils ont choisi Sergei comme chef des armées puis comme Président, et que t'es devenu inutile avec l'arrivée d'Aerial ! T'as aucune raison valable !

-Et... je... je me...

-Vide ton sac.

-Je me suis attaché à elle.

-Ha !
-Elle... elle me fait penser à toi. Froide et agressive, mais sympathique dans le fond. Je te jure que tu m'as manqué, même si ce n'est pas réciproque.

-Tu crois que je vais fondre ? T'aurais pu m'envoyer au moins un seul, juste un unique message, avec ton portable ! Et puis sérieusement, aimer cette chose, il faut être dérangé. Alors en plus elles détruisent tout sur leur passage... T'es sympa parce que t'as besoin de moi, mais dès que j'aurai terminé, tu t'enfuiras et plus de nouvelles. On te connait bien Reza. Tout le monde te connaît. Si je t'aide, c'est seulement parce que t'étais mon ami et que là tu me fais de la peine. Alors relève la tête et arrête ton cinéma.

-T'es super, Astrid. »

Elle commence la procédure de guérison de Shimmy. Pendant qu'elle était apprenti, elle n'a jamais appris à guérir des blessures d'Ether. Alors elle tâte, elle essaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katjusha
Membre
Membre
avatar

Graph' : 0
Réputation : 0
Windows Messages : 31
Date d'inscription : 01/04/2013

MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   Ven 10 Mai - 12:14


-VII-




Plusieurs jours passent, sans résultat. Elle reste de longues heures dans la cave, assise sur une chaise, devant son bureau à gratter du papier pour identifier d'éventuelles solutions. Reza descend alors.

« Astrid... t'es pas allée travailler depuis plusieurs jours... t'en avais besoin pour entrer dans l'E.K....

-T'occupe. Si je suis prise ce sera parce que la situation est critique et qu'ils ont besoin de personnes. Et vu que j'ai étudié moi-même l'Ether, ça n'en sera que facilité. Retourne te coucher, il est deux heures du matin... »

Reza reste allongé sur le canapé, toujours habillé. Il cogite et n'arrive pas à s'endormir.

« Astrid... merci beaucoup. C'est une fille géniale. Elle passe ses nuits à trouver une solution à mon problème. Alors que je l'ai trahi... je suis une enflure... »

A répéter ces phrases, il finit par s'assoupir quelques heures. Astrid également. Reza se précipite pour la voir. La cave est sombre. Les tubes lumineux sont restés allumés tellement longtemps qu'ils ont cramé. Il n'y a qu'une vague lueur verte emplissant la pièce, émise par les cuves.

« Astrid ! Réveille-toi !

-T'es marrant, dit-elle inintelligiblement. Je n'ai pas dormi depuis des jours...

-C'est bon. Je suis désolé de te l'annoncer que maintenant, mais j'arrête. On arrête. Je trouverai quelqu'un d'autre.

-Une autre dragonne ?

-Ha, t'es folle ! Une autre personne pour guérir Shimmy.

-Tu te fous de moi... laisse moi le temps de dormir et je me remets au boulot, raclure. »

Reza laisse dormir Astrid pendant toute une journée. En attendant, il arpente les rues de la ville. Le soleil n'est pas encore levé. Le ciel est bleu-violacé et les nuages roses offrent un spectacle splendide. Il s'appuie contre un mur, lève les yeux et contemple. Il rêvasse, dans un air frais. Il se laisse glisser doucement et s'assied, en étendant les jambes. Il met sa main dans sa poche et fouille. Il prend une cigarette écrasée et l'allume.

« Astrid... »

Il baisse la tête, contemplant le sol bétonné, pendant que les nuages défilent au-dessus de sa tête et que l'horizon rougeoie. Il tient sa cigarette au coin de la bouche, mais ne l'a presque pas fumé. Il a fait tomber des cendres sur son ventre.

« Oh... ça fait combien de temps que je les ai celles-là ? L'herbe a perdu tout son goût. D'ailleurs, ça en avait pas un très agréable. Elle est juste bonne à regénérer les cellules et faire voir des couleurs sup... »

Il se redresse subitement et se décolle du mur, toujours assis.

« Hé ! Mais... ce n'est pas bête ce que j'ai dit ! Ces herbes ! Elles soignent ! Shimmy m'avait guéri avec ! Ouais ! J'ai la solution ! »

Il agite encore sa main dans sa poche, mais ne trouve rien.

« Mhh... y'a que de la poussière, je n'ai plus de cigarettes... j'aurais pu en prendre l'herbe... je vais en parler à Astrid. Ah, ouais... quand elle aura fini de dormir. »

Reza est de nouveau heureux. Il détient la clé de son problème. Cette découverte a même réussi lui faire oublier la rancœur d'Astrid. Il continue de se promener, sans chercher à aller quelque part en particulier. Il se remémore des endroits où il avait l'habitude d'aller, qu'il avait presque fini par oublier. Il se retrouve devant la porte de sortie. Celle où il s'était fait contrôler et où il a été sauvé de justesse par les Sentinelles. Dès le matin, des détachements partent en route, mais cette fois, pour Danov. Il se rapproche de la porte pour admirer les véhicules qui s'en vont. Il voit de nouveau les gardes. Reza fixe les yeux de l'un d'eux, sans dire un mot. Il détourne le regard, s'avance de quelques mètres vers le soldat. Il récupère le mégot qu'il avait mis dans sa poche, le jette par terre avec dédain, et crache dessus. Il s'en va ensuite.
Le temps est long. Il est impatient d'aller annoncer sa découverte à Astrid. Il écume les trottoirs de Capella, tourne en rond. Il décide finalement de rentrer chez lui et de faire une sieste.

Reza est réveillé par son amie. Il est étonné de la voir debout alors que cela fait trois jours qu'il n'a pas dormi.

« Astrid... t'es déjà levée ?

-Bravo. T'as oublié que je n'avais pas besoin de beaucoup d'heures de sommeil...

-Désolé mais... pendant mon périple j'en ai rencontré une qui était fainéante, alors...

-Alors ça t'oblige à oublier tes proches ?

-Non. Je suis sincèrement désolé Astrid.

-Ha ha ha ha ! Reza qui est désolé, c'est une première. T'as plutôt tendance à être un sale égoïste. Regarde moi-ça, tu vois que la guérison de Shimmy n'avance pas, alors tu veux te débarrasser de moi en me remplaçant par quelqu'un qui, tu l'espères, sera plus rapide que moi !

-C'est pas ça ! C'est juste que je ne voulais pas te fatiguer pour rien !

-C'est exactement ce que je dis, vu que je fais soi-disant rien...

-Excuse-moi Astrid ! Je dois le dire comment ? Je suis vraiment désolé cette fois !

-Cette fois ?

-Je sais que je me suis planté, déjà par le passé, mais aussi quand je me suis barré, et je continue. Mais j'ai trouvé la solution ! Tu vois, les herbes des cigarettes que je prends...

-Oui, je sais, merci. Elles ne servent pas qu'à voir des jolies couleurs hein. J'ai été apprenti ne l'oublie pas, si ce n'est pas déjà fait.

-Alors... ma super découverte...

-C'en est pas une.

-Alors, on peut la soigner rapidement ?

-Tu de doutes bien que je l'aurais fait immédiatement. Seulement, c'est la pénurie à Capella. Les ressources manquent, dont une grande partie servent au domaine médical. En plus que l'armée ait calciné les alentours, plus rien ne pousse. On a perdu tous nos sites d'extraction, et on n'arrive pas à les récupérer. C'est pour ça, entre autres, qu'on attaque Danov. Les siens ne sont pas encore occupés.

-Alors y'en a plus ? Plus du tout ? Misère...

-On peut bien en récupérer sur le terrain, mais où ? C'est en grande majorité désert cette planète...

-Ah, non inutile. Shimmy m'en avait donné. Je me souviens d'où c'était, on n'a qu'à y aller.

-Tu te souviens d'un endroit perdu sur cette planète, mais pas de ceux qui te considéraient comme leur meilleur ami ?

-S'il te plaît, arrête avec ça. Et puis je ne peux pas sortir. Si j'ai pu revenir, c'était grâce aux Sentinelles. Elles vont me suspecter si je me mets à entrer et sortir comme ça...

-T'en fais pas, avec moi ça ira tout seul.

-Oui ?

-T'es vraiment long à la détente hein ! Grâce à moi on va pouvoir sortir. C'est tout ce que t'as à retenir. Et je suppose que c'est tout ce que tu retiendras. Tu monteras à l'arrière pour ne pas qu'on te voie.»

Ils sortent et montent dans le transport qui est resté garé devant chez eux. De nouveau, ils passent par la porte et se font contrôler.

« Astrid... bien. Nous devons inspecter l'arrière du transport.

-Je suis désolée, mais le contenu est top secret. Voici le manifeste.
-Je vois. Très bien. Vous pouvez passer. »

Le véhicule file sans aucun problème.

« Comment as-tu eu ce document pour une cargaison qui n'existe même pas ? Demande Reza.
-C'était un vieux papier, ces idiots n'ont même pas regardé la date.

-T'es incroyable Astrid.

-Je te préviens que si jamais on rencontre une de ces bestioles en route...

-Oui ? La suite ?

-Ecrase... tu la connais. T'as pas affronté une dragonne adulte y'a un bon moment ? Quand je dis affronter… t'étais avec une compagnie entière.
-Ca va… »

Quelques heures plus tard, ils arrivent à destination. Le trajet a été éprouvant pour Astrid, Reza l'affligeant de remarques et de questions futiles.
Les gardes de la porte ont fini leur service. La relève arrive pour les remplacer. Offensés par le dernier geste de Reza, et par le fait qu'il ait réussi à s'en sortir, ils vont mettre en place leurs représailles. Reza a été très connu comme chef de bord des deux Chasseurs d'Arme. Plus récemment pour sa désertion. Les gens connaissent presque tout de lui, à cause de sa célébrité. Dont son lieu de résidence. Les gardes ont bien remarqué qu'il allait ranimer Shimmy et Aerial. Ils vont l'en empêcher.

Ils se dirigent chez lui. La porte d'entrée est évidemment verrouillée, mais avec une charge explosive, c'est vite réglé. Ils pénètrent à l'intérieur, en traversant la fumée de la détonation. Ils balaient du regard la pièce, à la recherche des deux dragons.

« Il y a une cave ! Ils sont sûrement là-dedans !

-Ca a dû être décomposé depuis le temps... mais ça ne coûte rien de regarder. »

Ils descendent avec hâte les escaliers avant de découvrir le laboratoire, Shimmy et Aerial inertes, et restent bouche bée.

« Oh le...

-Comme c'est astucieux, une maison avec un labo.

-C'est aussi là qu'habite Astrid, la personne que vous avez laissé sortir. Et vu qu'elle a été pendant un temps au Département Scientifique...

-Comment vous savez qu'elle vit ici !?

-C'était écrit à l'entrée...

-Bordel ! On l'a laissée filer ! Elle est de mèche avec Reza !

-Qu'est-ce qu'on fait, qu'est-ce qu'on fait !?

-Heu... on va sûrement nous incendier pour ne pas l'avoir retenue, mais... laissez-moi réfléchir.

-Ca va être long ha ha !

-Silence ! Oui ! Je sais ! On récupère les deux dragons, et on les amène vers Danov. On verra que ce sont des mecs de là-bas qui sont entrés. Ensuite, nous on les récupère, et on se couvre de gloire !

-Dis-moi, c'est tout ce que tu as réussi à trouver ?

-T'as une meilleure idée !? Exécution !

-Je te signale que tu n'es pas le chef.

-Toi non plus. Mais moi, j'ai une idée. Alors on se bouge ! »

Ils arrêtent le système de la cuve de Shimmy. La lumière émise s'estompe progressivement. Le tube s'ouvre, et l'un des hommes prend la dragonne sur son dos.

« Ah ! C'est lourd ce truc ! Vous croyez qu'on doit prendre le gros là ? Je n'imagine pas son poids !

-Tu as raison. Ça va être encombrant en plus. On y va, avant qu'Astrid ne revienne...
-Et si on l'attendait ? On pourrait s'en occuper ?

-Pas bête ! Vous deux, vous restez là !

-Quand je disais on, ce n'était pas forcément nous !

-Bien sûr, mais ça n'excluait pas non plus cette possibilité. Les autres, en route ! »

Le reste du groupe sort de la maison. Ils rentrent un à un dans le transport, et commencent à rouler.

« Heu, j'ai réfléchi...

-Quoi encore ? Encore une remarque à faire ?

-Oui, mais écoute. Ça fait beaucoup de transports seuls qui entrent et qui sortent. Ça va un faire un peu étrange non ?

-T'as raison. On va prendre un hélico.

-Mais... c'est encore moins discret !

-J'en ai assez que tu contestes toujours mes décisions ! On y va, pied au plancher ! »

Le véhicule redémarre en trombe et file à toute vitesse vers les héliports militaires. Cet endroit est simplement entouré d'un grillage barbelé de deux mètres de haut, avec une base en béton. L'entrée est un petit portail en acier plein, de même taille que les barrières. Le conducteur, en quelque sorte le meneur du groupe, reste la tête collée au volant, avec une grimace de rage.

« Hé ! Arrête-toi ! Tu vas foncer dans le portail ! »

Il continue sa route et percute le portail, et freine brusquement. La solidité du véhicule a permis d'enfoncer l'entrée, désormais cabossée et envoyée plusieurs mètres plus loin.

« C'était le but. »

Il accélère et se dirige vers la vaste zone d'atterrissage. De nombreux hélicoptères et ADAV sont posés. Il continue de rouler, et voit finalement un appareil avec la vitre de la cabine ouverte. Il fonce et effectue un dérapage juste devant le pilote se tenant à côté. Les hommes descendent et soulèvent Shimmy.

« Toi, là, le pilote. T'embarque avec nous. On doit aller à Danov.

-Je prends mon service que dans 20 minutes. Alors faudra attendre. De plus, il vous faut une autorisation.

-Je vais t'expliquer un truc. Tu vois ce dragon ? On doit s'en débarrasser, et tu es notre seule solution. Alors si tu ne veux pas que cette chose se réveille et nous bute tous, décolle !

-Ok ! Ok ! On se calme ! Il fallait le dire plus tôt ! »

Shimmy est entreposée dans la soute de l'hélicoptère. Le groupe monte et le pilote active les hélices. L'appareil décolle enfin et file à l'extérieur de la ville. Ils n'ont pas encore franchi les limites de Capella qu'ils se font rappeler à l'ordre via la radio.

« Alpha 3, ici QG. Non seulement vous n'avez pas reçu l'autorisation de décoller, mais en plus vous n'avez été affecté à aucune mission. Revenez sur le champ.

-Voilà ! Je te l'avais dit qu'on se ferait remarquer !

-On s'en tape, on a plus urgent à faire ! Pilote, continue le trajet !

-Très bien Alpha 3. Nous vous envoyons Echo 16.

-Echo !? Mais c'est l'escadre de Ti-113 ! S'exclame le pilote.

-Ahh ! Je ne connais pas tous ces noms ! C'est quoi ce machin 113 ?
-Je ne souhaite à personne de les voir pour de vrai ! C'est des ADAV avec 4 autocanons de 300mm !

-En zigzaguant ça devrait aller non ?

-Bien sûr. Mais ce serait sans compter le fait qu'ils soient équipés de 1.200 missiles à tête chercheuse !

-Comment un appareil peut transporter autant de matériel !? »

Un autre engin traverse les rues de Capella, projetant sa gigantesque ombre sur le sol qui même malgré sa taille peut se déplacer vite. Lui et l'autre hélicoptère sortent enfin de la ville, alors qu'Astrid et Reza sont revenus. Le plus gros des appareils ouvre le feu avec ses canons, il détruit les voitures sur la route lors de son passage, et lorsqu'il vise à côté, laisse d'énormes cratères incandescents, d'où sont projetés des morceaux de bitume qui viennent se heurter aux bâtiments.
« Il se passe vraiment n'importe quoi dans cette ville. Un vieux savant fou qui arrive à broyer des crânes avec une seule main, un traître qui revient la conscience tranquille en ayant sympathisé avec l'ennemi, et des gars du même camp qui s'entre-tuent à coups de 300mm... lance Astrid. »

« Tu crois qu'on tiendra le rythme jusqu'à Danov !?

-Ne vous en faites pas ! On a l'avantage sur la maniabilité de l'appareil ! Répond le pilote. »

Le feu est difficile à éviter, la cadence de tir de l'appareil est affolante pour un tel calibre. Après de nombreuses tentatives d'esquives réussies, l'hélicoptère est finalement touché. Une mitrailleuse latérale explose, expulsée vers le Ti-113, le cogne, sans l'égratigner.

« Alpha 3 ! Vous n'avez aucune chance ! Nous vous laissons une occasion de rentrer et d'oublier cet incident ! Tout ce que nous voulons, c'est que vous retourniez à la base ! Nous sommes dans le même camp ! Nous n'allons pas nous battre tout de même !

-Pas nous battre ? C'est raté je vous signale. De toute façon on a un gros problème sur les bras et on veut s'en débarrasser ! Vous comprenez, on a trouvé...

-Désolé de vous couper, interrompt le pilote. Je détecte sur mon écran un autre aéronef qui fonce droit sur nous. On n'est pas loin de Danov, ça doit être eux qui nous attaquent. A vrai dire, vu sa taille, le Ti-113 est facilement visible de loin...

-Sérieusement, comme si on n'avait pas d'autres problèmes !

-Le plus étrange, c'est que les échos indiquent que ce n'est pas métallique...

-Oh non... ne me dites pas que c'est...

-C'est juste au-dessus de nous ! »

Une explosion se fait entendre et fait vriller l'hélicoptère déstabilisé. Lors des quelques rotations incontrôlées, on a pu voir le Ti-113 détruit. A la place, une énorme sphère de fumée et de vapeurs brûlantes.

« C'est cet engin non identifié qui a détruit ces crétins ! Génial !

-Bien, mais... poursuit le pilote. On l'a en visu droit devant. C'est une...

-Laissez-moi regarder ! Quoi !? Un dragon !? Mais tirez, et vite !

-Vous m'auriez laissé finir vous auriez su que... »

Le dragon survole l'hélicoptère et laisse traîner sa lame caudale entre les pales de l'hélice qui sont entièrement découpées. Il chute inévitablement vers le sol et s'écrase lourdement. La créature ailée se pose doucement à côté de la carcasse explosée, pliée et en train de brûler. La vitre du cockpit est détruite, des bris de verre traînent par terre et à l'intérieur, et quelques uns sont retrouvés plantés sur le corps du pilote couvert de sang. Celui-ci est dans un sale état, mais encore vivant, ainsi que le meneur du groupe. Le pilote essaie de se hisser hors de la cabine en se tirant sur le rebord. En s'extrayant de l'appareil, son corps repose contre la paroi, appuyant sur les tessons de verre qui s'enfoncent plus profondément. Serrant les dents, il fait de son mieux pour atténuer sa douleur. Il abandonne, à bout de force. Il se laisse pendre, le buste en dehors du cockpit, les jambes à l'intérieur. Il souffle, respire lentement.

« On a réussi... ah... on est assez près de Danov... je peux m'en sortir... je dois tenir... jusqu'à l'arrivée des...

-Oh... je suis désolée... tu ne vas pas t'en sortir... annonce une voix douce. »

Il relève la tête, et aperçoit Tetrya juste devant lui, avec un grand sourire.

« Non... pitié ! Je ne veux pas mourir maintenant...

-Vouloir, c'est une chose. »

Tetrya s'appuie avec ses pattes avant sur le rebord de la cabine. Elle relève légèrement la tête du pilote en le soutenant délicatement avec sa queue. Ils se regardent très brièvement dans les yeux puis Tetrya y plante ses griffes en un éclair. Elle voit le meneur à l'intérieur de l'appareil, en train de ramper lentement vers la porte de sortie. Il se retourne, et aperçoit que la dragonne le fixe. Il se stoppe immédiatement. Tetrya s'approche de lui, pendant que le pilote agonise en hurlant. Elle le regarde quelques secondes alors qu'il reste inerte.

« Il m'a l'air très vivant ce cadavre... il est frais en plus ! »

Il se retourne rapidement sur son dos et tente de reculer, mais elle le mord brutalement. Elle le tient à la poitrine, et ne lâche pas prise. Elle finit par relever la tête en arrachant un bon morceau de chair, avec quelques côtes. Il hurle à son tour. Pour arrêter ses plaintes, elle le mord de nouveau à la gorge en sectionnant le larynx et les artères. Il se met alors à suffoquer, avant de se taire un instant après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques d'Antvarmont   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques d'Antvarmont
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Troisi, Licia] Chroniques du Monde Emergé (série)
» Clinique de l'exil : chroniques d'une pratique engagée
» Rice Anne - Memnoch le démon - Chroniques des vampires tome 5
» LES CHRONIQUES DE MACKAYLA LANE (Tome 2) FIEVRE ROUGE de Karen Marie Moning
» Les Chroniques de Narnia : Le Voyage du Passeur d’Aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum dessin: Graph'loisir :: Communauté :: Le coin papotage :: De tout et de rien-
Sauter vers: